Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

XXV

... — 1701.

CY GIST DAME ANNE

MARCHANDE T VEVVE
DE M. PIERRE

PR ET NORE

A AVTVN QVI

DÉCÉDA LE 29 MARS

. . .IN ET QVI A ...

EN CETTE EGLISE LAME

NDE 2 SERVICES

PAR AN ET 3 BASSES MESSES
PAR MOIS. GIST AVSSI DAMME
MARGVERON VEVVE DE MTRE
CLAVDE L. . . . LLE NOTAIRE ET
PR QVI DECEDA LE 4 MAI ..0..
Pierre. — Longueur 0TM90. — Largeur 0"80. — Majuscules romaines.

Cette tombe sert de pavé dans un corridor à droite, sous le premier porche de l'hôtel du Chevreuil.

Claude Laguille, procureur et notaire royal, fils de feu Pierre Laguille, aussi procureur et notaire à Autun, et d'Anne Marchandet, avait épousé le 30 avril 1685, à NotreDame, Marie Margueron, fille de Pierre Margueron, marchand d'Autun, et de Simone Berthault1. Claude Laguille mourut le 24 juin 1698 et fut inhumé en l'église paroissiale Saint-Pancrace. Sa femme lui survécut trois ans:

L'an mil sept cent un, le cinquième jour du mois de may a esté inhumé dans l'église des R. pères Cordeliers dam. Marie Magdelaine Margueron, femme de fut Mr C. Laguille procureur au baliage d'Autun, représentée dans l'église paroissiale de St Pancrace; fait ès présences des témoins soubsignés : Etienne Pallier. — F. Bérardier, curé de St Pancrace. a

1. Reg. de N.-D. à la date. (Archives de l'état civil d'Autun.) ?. Reg. de Saint-Pancrace, aux dates. (Ibid.)

XXVI

XVII* siècle.

LLOT EN

SON VIVANT ESCHE
VIN ET

Pierre. — Longueur 0°98. — Largeur (?) — Majuscules romaines.

La tombe où se lit le fragment d'épitaphe ci-dessus sert de marche à une porte du rez-de-chaussée de l'hôtel du Chevreuil donnant dans la cour, à gauche.

Il semble qu'on doive le rapporter à un membre de la famille Pillot, mais il est difficile de dire auquel en particulier, car plusieurs remplirent les fonctions échevinales: Gabriel Pillot fut échevin en 1584; le grénetier E. Pillot, en 1599 et 1600; Claude Pillot, en 1607 et 1608; Jean Pillot, en 1621 et 1622; Gabriel Pillot, en 1643 et 1644; le chirurgien Pierre Pillot, en 1648, 1649, 1658, 1659, 1667 et 1668. •

XXVII

XVIIe siècle.

DE VAULDREY LAQUELLE

Ces trois mots se lisent sur un fragment de dalle tumulaire qui sert de pavé dans la première salle à droite, sous le premier porche de l'hôtel du Chevreuil.

1. Cf. Archives municipales : Livre noir.

Gabrielle de Vauldrey, fille de N*** de Vauldrey, chevalier, seigneur de Saint-Phal, mariée le 22 février 1588 à Gaspard d'Épinac n'oublia pas les Cordeliers dans son testament2, mais elle n'élut pas sa sépulture dans leur couvent; elle ordonna au contraire qu'on l'enterrât auprès de défunt monsieur d'Épinac, son mari, à Monestoy3. Il est donc impossible de lui attribuer ce fragment d'épitaphe, et les nombreuses recherches auxquelles nous nous sommes livré à ce propos n'ont abouti à rien de certain.

XXVIII

XVII' siècle.

SIT IN PACE
EIUS ET HABITAT
IN SANGTA SION

Ce fragment d'inscription inspiré par l'Écriture sainte se lit sur une tombe servant de pavé dans la première salle, à droite, sous le premier porche de l'hôtel du Chevreuil.

XXIX

XVII' siècle.

CY GIST ESTIENNE
MONGER

Les quatre mots qui subsistent .de cette épitaphe se lisent sur la pierre d'évier, dans la cuisine de l'hôtel du Chevreuil.

1. Archives de l'hôtel de ville d'Aufun. Fonds d'Epinac.

2. < Je délaisse aux religieux comme Cordeliers, Jacobines et Capuchins, à chascun quinze livres. » {Projet de testament, sans date, 1 pièce in-f*. Arch. de l'hôtel de ville d'Autun. Fonds d'Épinac.) Les trois communautés dont il est ici question existaient alors a Autun.

3. Ancien nom du bourg d'Epinac, arrond. d'Autun.

[ocr errors][merged small]

Pierre. — Longueur (?) — Largeur 0"76. — Majuscules romaines.

Épitaphe sur un fragment de tombe servant de pavé à un corridor situé à droite, sous le premier porche de l'hôtel du Chevreuil.

XXXI

XVII* siècle.

ADRIEN

CHIRVRGIEN

DAVTVN

DAME

Parmi les cent sept chirurgiens mentionnés par M. le docteur Guyton dans ses Recherches historiques sur les Médecins et la Médecine à Autun{, un seul porte le prénom d'Adrien, c'est Adrien Brunat mentionné dans les Registres de l'hôtel de ville aux dates des 26 août 1637 et 30 août 1646, et marié à Jeanne Oudin2. Nous pouvons donc, en toute sûreté, lui rapporter ce fragment d'épitaphe gravé sur une pierre placée sous le second porche de l'hôtel du Chevreuil.

1. Aatun, Dejussieu, 1874, in-8». 1. Ibid. p. 102 et 104.

XXXII

Ann. 1702.

CY GIST HONORABLE
DOMINIQVE ....
REGRATIER AV
GRENIER A SEL

DAVTVN QVI DECEDA
LE 21 MAY ..07 ET

PIERRETTE C SA

FEMME LE
ET IEAN .... LEVRS
FILS LE 7 SEPTEM 1702
PRIEZ DIEV POVR EVX
Pierre. — Longueur 0"83. — Largeur 0"72. — Majuscules romaines.

Cette tombe sert de pavé dans la première salle à droite, joignant le premier porche de l'hôtel du Chevreuil.

Les regrattiers vendaient du sel à petite mesure, à petit poids. Ils ne pouvaient exercer leur métier sans avoir une commission enregistrée au greffe du grenier à sel de la juridiction duquel ils dépendaient.

XXXUI

Ann. 1711.

CY GIST ANTHOI
NE 1AUPOY MAIST
RE MENUISIER D'AU
TON QUI DECEDA
LE 14 M 1711
IEANNE POILLOT
SA FEMME QUI DE
CEDA LE

PRIES DIEU POUR
LEUR AME.

t

Pierre. — Longueur 0"82. — Largeur 0"54. — Majuscules romaines.

La tombe qui porte cette épitaphe sert de pavé à un corridor situé, à droite, sous le premier porche de l'hôtel du Chevreuil.

« ZurückWeiter »