Abbildungen der Seite
PDF
EPUB
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]
[merged small][ocr errors]

Lecteur,

Cherche dans cette préface ce qu'il m'est indispensable de te dire : diverses circonstances me déterminèrent, cet été, à me présenter comme professeur de littérature française à l'académie de Lausanne. Il me fallait un imprimé. C'est ce travail, fait à la hâte, interrompu chaque jour par d'incessantes occupations, que tu as entre les mains. Ayant retiré ma candidature, il ne répond plus à sa destination; néanmoins je lui laisse voir le jour, persuadé que sa lecture ne te paraîtra pas celle d'un sermon soporifique, car le texte est court et toute sa valeur se trouve dans les citations.

Travers, 30 octobre 1875.

QUELQUES PAGES

SUR

JEAN JACQUES

ROUSSEAU

Jeunesse de Rousseau.

En 1728, Genève voyait fuir de ses murs un jeune homme de seize ans, n'emportant avec lui qu'un petit bagage d’instruction. C'était un descendant des huguenots; en naissant il avait perdu sa mère, et son père aussi, dès lors plus occupé de ses plaisirs que des soins qu'il devait à ses enfants. La destinée est capricieuse : par les moyens qu'elle emploie pour plonger certains êtres dans l'obscurité, elle en élève d'autres à la renommée. C'est ce qu'elle fit pour Jean-Jacques Rousseau, qui devait illustrer Genève et enrichir la France d'un grand écrivain.

Quittant la maison paternelle, notre adolescent arriva chez Mme de Warens, à Annecy, fut dirigé sur Turin, fit son entrée à l'hospice des catéchumènes où il abjura le protestantisme « pour avoir du pain. » Après il devient commis,

« ZurückWeiter »