Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

on plain chapitre où estaient assemblées les dames anciennes :Ysabeau de Thoulongeon prieure, Anne Le Riche sacristine, Marguerite de Ganay, Yoland do Malain, Catherine de Malain, Ysabeau de Fulligny, Marguerite du Bled, Marie Damas et Louyse du Chôme, et les révérendes mères religieuses de Montmartre faisant et représentant la communauté régulière de ladite abbaye de Saint Jean afin de le signer avec nous pour servir en temps et lieu ce quil apartiendra. Après la lecture duquel lesdittes anciennes nous ont dit quelles ne pouvoient signer présentement craignant qu'on ne les obligeast par ledit procez verbal a une communauté mitigée ou autrement, ce quelles ont refusé de faire a plusieurs et diverses fois que nous les en avons sommées et interpellées d'office. Et lesdittes révérendes mères de Montmartre se sont soussignées avec nous et nostre secrétaire lan mil six cent quarante cinq, le quatriesme doctobre. Signé: de Boucher grand vicaire de l'abbaye de Moustier Saint Jean, sœur Mario de Ste Placide, sœur Louise de Saint Joachim, sœur Louyse de l'Assumption, sœur Geneviesve de Sainte Claire, sœur Marguerite de Saint Clément, sœur Marguerite de Sainte Scholastique et sœur Marie des Anges. François Brunat, secrétaire commis en ceste partie.

L'église des dames encore appelée « église de la communauté » ou « église abbatiale » dont le procèsverbal ci-dessus contient une description sommaire, était située proche l'église paroissiale dont elle n'était séparée que par le clocher2. Les dames anciennes y arrivaient par une galerie aboutissant à un escalier3. Elle était placée sous le vocable de Notre-Dame4. Outre le grand autel, il y avait

1. Inventaire concernant les fondations, la messe quotidienne et autres droits utiles et honorifiques de l'abbaye royalle de Sainte Marie de Saint Jean le Grand. Ms. in-P, fol. 17 v. (Biblioth. de M. G. Bulliot.)

2. Procès-verbaux de visite de 1091 et de 1729. (Archives de l'évêché d'Autun. Paroisses.) — Consultation en faveur des paroissiens de St Jean contre l'abbesse au sujet des cloches et du clocher de l'église paroissiale, 1741. (Arch. de l'évêché. Fonds de Salnt-Jean-le-Grand, t pièce In-P, 12 p.)

3. Procès-cerbat du 22 juin 1648. (Arch. de l'évêché. Fonds de Saint-Jean-leGrand. Cure.)

4. .Acte de fondation d'un anniversaire en l'église St Jean le Grand par M" Jean Charvot préoit de Notre-Dame d'Autun, 10 août 1498. (Arch.de l'hôtel de ville d'Autun. Fonds de Saint-Jean-le-Grand.) — Georges Gay, Ordre des offices de la Cathédrale. Ms. rédigé en 1543. (Biblioth. de l'évêché d'Autun.) — Cf. A. de Charmasse, le Prieuré de Saint-Racho-lez-Autun. (Mémoires de la Soc. Èduenne, nouv. série, t. X, p. 8, et p. 10, note 1.)

quatre chapelles principales1 : celle de Notre-Dame; celle de Saint-Laurent fondée par noble dame Marie, veuve de MTM Rodolphe de Leer, chevalier, le samedi après la fête de saint Jacques et de saint Philippe (4 mai) 1308 2; celle de sainte Catherine dont Hugues Ailleboust était chapelain en décembre 1596 3, et celle de Saint-Nicolas4. Ces quatre chapelles furent réduites à deux le 26 août 1626.5

Il y avait en outre plusieurs chapelles secondaires désignées souvent sous le nom d'autels; c'étaient : la chapelle de Sainte-Croix, pour la dotation de laquelle Jeanne de Brazey, abbesse de Saint-Jean, assigna, le 12 mai 1346, dix livrées de terre de rente, à charge par le chapelain d'y célébrer trois messes chaque semaine0; la chapelle SaintGeorges qui existait déjà en 1488; la chapelle Saint-Étienne mentionnée dans un acte de 1498; celle des Cinq-Plaies, pour laquelle on fit une transaction en 1554 7; enfin, celle du Rosaire, dont l'autel fut décoré au dix-septième siècle d'un retable de menuiserie orné de quatre colonnes, de chérubins et de sculptures8. Henriette de l'Hautel, veuve de Noël Faulcon, marchand du faubourg d'Arroux, y fit une fondation le 29 décembre 1660.9

La sacristie était assez riche en reliques. D'après l'inventaire dressé le 25 novembre 1645 par dom Jean de Boucher, grand prieur et grand vicaire de l'abbaye royale de MoutierSaint-Jean, commissaire nommé en cette partie10, on y

1. Livre des curés et chapelains, 1596 à IRI4, t cahier in-f*. (Arch. de l'évêché. Fonds do Salnt-Jean-le-Grand.)

2. Inventaire cité, fol. 17.

3. Livre des curés, etc.

4. Provisions pour les chapelles Si Nicolas et Ste Catherine, I" janvier 1699. (Arch. de l'hôtel de ville. Fonds de Saint-Jean-le-Grand.)

D. Inventaire cité. Table.

6. Inventaire cité, fol. 17 v».

7. Ibid. Table.

8. Procéj-ierbal du 22 juin /fi4S.

9. Acte du 29 décembre 1660. (Arch. de l'hotel de ville. Fojds do Saint-Jeanle-Grand.)

10. Bibliothèque nation. Départ, de» mss. Collection de Bourgogne, ?. Diocdfc d'Autun. Églises et abbayes, fol. Q07.

conservait « le chef de sainct Théodore martir; une coste de sainct Sébastien; des vestements de sainct Maurice; le chef et les ossements de sainct Lange martir. » Il y avait aussi « des ossemens de sainct Maurice, des saincts Abdon et Sennen, de sainct Thibault, de saincte Radegonde reyne de France et de sainct Exupère, lesquelz furent meslez confusément ensemble il y a quatre ou cinq ans par les procureurs fabriciens de l'eglize parroissiale quant ils firent sans permission coupper les escalliers qui sont sur le grand autel de ladicte esglize pour les ajuster avec le nouveau tabernacle qu'ilz y mirent, dans lesquelz escalliers estoient lesdictz ossemens desdictz saincts, à raison de quoy on ne les peut distinguer. Plus : l'image de sainct Jean Baptiste d'un pied ou environ, d'argent; l'image de sainct Anthoine qui est fort ancienne et rompue en plusieurs endroitz, dans laquelle il y a des relicques et est d'argent. » Il nous semble inutile de donner ici l'inventaire de l'argenterie et des ornements; nous mentionnerons seulement « la crosse de madame l'abbesse qui est fort ancienne et usée, dans laquelle il n'y a point de baston. » 1

On ne peut déterminer exactement le lieu de la sépulture des abbesses; aucun document n'est précis à cet égard. Courtépée 2 prétend qu'on voyait dans l'église de la paroisse les tombes de Guy d'Ostun, seigneur de Dracy-Saint-Loup et de Cordesse, époux de Jeanne de Châteauvilain (1370), et celles des abbesses Jeanne de Brazey (1360), Magdeleine de la Bussière (1439) et Claudine de Bernaut (1493); mais l'historien bourguignon ne parle pas de visu, ces tombes n'existant plus de son temps. D'autre part, nous savons que l'abbesse Marie de Marcilly, morte le 5 septembre 1496, fut

t. Une partie de ces reliques est encore conservée dans la nouvelle église paroissiale de Saint-Jean-le-Grand. On peut voir à ce sujet un long article inséré dans l'Écho de Saône-et-Loire du 30 juin 1860.

2. Description du duché de Bourgogne, nouv. éd., t. If. p. 310.

[ocr errors]

inhumée en l'église des religieuses1. Dans cette incertitude et en l'absence de renseignements positifs, nous avons classé toutes ces épitaphes à l'article de l'abbaye.

Ce fut l'abbesse Marie de Carbonières de la Capelle-Biron qui commença la reconstruction du monastère de Saint-Jean. Catherine Blanche de Roussel de Médavi, qui lui succéda en 1700, continua les travaux entrepris. L'aile gauche du bâtiment fut rebâtie magnifiquement en 1707, et l'église, dont le dôme paraissait avec avantage, au dire de Courtépée 2, fut terminée en 1733, sous la direction du sieur Joseph Verne, architecte et entrepreneur. On y plaça un jeu d'orgues, et, parmi les religieuses, il y avait, raconte l'abbé Blot, « de bonnes musiciennes qu'on se plaisait à aller entendre. »

La Révolution n'épargna pas l'abbaye de Saint-Jean; la maison et le clos furent adjugés le 12 mars 1792, pour la somme de 60,000 francs, à Sébastien Déroche, procureur à Autun, qui y installa une manufacture d'armes 3. Cette propriété, acquise depuis par M. Desplaces de Martigny, fut par lui cédée, le 30 novembre 1843, à Mgr d'Héricourt, évêque d'Autun, qui y établit un orphelinat et une salle d'asile. Ce fut le 24 juin 1846 que M. l'abbé Juillet, vicaire général, bénit cette maison récemment fondée4. L'année suivante, on commença la construction d'une nouvelle église paroissiale placée sous le vocable de Saint-Jean-le-Grand5. Cet édifice qui ne comporte qu'une nef coupée d'un transept et terminée par une abside hémicirculaire, mesure 41 mètres

1. Acte de fondation de Jean Charvot, du 10 août H98.

2. Ouv. cité, nouv. éd., t. II, p. 519.

3. Le faubourg Saint-Jean devint alors le faubourg dea Armes.

4. Notes de l'abbé Blot. (Bibliothèque de la Société Éduenne.)

5. Le conseil municipal d'Autun, dans sa séance du 9 novenbre 1845, avait approuvé l'établissement de cette église, et les limites de la nouvelleparoisse avaient été fixées. Une ordonnance royale, en date du 20 février 1816 érigia l'église SaintJean en succursale. {L'Êduen des 16 novembre 1845, 22 mars et 21 juin 1846.) Jl n'y avait alors à Saint-Jean-le-Grand qu'une chapello de secours.

de longueur sur H mètres de largeur. Les travaux principaux dirigés par M. Roidot-Mariller ne furent achevés qu'à la fin de 1850, mais comme ils avaient été menés, faute de fonds, avec une très grande économie, on se vit contraint, en 1869, de refaire la voûte et d'établir à l'intérieur des colonnes servant de contreforts. Cette importante réparation, qui modifia sensiblement l'aspect de l'église au point de vue décoratif, fut confiée à M. l'architecte Lagoutte et ne fut terminée qu'en 1872.

« ZurückWeiter »