Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

Epist. 14, col. 1284.

col. 1288.

| coi. 287.

col. 1297.

col. 1288.

et de ses dépendances donnés au monastère l'office épiscopal. Giles, évêque de Tusculum,
de Saint-Bénigne de Dijon, au temps du pape était porteur de cette lettre et de celles qu'il
Urbain II.

envoyait aux évêques suffragants.
Epist. 61, Le 18 octobre 1127, il fit savoir à Otton, Par la lettre soixante-quatorzième, écrite le

évêque d'Halbersladt, qu'on l'avait dénoncé 7 novembre 1128, à Alexandre, évêque de
au Saint-Siége comme ayant occupé l'évêché Liége, et au clergé de cette Eglise, le pape
par la violence des laïques et par simonie. condamne la mauvaise coutume où l'on était
Au cas qu'il en soit ainsi, il lui ordonne de d'exiger de l'argent de ceux qui étaient élus
céder et de faire pénitence.

chanoines. Lsist. 65, Le 4 mai 1128, il écrivit à Matthieu , évê- Honorius exhorte le clergé, les consuls et Epist. 78,

que d'Albane, légat du Saint-Siége, de faire le peuple de Pistoie à accorder de l'argent à
restituer, après examen, ce que les moines l'évêque Hildebrand, pour construire une
de Dijon avaient enlevé au monastère de église sous le vocable de saint Pierre. Cette
Luxeuil. Ces deux monastères étaient en litige lettre est du 29 mars, entre 1125 et 1129.

Le pape avertit Odalric, évêque de Constan- Epist. 77,
Champagne, et le pape Pascal en avait déjà ce, d'exhorter Rodolphe, comlede Lenzbourg,
ordonné la restitution au monastère de Lu- de cesser les vexations qu'il faisait au monas-

xeuil, mais son ordre n'avait pas été exécuté. tère de Reichenau.llannonce à Burchard, évê. Epist. 78, Sate. 12. Eugène de Rozière a publié, dans le que de Meaux, que la mauvaise coutume de sol. s . Cartulaire du Saint-Sépulcre de Jérusalem, sous piller les biens de l'Eglise, après la mort des

le 29 mai 1128, une lettre d'Honorius à Bau évêques de Meaux, venait d'être abolie avec
douin, roi de Jérusalem. Dans cette lettre, le l'assentiment de Thibaud, comte de Blois.
pape se réjouit du bien que ses envoyés Le comte de Malqueul, près de Montpel. Epist. 81,
Guillaume, archevêque de Tyr, et Roger, lier, reçoit ordre de ne frapper de la monnaie
évêque de Rama, disent de Baudouin. Il que dans Malgueul. Ces lettres sont écrites
loue surtout son amour de la justice et de la entre 1125 et 1129.
religion, et tous les travaux qu'il a endurés C'est une lettre de recommandation à l'arche- Epist. 83,
pour la foi. Il l'exhorte à persévérer en se vêque de Hambourg pour un prêtre-cardinal.
confiant au Seigneur. Il lui proteste de son L'évêque de Maguelone avait écrit au pape Epist. 84,
affection et lui accorde le royaume de Jéru- que l'abbé d'Aniane, son diocésain, refusait
salem et la dignité octroyée par Pascal au d'assister aux synodes. Honorius ordonna à
roi Baudouin ser, son prédécesseur, et le l'archidiacre et grand chantre d'Agde de sta-
gouvernement de l'Eglise de Jérusalem qu'il tuer sur cette affaire, après avoir entendu
doit exercer avec une juste discrétion. Il lui les parties.
commande de conserver intact l'honneur qu'il La lettre quatre-vingt-cinquième est du 31
doit au royaume et à l'Eglise de Jérusalem. mars, entre les années 1126-1129. Celle que
En finissant, il l'avertit qu'il lui envoie, pour le pape adressa au clergé et au peuple de
toutes ces recommandations, Foulques, comte Toul est du 17 mars, entre 1127 et 1129. Il
d'Anjou, dont il vante la bravoure, la sa- ordonne d'observer l'excommunication por-
gesse et le désintéressement.

tée contre Thierry de Imbercurte. Ce seigneur
La même année, Honorius écrivit aux Ty- était venu se plaindre au Siége apostolique
riens pour leur signifier qu'il avait envoyé d'avoir été injustement excommunié par
le pallium à Guillaume, leur archevêque, élu Henri, évêque de Toul. Les archidiacres de

canoniquement et consacré par le patriarche Toul et deux prêtres attestèrent que Thierry Epist. Te de Jérusalem. La lettre à Guaremond, arche- avait été excommunié longtemps auparavant

chevêque de Jérusalem, est sur le même su pour avoir enlevé par violence le château de Eskt. 51, jet. Elle est datée de Bari. On n'a qu'un frag- Commercy, qui appartenait à l'Eglise de

ment de la lettre écrile, en 1128, à Bernard, Toul. Ils prouvèrent que Richin , évêque de
patriarche d'Antioche. Le pape lui ordonne Toul, leur avait accordé le privilége d'excom-
de restituer à l'Eglise de Tyr les suffragants munier les ravisseurs de leurs biens , et que
qu'il retenait. Si ces évêques ne rendaient Calixte Il avait confirmé ce privilége. Après
pas à l'arcbevêque de Tyr la soumission qu'ils avoir entendu les raisons exposées de part
lui devaient, ils devaient être suspendus de et d'autre, le pape prononça que Thierry était

légitimement excommunié.
· Voyez Pérard, pag. 224.

13. Dans la lettre à Guillaume, archevêque Saito.

col. 1289.

col. 1290.

Epist. 85, col. 1290.

col. 1291.

[blocks in formation]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

col. 1310.

Rpist. 103,

col. 1292.

[blocks in formation]

col. 1292.

Epist. 86, de Cantorbéry, il est question d'un différend substitution des religieux de Prémontré à des

entre l'évêque de Landaff et Bernard, évê- clercs dont la vie n'était pas assez édifiante.
que de Saint-Davids, et Richard, évêque d'Her- L'Eglise de Frisingue et son évêque Henri
ford. Urbain reprochait aux derniers de re- s'étaient plaints au Saint-Siège de ce qu'après
tenir une paroisse de son diocèse; mais eux, la grâce accordée à cet évêque par Calixte,
à leur tour, l'accusèrent sur d'autres chefs; Conrad, archevêque de Saltzbourg, regardait
ce qui était contraire à l'ordre judiciaire. Ur- comme nulles les ordinations faites par Henri,
bain porta sa plainte à Rome; mais les évê- détruisait les autels qu'il avait consacrés et se
ques qu'il accusait, cités à comparaître, ne conduisait dans le diocèse de Frisingue non
se présentèrent point et n'envoyèrent point comme métropolitain, mais comine propre
de réponse. Le pape, après avoir pris l'avis évêque. Le pape, sans prendre les péchés
des évêques et des cardinaux, ordonna la d'Henri et sans vouloir le défendre, ordonne
restitution de la paroisse qu’Urbain récla- à Conrad de procéder canoniquement dans la
mait, et fixa le Carême prochain pour la com- cause en question.
parution de Bernard et de Ricbard. Il recom- Les chanoines de l'église de Saint-Frigdien
mande l'exécution de ce jugement à son lé- de Lucques avaient voulu se séparer de l'E-
gat. Cette lettre est du 19 avril, entre 1127 glise de Latran, à laquelle ils étaient unis;
et 1129.

le pape Honorius s'y opposa. La lettre suiEpist. 87, Par la suivante, écrite le 7 novembre, en- vante, qui leur est encore adressée, est une

tre 1128 et 1129, il établit les chanoines ré- lettre d'exhortation et d'encouragement.
guliers dans le monastère d'Agaune.

Dans la lettre cent dixième, le pape con-
Epist. 88, Henri, évêque de Verdun, était accusé d'a- firme le décret par lequel l'empereur Henri,

voir dilapidé le trésor de son Eglise et d'être dans la troisième année de son règne, avait
entaché de simonie. Honorius, en 1129, con- exempté les clercs de la prestation du ser-
fia le jugement de cette affaire à Matthieu, ment. Les lois défendaient aux clercs le ser-
cardinal d'Albane.

ment; mais, d'un autre côté, elles ordonnaient Epist. 91, Suger est chargé par le pape de faire ob aux personnes distinguées de prêter le ser

server dans le monastère d'Argenteuil la dis- ment de calomnie au commencement du dé-
cipline qu'Etienne, évêque de Paris, y avait bat. De là un doute si les clercs ne devaient
établie. La lettre est du 23 avril 1129.

pas le prêter. C'est pour ôter ce doule qu'HoEpist. 96. En 1129, le pape ordonna à Pélage, arche- norius confirme l'édit de l'empereur Henri

vêque de Brague, de se présenter à Rome le entre 1125 et 1130.]
dimanche du Bon-Pasteur, pour avoir consa- 14. Le pape Honorius étant mort le 14 fé-
cré l'évêque de Coïmbre, suffragant de Die vrier, dès le lendemain · les cardinaux qui
dace. Le pontife romain , pour honorer l'E- l'avaient assisté pendant sa maladie, avec le
glise de Compostelle, avait accordé à Didace, chancelier Aymeric, se pressèrent de faire
son archevêque, les suffragants de l'Eglise l'élection de son successeur et se réunirent

de Mérida , et Coïmbre qui en faisait partie en faveur de Grégoire, cardinal de SaintEpist. 97, Il est question encore de cette affaire dans Ange. Il fut nommé Innocent II, ordonné

une lettre à Didace, écrite la même année. prêtre le samedi suivant, 22 février, et con-
On y voit aussi que cet archevêque était venu sacré le lendemain dimanche, dans l'église
à Rome et que le pape lui recommandait le de Sainte-Marie-la-Neuve 2. Le même jour,

cardinal Hubert ou Humbert, qu'il envoyait Pierre de Léon, prêtre-cardinal de SainteEpist. 98, comme légat en Espagne. Il fait la même re- Marie-Transtevére, élu pape par les autres

commandation à Alphonse, roi d'Espagne. cardinaux, sous le nom d'Anaclet II, fut sacré Epist. 99, La lettre à l'archevêque de Magdebourg est dans l'église de Saint-Pierre. Ainsi, il y eut

pour confirmer dans l'Eglise de cette ville la un schisme dans l'Eglise romaine, qui ne se

col. 1296.

col. 1301.

[blocks in formation]

col. 1302.

col, 1302.

col, 1303.

1 Pagi ad an. 1130, num. 5. – ? Voir sur Innocent II, les prolegomèpes des éditeurs de la Patrologie, au tome CLXXIX, col. 19 et suiv. On y trouve 1° une notice de Cocquelines; 20 une autre de Mansi; 30 une préface de Muratori; 40 trois Vies, l'une par Bernard Guidonis, l'autre par Pandulphe de Pise, la troisième par le cardinal Aragon; 50 trois lettres sur l'élection d'lnnocent; 6o cinq lettres de Vulgerin, soixante-deuxième évêque de Bourges, sur Innocent; 70 la sentence de

Lothaire III contre Anaclet, et son serment à son couronnement; 8° Notice diplomatique de Jaffe. Viennent ensuite les lettres et priviléges au nombre de cinq cent quatre-vingt-dix-neuf, quatorze lettres de divers personnages, et les Actes du concile de Reims où le pape Anaclet fut excommunié. Les prolégomènes sont précédés d'un index des ouvrages dont les éditeurs se sont servis pour le recueil des lettres et priviléges des souverains pontifes. (L'éditeur.)

[merged small][ocr errors]

It tient un coucile àller mont en 1130.

termina que par la cession de l'antipape que les évêques s'en rapportèrent. C'est pour-
Victor, le 29 mai 1138, quelque temps après quoi, ayant mûrement examiné la forme des
la mort de l'antipape Anaclet, arrivée le 7 deux élections, le mérite des électeurs, les
février de la même année 1.

moeurs et la réputation des élus, saint Ber-
15. Innocent II était romain de naissance ?, nard se déclara pour Innocent II 6. Le concile
d'une famille noble, fils de Jean, de la région s'en tint à cette déclaration.
d'au-delà du Tibre. Ses moeurs, dès sa jeu 17. Le pape Innocent arriva en France par
nesse, furent sans reproche. Après avoir été la Provence; puis, ayant traversé la Bourgo-
moine de Saint-Jean-de-Latran et abbé du gne, il vint à Orléans, où il fut reçu honora-
mopastère de Saint-Nicolas et de Saint-Pri- blement par le roi Louis et par les évêques.
initif, hors de Rome, le pape Urbain II le fit Avant ce temps, le pape avait présidé à un
cardinal-diacre. En 1121, Calixte II l'envoya concile assemblé à Clermont en Auvergne 8,
légat en Allemagne pour y négocier la paix dans le mois de novembre. On y traita de la
avec l'empereur Henri V. L'année suivante, foi catholique, de la réformation des mœurs
il passa en France avec la même qualité. Il et de la discipline, et l'élection d'Innocent y
y tint deux conciles en 1124, l'un à Clermont, fut reconnue de tous les assistants pour ca-
l'autre à Vienne. De retour à Rome, il fut nonique. Le 13 janvier de l'année 1131, Henri,
choisi pape comme on l'a dit. Arnoul, archi- roi d'Angleterre, à qui saint Bernard avait
diacre de Séez 3, assure , dans son traité du persuadé de reconnaître ce pape pour seul
Schisme, qu'Innocent refusa jusqu'à deux légitime ', vint le trouver à Chartres, suivi
fois la papauté, et qu'il ne l'accepta que parce de plusieurs évêques et seigneurs de ses Etats,
qu'on ne voulut avoir aucun égard à ses rai- et lui promit obéissance filiale. Il fut aussi
sons.

reconnu par le roi Lothaire et les évêques
16. Quoiqu'Innocent II eût dix-neuf car- d'Allemagne dans le concile que Gauthier,
dinaux de son côté, l'antipape Anaclet se archevêque de Ravenne, son légat 10, célébra
trouvait le plus fort dans Rome, où il avait à Vurzbourg au mois d'octobre de l'an 1130.
gagné, par ses largesses, le peuple et la plu 18. Après quelque séjour en France, le
part des grands. Il écrivit aussi à tous les pape vint à Liége, où il se tint 11 une assem- ha
princes de l'Europe pour se faire reconnaître blée nombreuse d'évêques, d'abbés, Alle-
pape. Innocent, ne se croyant donc pas en sû- mands et Lorrains, et de seigneurs. Le roi
reté à Rome, se retira d'abord à Pise, où il Lothaire s'y trouva avec la reine Richise son
passa la plus grande partie de l'année 1130; épouse. L'assemblée se fit le troisième di-
puis il vint en France. Ses nonces l'y avaient manche de Carême de l'an 1131. Le pape cé-
précédé pour instruire l'Eglise gallicane de lebra la messe, couronna le roi et la reine,
ce qui s'était fait à Rome, et les exhorter à el rétablit à leurs prières Otton, évêque
condamner le schismatique. Saint Hugues, d'Halberstat, qu'Honorius II avait déposé
évêque de Grenoble 4, instruit que ce n'était trois ans auparavant. Le roi Lothaire pressa
pas le mérite, mais les richesses et la violence Innocent II de lui rendre les investitures;
qui avaient élevé Pierre de Léon sur le siége mais saint Bernard fit voir que les préten-
pontifical, l'excommunia avec les autres évê- tions de ce prince n'étaient pas fondées. De
ques de France qui s'étaient assemblés avec Liége le pape vint à Paris. Il célébra à Saint-
lui au Puy, et cette excommunication porta Denis 12 la fête du Jeudi-Saint, l'office du ven-
un grand préjudice à la cause de l'antipape. dredi et du samedi, et la messe le jour de
D'un autre côté, Louis-le-Gros, informé aussi Pâques, assisté de l'abbé et des moines,
de ce qui s'était passé à Rome 5, assembla un Comme il allait à cette abbaye, une foule de
concile à Etampes, auquel il invita saint Ber- peuple vint au-devant de lui, même les juifs
nard. Ce fut à la décision de ce saint abbé de Paris. Ils lui présentèrent le livre de la

Innocent)

Concile de Liés en

· Voir sur cet antipape une notice des Bollandistes et une autre de Jaffé, au tome CLXXIX de la Patrologie, col. 687-690. Les lettres priviléges sont reproduites au pombre de cinquante-deux. (L'éditeur.)

2 Tom. X Conc., pag. 945, et Papebroch, in Conatu
Hist. ad Innoc. II.

* Cap. iv, et Pagi, ad an. 1130, num. 7.
Vita S. Hugonis, cap. v.
Suger, Vita Ludov., pag. 317.

XIV.

6 Arnald., Vita S. Bern., lib. II, cap. 1.
7 Arnald., ibid.

8 Guido, libello de Concil., et Pagi, ad an. 1130,
num. 38.

9 Orderic. Vital., lib. XIII, pag. 895.
10 Pagi, ad an. 1130, num. 58.

11 Chronicon Aurævallis, cap. XXVII, et Chroniconi
Corneri, tom. II Eccardi, pag. 673.
12 Suger., Vita Ludov. VI, pag. 318 et 319.

17

Reims en 1131.

Pise.

Loi, couvert d'un voile. Alors le pape fit venu de marcher incessamment à Rome. Ils
pour eux cette prière : Plaise au Dieu tout- y entrèrent le 1er mai de l'an 1133. Le pape

puissant d'ôter le voile de vos cœurs ! logea au palais de Latran, et non au Vatican Concile de 19. Le 18 octobre de la même année 1131, qui était occupé par l'antipape. Le roi campa

il assembla un concile à Reims, où assistè- avec son armée sur le mont Aventin. Inno-
rent treize archevêques', deux cent soixante- cent II, pour reconnaître les services de Lo-
trois évêques, grand nombre d'abbés, de thaire, le couronna empereur, et la reine
moines et de clercs, tant français et alle- Richise son épouse, impératrice, dans l'église
mands, qu'anglais et espagnols. Saint Ber- du Sauveur à Latran. Cette cérémonie se fit
nard était du nombre. L'élection d'Inno- le 4 juin. Lothaire donna avis 5 par une lel-
cent II y fut solennellement déclarée cano- tre circulaire à tous les prélats et fidèles de
nique, et l'antipape Anaclet excommunié l'Eglise catholique de ce qu'il avait fait pour
jusqu'à ce qu'il revini à résipiscence. Pbi- mettre fin au schisme; et ne se trouvant pas
lippe, fils aîné de Louis-le-Gros, avait été assez de forces pour attaquer Anaclel dans
couronné à Soissons, le 14 avril 1129. Mais ses forteresses 6, il reprit le chemin de l'Al-
ayant été tué à Paris par un accident, le roi lemagne. Le pape Innocent, ne se croyant
fit couronner par le pape, Louis son second pas non plus en sûreté à Rome, revint à
fils. Le pape fit en plein concile un discours, Pise.
où, s'adressant au roi : « Dieu, lui dit-il ?, a 21. Dans le concile qu'il y assembla le 30 Conci
pris votre fils aîné dans l'innocence pour le mai 1134, les Milanais qui avaient jusque-là
faire régner dès à présent avec lui dans le ciel, suivi le parti de l'antipape Anaclet se réunirent
vous laissant plusieurs autres enfants pour à Innocent II. L'antipa pe y fut excommunié 7;
régner ici-bas après vous. C'est à vous à nous l'on déposa ses fauteurs en leur ôtant toute
consoler nous autres étrangers chassés de espérance de rétablissement; et l'on con-
notre pays : comme vous avez fait en nous damna l'hérétique Henri R, qui troublait la
recevant avec tant d'honneur et nous com- France depuis le pontificat de Pascal II. Le
blant de tant de bienfaits, dont vous recevrez pape Innocent resta à Pise jusqu'en 1137, qu'il
une récompense éternelle. » Le pape fit aussi partit pour Viterbe, où il voulait' s'aboucher
dans ce concile 3 la cérémonie de la canoni- avec l'empereur Lotbaire qui y était venu avec
sation de saint Godebard, évêque d'Hilde- une armée beaucoup plus nombreuse que la
sheim, selon que Bernard, évêque de cette première. Leur dessein était d'obliger Ro-
ville, l'en avait prié au concile de Liége. (Les ger, roi de Sicile, à quitter le parti de l'an-
actes du concile de Reims sont reproduits, tipape. La voie des armes n'ayant pas réussi,
d'après Mansi, au tome CLXXIX de la Patro- on prit celle de la négociation qui fut aussi
logie, col. 575-586.]

inutile. Innocont II 20. Le pape, après avoir reçu des Fran 22. La mort de l'antipape Anaclet, arri- Morld i

a çais * toutes les marques de soumission et vée le 7 janvier 1138, aurait dû mettre fin eipe

d'amitié qu'il pouvait désirer, repassa les au schisme; mais le roi Roger 10 permit aux
monts, et entra en Lombardie. Il était à Ast cardinaux de son parti de lui donner un suc-
le jour de Pâques 1132. Elant passé de là à cesseur. Ils élurent Grégoire, prêtre-car-
Plaisance, il y assembla un concile des évê- dinal, à qui ils donnèrent le nom de Victor.
ques de la Lombardie, de la province de Ra- Mais environ deux mois après son élection,
verne et de la Basse-Marche. Il était encore il quitta la mitre et la chape, et se soumit à
en Lombardie lorsque le roi Lothaire y arriva l'obéissance d'Innocent II, le 29 mai 1138.
à la tête de son armée. Ce prince tint à Ron- Alors le pape, rentré dans Rome dès le pre-
caille avec le pape et les Lombards une as- mier jour du même mois, et peut-être aupa-
semblée générale pour régler les affaires de ravant, s'appliqua à y rétablir le service di-
l'Eglise et de l'Empire. Il eut avec le pape vin, et à réparer les ruines que le schisme
une seconde conférence à Pise, où il fut con- avait occasionnées.

retourneå Rome en 1133.

1 Ordericus Vital., lib. XIII, pag. 895, et Chronic. Corneri, pag. 673.

2 Chronic. Mauriniucens., pag. 378.
3 Pagi, ad an. 1131.
• Orderic. Vital., lib. XIII, pag. 895, 896.
S Tom. II Spicileg., pag. 480.

6 Orderic. Vital., lib. XIII, pag. 897.
7 Arnal., Vita Bernard., lib. II, cap. 11.
8 Mabillon., in Analectis, tom. III, pag. 341.
9 Falco in Chronico, pag. 303, et seq.
10 Vita Bernardi, lib. II, cap. VII.

Patrol , tom.

epist. 321, c.

Lo sape Is- 23. Les frères de l'antipape Anaclet' re- tres qui avaient acquis ou conservé leurs bé-
s tease connurent Innocent II pour vrai pape, et vin- néfices par les crimes de leurs parents, en
Salon ecne rent lui jurer fidélité. Paisible possesseur de seraient privés. On s'était contenté à Jouarre
Mene.

son siége, il convoqua, pour le 8 avril 1139, d'excommunier les auteurs de ces deux
un concile à Rome. C'est le second de La- meurtres e, et de menacer de la même peine
tran, que l'on met parmi les conciles géné- ceux qui leur donneraient le logement, ou
raux. Arnaud de Bresce y fut condamné, et communiqueraient avec eux.
l'on déclara nulles toutes les ordinations 25. Par la seconde lettre 7, le pape cède à Epist. 2.
faites par l'antipape Anaclet et les autres Lothaire et à Richise, sa fille, mariée à Henri
schismatiques, c'est-à-dire qu'on leur inter- de Bavière, les biens allodiaux que la com-
dit ? leurs fonctions, et qu'on les déposa de tesse Mathilde avait donnés au Saint-Siége,
leurs siéges. Le roi Roger y fut aussi excom- à charge par ce prince et sa fille d'en rendre
munié; mais ayant fait la paix quelques par chaque année cent livres d'argent au
temps après avec le pape, lui et ses deux fils pape et à ses successeurs, et à la condition
lui promirent obéissance 3, et le pape de son que lesdits biens, après la mort de Lothaire
côté donna à Roger l'investiture du royaume et de Richise, retourneraient au Saint-Siége.
de Sicile par l'étendard. Innocent II mourut Foucher, second archevêque de Tyr entre Epist. 4.
le 24 septembre 1143, après treize ans, sept les Latins, ayant été sacré par Guillaume, CLXXIX,
mois et neuf jours de pontificat.

patriarche de Jérusalem, en 1138, voulut, à 340. Se kiires. 24. Des quarante-trois lettres qu'on a de l'exemple de ses prédécesseurs, aller à Rome

lui dans la collection des Conciles, les troi- demander le pallium; mais il n'y arriva
sième, douzième, trente-cinquième, trente- qu'avec bien de la peine, parce que le pa-
sixième, trente-septième, trente-neuvième et triarche lui fit dresser des embuches sur le
quarantième, ne sont que des confirmations chemin, pour l'empêcher de le continuer. A

de donations, droits et priviléges accordés à son retour à Tyr, le patriarche fit encore difExist i. diverses églises. Voici quelle fut l'occasion de ficulté de rétablir cette Eglise dans son an

la première lettre 4, adressée à Rainaud, ar- cienne dignité, et de réparer les dommages
chevêque de Reims, à Hugues de Rouen, à Hu faits à l'archevêque Foucher. Il lui avait en-
gues de Tours, et à leurs suffragants. Etienne, tre autres òlé trois évêchés dépendant de sa
évêque de Paris, revenant de l'abbaye de métropole, Acre, Sidon et Béryte; et le pa-
Chelles, où il était allé pour réformer quel triarche d'Antioche avait usurpé sur Tyr les
qoes abus, fut attaqué, avec ceux qui l'ac- évêchés de Biblis, de Tripoli el d’Antarade.
compagnaient, par une troupe de gens ar. Le pape Innocent écrivit sur cela deux lettres
més, qui massacrèrent entre ses mains Tho- au patriarche de Jérusalem, qui, en consé- epist. 321, c.
mas, prieur de Saint-Victor. C'était en 1133, quence, rendit à Foucher les trois suffragants col. 400:"""
le 20 août. Vers le même temps Jean, intrus qu'il lui retenait. Il écrivit aussi aux évêques Epist. 6, Pa-
dans la dignité d'archidiacre à Orléans, ne de Biblis, de Tripoli et d’Antarade de re- korisnika
pouvant souffrir qu'Archambaud, sous-doyen venir sous la juridiction de leur métropoli-
de la même église, s'opposât à ses vexations, tain; au patriarche d'Antioche, de les rendre
le fit tuer. Saint Bernard et Pierre de Cluny 5 à l'archevêque de Tyr; et aux évêques episto: 9,..
écrivirent au pape de punir sévèrement ces d'Acre, de Sidon et de Béryte, de rendre au 350;col.100.
deux meurtriers, et de confirmer la sentence même archevêque leur respect et leur obéis-
portée contre eux dans le concile de Jouarre, sance.
lanocent II confirma non-seulement la sen- 26. Après que le roi Roger eut fait sa paix
tence rendue dans cette assemblée, mais la avec le pape Innocent, en 1139, le pape lui eiles sibi :
trouvant trop modérée, il ordonna de plus, confirma le royaume de Sicile avec le titre 678
que partout où les meurtriers seraient pré- de roi, lui donna encore le duché de Pouille
sents, on ne célébrerait point l'office divin; et la principauté de Capoue, tant pour lui
que tous leurs fauteurs seraient excommu- que pour ses successeurs, à condition d'en
niés; qu'en outre Thibaud Notier, et les au- faire l'hommage lige, et d'un cens annuel de

Epist. 4, 5. Patrol., ibid.,

370; ep. 361,

trol.,

epist.

col 299.

Epist. 7, 8.

[ocr errors]

Epist 9, Pa.

· Falco, ubi supra.
2 Chronic. Mauriniac., ad an. 1139, pag. 383.
3 Falco, ad an. 1139.

* Tom. X Concil., pag. 977. [Epist. 164, t. CLXXIX
de la l'atrologie, col. 214.)

5 Bernard, Epist. 161; Petrus, lib. I, Epist. 17.
6 Tom. X Concil., pag. 974.

7 Ibid., pag. 946; (Patrologie, ibid. ac supra, epist.
145, col. 188.]

« ZurückWeiter »