Abbildungen der Seite
PDF

sacrement de la régénération. Venez en moi par vos grâces puissantes; venez-y par votre auguste sacrement; établissez votre demeure dans mon âme, et régnez-y avec empire et avec gloire, comme Fils unique du Père, plein de grâces et de vérité.

Après la Messe.

Nations, louez toutes le Seigneur; peuples, louez-le tous,

Parce qu'il a signalé envers nous la grandeur de sa miséricorde, et que la vérité du Seigneur demeure éternellement.

Gloire au Père, etc.

SECOXD EXERCICE

POUR ENTENDRE LA. SAINTE MESSE.

Allez à l'Église comme les pasteurs à Bethléem , pour voir l'Enfant Jésus nouvellement né, ou comme la sainte Vierge au Calvaire, pour assister à sa mort, et l'offrir en sacrifice à Dieu pour le salut du monde; ou comme les trois Apôtres au Tabor, pour le contempler dans le mystère de sa Transfiguration.

Adorez avec un profond respect notre Seigneur dans l'auguste sacrement de l'autel, vous unissant aux Esprits bienheureux prosternés sans cesse en sa divine présence.

jiu commencement de la Messe.

Je m'approche de votre autel, ô mon Dieu! pour vous offrir, avec toute l'Église, l'adorable victime immolée pour mon salut, le véritable Agneau qui efface les péchés du monde. C'est par ses mérites infinis que je vous demande le pardon de mes offenses innombrables; je les confesse à vos pieds, j'en conçois devant vous le regret le plus sincère, je m'avoue coupable et très-coupable à vos yeux : mais j'implore votre miséricorde, et, dans les sentiments d'un cœur vraiment contrit et humilié, je supplie la sainte Vierge et les Saints de solliciter pour moi la grâce du pardon que j'ose espérer de votre clémence.

Ah ! Seigneur, éloignez de moi toute iniquité, afin que j'approche du Saint des Saints avec un cœur pur et digne de vous être offert. Par J.-C. notre Seigneur.

Que les mérites de vos fidèles serviteurs, dont les reliques reposent sous cet autel, m'obtiennent la grâce d'une parfaite réconciliation avec vous, et celle de participer dignement au plus grand des sacrifices.

A /'Introït.

O Agneau dominateur de la terre! ô Désiré des nations, et l'objet des vœux et des soupirs de tous les justes de l'ancienne loi! vous êtes enfin descendu du trône de votre gloire, vous avez habité parmi nous , et avez mis le comble â tous vos bienfails en accomplissant le grand ouvrage de la Rédemption des hommes. Gloire au Père, qui a aimé le monde à un tel excès, qu'il lui a donné son propre Fils; gloire à ce même Fils, que l'amour a porté à se faire homme pour notre salut; gloire au Saint-Esprit, par lequel s'est accompli cet ineffable mystère; gloire aux trois Personnes adorables , dans les siècles des siècles.

Au Kyrie.

Père des misérisordes, ayez pitié de votre enfant, que vous avez créé à votre image.

Aimable Jésus, sauvez mon âme, qui est le prix de votre sang et de vos douleurs.

Esprit-Saint, purifiez cette âme que vous avez sanctifiée dans le baptême.

Trinité adorable, venez en moi, et faites-y votre demeure éternelle.

Au Gloria.

Grand Dieu! j'unis mes louanges à celles que vous rendent les Esprits célestes, et aux bénédictions que vous donnent ces troupes innombrables d'Anges et de bienheureux qui vous environnent: je loue, je bénis, j'adore et glorifie avec elles et avec toute l'Église votre incompréhensible majesté; je vous rends grâces, ô Dieu saint! dans la vue de votre gloire infiuiment grande : que ne puisje travailler à l'étendre et à la perpétuer, en vous faisant connaître et en vous gagnant des cœurs! Régnez au moins dans le mien d'une manière plus parfaite, et accordez-lui cette paix que les Anges, à votre naissance, annoncèrent aux hommes de bonne volonté.

Pendant les Oraisons.

Exaucez, s'il vous plaît, Seigneur, les prières que le Prêtre vous adresse au nom de toute l'Église : nous Vous en suplions par les mérites de la Vierge et des Saints qu'elle honore particulièrement en ce jour; faites que, les ayant sans cesse pour intercesseurs dans le ciel, nous soyons leurs imitateurs sur la terre, et méritions, par nos vertus, de leur être réunis dans la gloire que nous espérons. Par notre Seigneur J.-C. votre Fils, qui vit et règne avec vous en l'unité du Saint-Esprit , dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

A l'Epître.

Divin Esprit, qui avez parlé par les prophètes, et qui avez dicté les livres sacrés de l'Ancien et du Nouveau Testament, imprimez dans mon âme les instructions saintes que vous y donnez aux fidèles; ne permettez pas que tant de lumière me devienne inutile; ajoutez à ce bienfait celui d'éclairer les infidèles , de ramener les hérétiques et les schismatiques à l'obéissance de l'Église, qui, étant inspirée et dirigée par vous, est l'oracle infaillible de la vérité, dont vous êtes la source. Aidée de votre grâce, ô mon Dieu ! je veux vivre et mourir dans la foi qu'elle enseigne, et dans la pratique des œuvres qui assurent ma récompense. Au Graduel.

Soyez béni ô mon Dieu! de la gloire où vous élevez les Saiuts, et des honneurs que vous leur prodiguez dans le ciel et sur la terre. La mémoire des justes est immortelle, et vous serez, Seigneur, éternellement glorifié par vos élus, dans lesquels vous couronnez vos propres dons. Puissé-je imiter ceux que je révère, et participer un jour à leur suprême béatitude!

A l'Evangile.

En me levant à la lecture de votre Évangile, ô Jésus ! je déclare faire une profession authentique de toutes les vérités que vous m'y enseignez, et que l'Église seule a le droit de m'expliquer infailliblement. Daignez, ô mon divin Maître! graver vos paroles sacrées dans mon cœur : faites que je les y reçoive, que je les médite et les conserve, à l'exemple de votre sainte Mère ; que je les professe de bouche et d'action aux dépens même de ma vie; que je vous rende témoignage en vivant selon vos maximes, et que je montre par mes œuvres que ma foi est vive et animée par la charité. Car, heureux, dites-vous, ô mon Sauveur! ceux qui entendent la parole de Dieu, et qui la mettent en pratique. Accordez-moi donc la grâce de recueillir avec joie cette divine semence, et de la faire fructifier par le mérite des vertus, par la patience dans les afflictions, par le renoncement à moi-même, par l'amour effectif du prochain, et par la persévérance dans votre amour.

Au Credo.

Unissez-vous au symbole que le Prêtre récite à la Messe ; protestez du moins, par un acte de foi, que vous en croyez tous les articles

« ZurückWeiter »