Abbildungen der Seite
PDF

M. Clermont-ganneau croit que la roue fait allusion aux courses.

[ocr errors][merged small]

ÉPITAPHES PUNIQUES ET SARCOPHAGE DE MARBRE. LETTRE DU R. P. DELATTRE ET NOTE DE M. PH. BERGER, MEMBRE DE L'ACADÉMIE.

Saint-Louis de Carthage, 22 mars 1904.

Cher Monsieur,

J'ai l'honneur de vous adresser, avec dessin, photographies et estampages, la copie de quatre épitaphes carthaginoises qui ne manqueront pas de vous intéresser, et j'ai le plaisir de vous annoncer la découverte d'un grand sarcophage de marbre blanc peint et sculpté que j'ai ouvert ce matin même.

Voici d'abord les épitaphes:

[ocr errors]

Sur la face d'un morceau de marbre blanc long de 0 m 23, haut et épais de 0TM 06, épitaphe en une seule ligne. Le premier mot "Dp, tombeau, a été enlevé par une cassure.

[graphic]

Tombeau de Baalazor fils de Bail

II

L'inscription qui suit a été gravée sur un morceau de calcaire blanchâtre long de 0m 21, haut de 0m 12 et épais de 0,u 14. La face a été soigneusement polie et est encore douce au toucher. Sauf la face et la partie supérieure qui a été bouchardée, tous les autres côtés ont été simplement épannelés.

Sur la face polie on lit en magnifiques caractères très nets:

[graphic]

Tombeau de Baal-Hannon fils de Bod-Astarolh fils de Garmelqart fils de Bod-Melqarl makam elim.

Cette épitaphe se termine par un titre que nous avons déjà rencontré suivi d'un nom, peut-être celui de Malte1. Ce doit être une dignité se rapportant au culte des dieux. Nous avons d'ailleurs encore trouvé une épitaphe mentionnant un grand prêtre, celui sans doute pour lequel l'inscription a été gravée.

III

Sur une petite pierre noire à veine supérieure blanche, épaisse seulement de 0nl 03 et haute de 0m 09, était gravée une épitaphe composée de trois lignes.

Le champ occupé par l'inscription, large de 0 ■ 058, était encadré d'une moulure.

[graphic]

La pierre est brisée à droite, de sorte que le commencement des lignes manque. Il doit rester à peu près la moitié de chaque ligne.

1. Comparez Corpus inscr. sem., I, 260-262.

'

1rc ligne. [ Tombeau de] grand-prêtre, Matanbaal

2e ligne melek fils d'Ahdmelek

3e ligne hamelek fils de BaalhillèsK

IV

Sur un morceau de calcaire gris haut de 0 m 05, épais de 0m 07 et long de 0ra 26:

[graphic]

Tombeau de Saçafat, femme d'Abd-Elim fis de Baalsamar.

La face seule qui porte l'inscription a été dressée et polie.

Ces deux dernières inscriptions ont été découvertes dans les premiers mètres de déblaiement d'un puits profond'2 à trois chambres ou caveaux superposés. En même temps nous avons trouvé des stèles funéraires brisées dont deux sortent de l'ordinaire et une grande quantité de fragments de vases parmi lesquels huit anses d'amphores rhodiennes estampillées.

V

Dans la chambre inférieure profonde comme longueur de 2m 32, en partie effondrée et devenue une sorte de grotte,

1. Voici comment je propose de restituer cette inscription:

byajnC DJHS 1~\ [I2p] [Tombeau du] grand-prêtre Matanbaal, -pbn-ny p "Sc[n p] [fils de IIi]milcon, fils d'Abdmelq

ySnSjn p -|Son ][> m] [art, fi]ls de Himilcon, fils de Baalhilles.

(Ph. H.)

2. Environ 17 mètres,

j'ai découvert aujourd'hui un beau sarcophage de marbre blanc peint.

Il mesure 2 mètres de longueur.

Chaque grande face de la cuve porte deux rosaces sculptées en relief.

Le couvercle est orné de deux acrotères aux extrémités de la ligne faîtière et de sept autres le long des grands côtés.

La partie la plus intéressante est le sujet des frontons.

[graphic]

Chacun représente sculpté en relief la nymphe Scylla, les bras étendus. De ses reins s'élancent des chiens rappelant ce vers de Properce (IV, iv):

Can.dida.que in saevos inguina versa canes.

J'ai déjà signalé cette représentation, mais figurée en peinture, sur les frontons d'un autre sarcophage sorti de la même nécropole.

Celui que je viens d'ouvrir renfermait les restes d'un cadavre de jeune adulte. Près du pied gauche, on avait déposé une tasse noire à double anse et un miroir de bronze

1901. 33

« ZurückWeiter »