Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

trouvaient les reliques des saints Symphorien, Fauste et Augusta, et aussi celles de saint Euphrone et de saint Procule.

Dix ans après l'achèvement de ces travaux, l'église et le prieuré de Saint-Symphorien furent vendus au profit de la nation ', mais l'église subsista longtemps encore. « Le 22 avril 1806, dit le chanoine Troufflaut, je me rendis au monastère de Saint-Symphorien et je vis l'église dédiée depuis tant de siècles à ce saint martyr, totalement découverte. On descendait la charpente qui était aussi belle que si on venait de la poser. On commençait même à démolir les augives extérieures 2 qui soutenaient les murs de l'église 3. » La crypte fut détruite l'année suivante. C'est en vain qu'aujourd'hui l'on chercherait des traces de ces monuments vénérables; tout a disparu, tout, sauf les reliques des saints qui y étaient déposées 4 et qui, sauvées par des mains fidèles, constituent aujourd'hui l'une des principales richesses des églises d'Autun.

1. Les bâtiments du prieuré de Saint-Symphorien furent adjugés le 30 juin 1702 au prix de 15,400 fr. La maison conventuelle fut délivrée le 23 septembre 1793 au citoyen François Lavergne pour le prix de 26,000 fr. Le même acquéreur devint le même jour possesseur de l'église vendue 22,000 fr.

2. Il s'agit probablement ici des arcs-boutants.

3. Dinet, ouv. cité, t. II, p. 490.

4. Ibid. t. II, p. 493 et suiv.

I

Ann. 1311.

HIC IACENT ARDVINVS FILIVS DOMI
NI MILONIS DE SARRIGNEIO MILITIS ET MARQVERETA FILIA DOMINI
QVIDON1S DE QISSEIO MILITIS EIVS
VXOR ANIME EOR REQVIESCANT IN PACE AMEN
ANNO DNI M CCG XI KAL. OCTOB. SEPVLTI SVNT.

Cette épitaphe se lisait sur une tombe placée dans la chapelle de Notre-Dame et Saint-Philibert *. On y voyait gravée la représentation d'Ardouin de Sarrigny et de Marguerite de Gissey 2. Ces deux personnages étaient placés sous un dais d'architecture et accompagnés de leurs blasons. Audessus d'Ardouin de Sarrigny, un écu de à 3 écus

de posés 2 et 1; au-dessus de sa femme, un écu meublé

de six merlettes 3, 2 et 1.

II

Ann. 1340.

|£< HIC . IACET. BONE . MEMORIB. DNS . HVCO. DE . GISSEYO . 9DA.
1 9

POR HIJ . MONASTERII. QVI. REXIT. HVIVSMODI. MONASTERIVM .
PER . QVINQVAGINTA . ET. II. ANNOS . ET. OBIIT . DIE. DOMINICA . POST.NATIVITATEM .
BEATI. IOHANNIS. BAPTISTE. ANNO . DOMINI. HILLESIMO. CCC .XL . AIA.
El9. P . MIAM. DEI. REQVIESCAT . IN . PACE . AMEN.

Pierre. — Hauteur...? — Largeur 1»22. — Caractères gothiques arrondis.

La dalle qui portait cette épitaphe était placée dans la chapelle de Notre-Dame et Saint-Philibert, contre la

1. Bibl. nationale. Départ, des mss. Suppl. français, n° 5024, roi. 11, p. 21.

F. Bouhier, t. LUI, p. 86; d'après Palliot, t. III, fol. 103.

2i M. Ch. Bigame a publié cette inscription dans son Histoire de Chorey et de ses seigneurs. Beaune, Batault-Morot, 1875, t. II, p. 654. Son lexte diffère d'avec le nôtre en ce qu'il lit MCCCXL au Heu de MCCCXI; mais comme il ne cite pas sa source, nous nous en tiendrons à notre lecture.

[merged small][graphic][ocr errors][ocr errors]

TOMBE DE MILON DE SARRIGNY ET DE MARGUERITE DE GISSEY SA FEMME

D'après un croquis du \VI|* Sii-clt*

[merged small][graphic][merged small]
« ZurückWeiter »