Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

CHAPITRE XLIV.

Saint Etienne de Muret, instituteur de l'ordre de Grandmont.

(Ecrivain latin, 1124.)

Etienne

de

Saint 1. Né dans la basse Auvergne, vers le milieu capables des bénéfices de l'ordre de saint
Grandmool. du xie siècle ?, d'Etienne, vicomte de Thiers, Benoit, parce qu'il y est dit qu'Etienne de-

et de Candide son épouse, il fut élevé de manda au pape d'établir son ordre selon la
bonne heure dans les maximes de la religion règle de saint Benoît, qu'il avait lui-même
chrétienne, et dans les belles-lettres. Son longtemps pratiquée en Calabre avec des re-
père étant allé en Italie pour y visiter les ligieux bénédictins. Mais sans entrer dans
tombeaux des apôtres, et les autres lieux de un long détail des faussetes de cette bulle,
dévotion, passa par Bénévent, où il logea il est aisé de montrer qu'elle est supposée :
chez Milon, son compatriote et peut-être son 1° On n'y reconnait point le style de la chan-
parent. Son fils, qu'il avait mené avec lui, y cellerie 3 ; 2° l'inscription est conçue en ces
tomba malade; ne pouvant le soulager lui- termes : « Grégoire, serviteur des serviteurs
même, il en laissa le soin à Milon et retourna de Dieu. » Or ce pape ne l'employa dans au-
seul en son pays. Il y avait alors, en divers cune de ses lettres écrites avant sa consécra-
endroits de la Calabre, des religieux qui tion, qui ne se fit que le second jour de fé-
faisaient leur demeure dans des lieux dé- vrier de l'année suivante, 1074. Avant cette
serts, et y vivaient dans une grande réputa- cérémonie, il inscrivait ainsi ses lettres :
tion de piété; Etienne les alla voir, conversa « Grégoire , élu pontife des Romains. »
avec eux, et forma le dessein de les imiter. 3° L'inscription porle : « Salut et bénédiction

2. Après quelque séjour dans la Calabre, apostolique, et à la mémoire perpétuelle de
il alla à Rome, et communiqua au pape la chose ; » façons de parler qui ne se ren-
Alexandre II son désir d'instituer un ordre contrent pas ensemble dans les bulles au-
religieux, où l'on pratiquât une règle de vie thentiques. 4° Milon, chez qui Etienne avait
semblable à celle qu'il avait vu observer en demeuré, est appelé archevêque de Béné-
Calabre, et qu'il y avait observée lui-même. vent; mais Milon ne l'était pas au mois de
Le pape ne le trouvant pas assez expéri- mai 1073, date de cette bulle : il ne le fut,
menté dans la pralique des vertus religieu- selon Ughelli, qu'en 1074. ġo Le sceau de
ses, ni d'une santé assez forte, différa de lui cette bulle porte un lion, qui de son pied
accorder la grâce qu'il demandait. On dit que droit montre une étoile, avec cette légende :
[saint) Grégoire VII, son successeur, voyant la « Il marque le chemin aux astres : » sceau
persévérance d'Etienne, lui fit expédier une sans exemple dans toutes les bulles des pa-
bulle à cet effet, la première année de son pon- pes. 6° La bulle dont il est question ne se
tificat, c'est-à-dire l'an 1073, le premierjourde trouve dans aucune des collections faites par
mai. Dom Mabillon à rapporté cette bulle les anciens grandmontains de leurs bulles et
dans la seconde préface sur le vio siècle bé- de leurs priviléges. C'est l'aveu de frère Jean
nédictin : elle est adressée à Etienne, vi- l'Evêque 4, dans son Abrégé des Annales de
comte de Thiers, et aux frères qui devaient cet ordre, imprimé à Troyes, chez Eustache
mener avec lui une vie régulière.

Renaud, en 1662. la bulle de 3. C'est sur ce monument que les grand- 4. Etienne, de retour en sa patrie, y passa Etienuo se peu Etienne montains soutiennent aujourd'hui qu'ils sont quelques jours dans sa famille; puis, renon- désert de Miu

n ipstitoo un ordre religiebi.

Grégoire VII

retire dans le

est sapposée,

ret.

1 Voir sur saint Etienne la notice historique tirée
de la Gallia christiana nova, tom. XI, et une notice
littéraire tirée de l'Histoire de la France littéraire,
tom. Xll. Elles sont reproduites au tome CCIV de la
Patrologie, col. 999-1006. Voir aussi la Vie de saint
Etienne par Gérard, septième prieur de Grandmont,

ibid., col. 1005 et suiv. Elle est reproduite d'après
Martène. (L'éditeur.)

? Mabillon., lib. LXIV Annal., num. 37, pag. 65,
tom. V.

Marten., in præfat. ad tom. VI Amplis. Collect. “In Epilom. Annal., pag. 30.

saint Etieste.

Sa manière de vivre.

çant à tous les biens et à tous les honneurs la messe, reçu l'Extrême-Onction, et ensuite
du siècle, il fixa sa demeure dans le désert le corps et le sang de Jésus-Christ, il expira
de Muret, au voisinage de Grandmont, dans au milieu de ses disciples, le 8 de février
le territoire de Limoges, n'emporlant avec 1123. Son humilité était si grande que, quoi-
lui qu'un anneau. S'étant construit en cet qu'initié au sacerdoce 3, il ne voulut jamais
endroit une cabane avec des branches d'ar- faire à l'autel d'autres fonctions que celles de
bres entrelacées, il se consacra à Dieu, et re- diacre. Clément III lui donna place dans le
nonça au diable et à toutes ses pompes. Il calendrier, par une bulle du 13 mars de l'an
écrivit sa profession, la mit sur sa tête, et 1189.
son anneau dans son doigt, en disant que 8. Nous venons de remarquer qu'Etienne, Prof-ssion de
l'un et l'autre Jui serviraient de bouclier et en se consacrant à Dieu , mit sa profession
de défense contre l'ennemi.

sur sa tête, et à son doigt l'anneau qu'il s'é-
5. On peut mettre sa retraite vers l'an tait réservé en abandonnant tous ses biens;
1078. Il y vécut seul la première année, ne il est bon de rapporter les paroles dont il
prenant pour nourriture que du pain et de accompagna la cérémonie de sa consécra-
l'eau !. Il portait sur sa chair une cuirasse tion : « Moi, Elienne, je renonce au diable
de fer, et un mauvais habit par dessus. Outre et à ses pompes; je m'offre et me remets à
l'office divin prescrit par l'Eglise, il récitait Dieu le Père, à son fils et au Saint-Esprit, »
chaque jour l'office de la sainte Vierge, celui Et mettant sur sa tête la profession qu'il
des Morts, et celui de la sainte Trinité à douze avait écrite, il ajouta : « Dieu tout-puissant
leçons. La peau de ses genoux, à force de et miséricordieux, qui demeurez toujours le
génuflexions, s'était durcie comme celle d'un même, vivez et régnez, un seul Dieu en
chameau : souvent il passait eux ou trois trois personnes; moi, frère Etienne, je vous
jours sans manger. La seconde année il com promets de vous servir dès ce moment en ce
mença à recevoir quelques disciples : un des désert dans la foi catholique. C'est pourquoi
plus célèbres fut Hugues de Lacerta.

je mets cet acte de foi sur ma tête et cet an-
6. La réputation d'Etienne lui attira la vi- neau à mon doigt, afin qu'au jour de ma
site de deux cardinaux, légats en France ?, mort cette promesse et cet acte me servent
Grégoire, qui fut pape sous le nom d'Inno- de bouclier et de défense contre les embû.
cent II, et Pierre de Léon, antipape, sous ches de mes ennemis. Seigneur, rendez-moi,
celui d'Anaclet II. Ils lui demandèrent quel je vous en supplie, la robe nuptiale; daignez
était son genre de vie. Il n'en spécifia au- me mettre au nombre des enfants de votre
cun, et dit uniquement que lui et ses disci- Eglise, et lorsque mon âme se séparera de
ples faisaient la profession de pauvreté et mon corps, revêtez-là de la robe de votre
d'abaissement qui leur avait été ordonnée charité, et faites-la entrer dans la salle du
par le pape en pénitence de leurs péchés; festin des noces de votre fils pour régner
que ne pouvant atteindre à la perfection de avec tous vos saints. » Il recommanda aussi
ces anciens ermites, qui passaient des se- son corps, son âme et son esprit à la sainte
maines entières dans la contemplation sans Mère de notre Seigneur Jésus-Christ, et de-
prendre aucune nourriture, ils se bornaient puis ce moment il ne rentra plus dans le
à imiter, autant qu'il élait en eux, les frères siècle.
qui servaient Dieu dans la Calabre. Les lé- 9. De savants critiques ont prétendu que
gats, édifiés de cette réponse, donnèrent à la Règle que l'on a publiée sous le nom de
Etienne les louanges qu'il méritait.

saint Etienne de Grandmont n'est point de quelle est **
7. Dans sa vieillesse, Etienne usait d'un lui, mais de Pierre de Limoges, l'un de ses
peu de vin pour fortifier son estomac. Etant disciples, qui l'avait composée sur les dis-
tombé malade, il exhorta ses disciples à ne cours et les exemples de son maître. Mais si
point s'éloigner de l'état de pauvreté dans l'on fait attention à la sagesse et à l'onction
lequel ils avaient vécu jusque-là, les assu- qui règnent dans toute cette règle, on ne
rant que la Providence prendrait soin d'eux. pourra disconvenir qu'elle ne soit l'ouvrage
Le cinquième jour de sa maladie, il se fit d'un saint rempli de l'esprit de Dieu et de
porter dans la chapelle, où, après avoir ouï son amour. Ces premières paroles du pro-

eçoit la

visite de deux cardipaux.

Règle de saint Etiet ne : pretres qu'elle est de

Sa mort, en 1124.

1 Mabillon., lib. LXIV Annal., num. 112, pag. 100.
2 Marten., ubi sup., pag. 1062.

3 Mabillon., lib. LXIV Annal., num. 112, pag. 100.
Mabillun., ibid., num. 11, pag. 99.

logue! : « Mes enfants et mes frères très- au même endroit, qu'en lisant les règles des
chéris, » ne conviennent-elles pas mieux au pères avec beaucoup de réflexion, et en con-
fondateur de l'Ordre qu'à un de ses disci- 'sultant des personnes de savoir et de piété,
ples? On en doit dire autant de ce qui suit il avait formé un corps de traditions et de
au même prologue : « Toutes les règles écri- préceptes pour ses disciples; c'est ce corps
tes par les saints pères, comme celles de de statuts qui compose sa règle, et qui a
saint Basile, de saint Augustin, de saint Be- toujours porté depuis le titre de Règle de
noît, ne sont pas la source de la religion, saint Etienne. Ce qu'elle a de commun avec
mais des ruisseaux : ce sont des feuilles, et celle de saint Benoît, se trouve dans toutes
non la racine. La première source de la foi les règles religieuses : l'obéissance, la pau-
et du salut, la règle des règles, d'où toutes vreté, la charité, qui devait tellement régner
les autres sont sorties, comme des ruisseaux dans les disciples de saint Etienne, qu'ils
d'une fontaine, c'est l'Evangile. Quand donc ne fussent qu'un corps et qu'une âme; mais
on vous demandera de quelle profession vous elle diffère de la règle de saint Benoît dans
êtes, quelle règle vous professez, vous ré- des points essentiels. Il est défendu dans le
pondrez que vous n'en observez point d'autre quarantième chapitre de recevoir des religieux
que l'Evangile. »

d'un autre ordre, par la raison de la différence
10. N'est-ce pas encore le fondateur qui des mœurs et des usages : au contraire, la
parle dans le chapitre neuvième ? où nous règle de saint Benoît, aux chapitres 60 et 61,
lisons : « Vous me demanderez peut-être ordonne de recevoir les prêtres et les moines
comment, après ma mort, vous pourrez vi- étrangers, qui, après s'être éprouvés dans le
vre, vous à qui nous défendons d'avoir des monastère, voudront s'y stabiliser.
églises, des bestiaux, des revenus, et le né- 12. La règle de saint Etienne défend ab- Suite.
goce? » Et dans le onzième chapitre 3 : « 11 solument de recevoir des femmes dans le
y en a peut-être, et j'en connais qui, par monastère 6; de leur permettre d'aider les
une piété feinte, vous disent : La manière frères dans leurs travaux, et d'entrer dans
extraordinaire dont votre maître vous fait leurs chambres depuis le coucher du soleil
vivre, durera un peu de temps et pendant sa jusqu'au matin; mais elle ne désapprouve
vie; mais, après sa mort, comment pourrez- point qu'elles y entrent de jour, pourvu
vous soutenir votre observance, n'ayant ni qu'elles soient accompagnées de quelqu'un
églises, ni revenus, ni bestiaux, ni le moyen qui ait de l'âge. Il n'est rien dit des femmes
de faire aucun gain ? » Ajoutons ce que saint dans la règle de saint Benoît. Elle permet,
Etienne dit de lui-même dans le chapitre au cinquante-septième chapitre, d'avoir des
quatorzième 4 : « Il y a près de cinquante ouvriers dans le monastère, et de vendre
ans que je vis dans ce désert. Dans ce nom- leurs ouvrages, mais à un prix plus modique
bre d'années, quelques-unes ont été abon- que n'ont coutume les séculiers. Elle permet
dantes, d'autres stériles : à mon égard les encore, dans le chapitre suivant, au novice
choses se sont passées de façon que, dans de disposer de ses biens avant sa profession,
l'abondance, je n'ai rien eu de superflu, et soit en faveur des pauvres, soit au profit du mo-
que dans la stérilité je n'ai manqué de rien. nastère.La règle de saint Etienne défend à ceux
ll en sera de même de vous, si vous gardez qui la professent de recevoir ou d'acquérir des
mes instituts. »

terres hors de l'enclos de leurs monastères ou Cette règle 11. Mais cette règle était-elle différente de de leurs limites; et quoiqu'elle permette de de celle de celle de saint Benoît 5? Saint Etienne décide vendre pour leurs besoins, elle bannit tout ce

lui-même cette question dans le prologue de qui sent le gain et tout commerce.
la sienne, où, après avoir nommé les règles 13. Cette règle est divisée en soixante-cinq,
de saint Basile, de saint Augustin, de saint chapitres, dont voici la teneur. Celui qui s'en-
Benoît, il dit à ses disciples : « Si l'on vous gage dans l'ordre?, doit promettre obéissance
demande quelle règle vous professez, vous à Dieu, au supérieur qui l'admet, et à ses
répondrez que vous n'en observez point d'au- successeurs, en présence des frères. Il doit
tre que celle de l'Evangile, qui est la source renoncer à tous les biens qu'il possédait dans
de toutes les règles. » Il convient cependant le monde. Les monastères ne posséderont

sint Benoit.

la règle de saint Etier

[blocks in formation]

cette Règle et

point de cures !, ni aucun des bien qui en jusqu'au carême la réfection se prenait après dépendent. Ils ne recevront rien pour l'obla- none, et qu'au carême on ne mangeait qu'ation du sacrifice 2; n'administreront point le près vệpres. Depuis la Toussaint jusqu'à Noël sacrement de pénitence aux étrangers. Leurs l'abstinence était la même pour les aliments oratoires seront fermés les fêtes et dimanches qu'en carême ; dans les autres jeûnes il était aux séculiers qui sont obligés en ces jours d'as- permis de manger des cufs et du fromage. sister aux offices divins dans leurs paroisses : 16. Lorsqu'il s'agissait de l'élection 12 du on ne leur permettra pas non plus de se pré- prieur de Grandmont, deux religieux de chasenter dans ces oratoires pour adorer la crois que monastère de l'ordre se rendaient au lieu le jour du vendredi saint, ni d'y prendre de de l'élection; on choisissait douze d'entre l'eau bénite. Pour ôter tout désir de gain, les eux, six clercs et six convers, pour élire le religieux n'auront point de bestiaux », et ne prieur ou le pasteur, c'est ainsi que la règle feront aucun commerce. Si les choses néces- le nomme ; et celui sur qui tombaient leurs saires à la vie viennent à leur manquer, ils au suffrages, était élu légitimement. L'élu deront recours à l'évêque; s'il ne leur prête au vait être de l'ordre, et le nombre des éleccun secours, après un jeûne de deux jours, teurs était fixé à douze. le supérieur enverra quelques-uns des frères Voilà ce que contient la règle de saint Editions de les plus sages demander l'aumône de porte Etienne; mais les souverains pontifes y ont des Marines. en porte. Défense d'aller aux marchés pour souvent apporté des modifications. y acheter 5; défense aussi de négocier et 1 7. Elle fut imprimée à Dijon, chez Pierre de plaider.

Palliot, en 1645, in-12; à Paris, chez Jean Pa14. Les femmes ne seront pas admises flé, en 1650, in-18, avec les Maximes de saint dans l'ordre 6, on n'y admettra non plus per- Elienne, ses Sentences recueillies par ses dissonne d'un ordre étranger, ni aucun séculier ciples, les statuts du chapitre général de l'orau-dessous de vingt ans. On gardera le si- dre, tenu en 1643, et l'office de ce saint. Il y lence dans l'église, dans le cloitre, au réfec- a encore une édition de la même règle à toire, au dortoir, et partout, et depuis com- Rouen, chez Eustache Viret, en 1671, in-12. plies jusqu'au matin, après le capitule 7. Le (On a inséré la Règle de saint Etienne, au soin du temporel sera confié aux frères con- tome CCIV de la Patrologie, col. 1135-1162, vers 8. Ce statut, selon le témoignage de d'après l'édition de 1645.) Les Maximes ont Jacques de Vitry, a causé de grands troubles été traduites en français par Baillet, et impridans l'ordre de Grandmont, jusqu'à le mettre mées deux fois en cette langue; la première à la veille de sa ruine '. Les infirmes doi. en 1704, chez Augustin le Mercier, et la veuve vent être soulagés avec tant de soin, qu'il Jean de Saint-Aubin; la seconde en 1707, chez est ordonné de vendre les ornements de l'é Jacques Vincent, in-12. [Elles sont reproduites glise, si l'on ne peut autrement leur procurer au tome CCIV de la Patrologie, col. 1085-1136, les choses nécessaires; néanmoins saint d'après l'édition de 1717.] Etienne leur interdit, de même qu'à ceux 18. Les Maximes de saint Etienne de Muret Marimes et qui se portent bien 10, l'usage de la viande, ne sont pas tellement propres à ses disciples, S. Euen ne. tant des quadrupèdes que des volailles. Dans que tous les fidèles ne puissent y puiser des les changements faits dans la règle de ce fon- instructions salutaires. On croit qu'elles furent dateur, le pape Innocent IV a excepté les ma- recueillies par Hugues de Lacerta 13, le plus lades de la défense de manger de la viande. célèbre de ses disciples, et qui était toujours

15. La règle permet deux repas depuis auprès de lui. Ces Maximes sont solides, et Pâques jusqu'à l'Exaltation de la sainte croix, proposées la plupart avec agrément; d'où l'un après sexte ", l'autre après les vêpres; l'on peut juger du caractère d'esprit de leur mais elle prescrit un jeûne perpétuel depuis auteur. Nous en rapporterons quelques-unes l'Exaltation de la sainte croix jusqu'à Pâques, pour l'édification des lecteurs. excepté les dimanches et le jour de Noël, Saint Etienne 14 disait à ceux qui deavec cette différence que depuis l'Exaltation mandaient de vivre sous sa discipline : «Com

Sentences de

1 Cap. iv. — * Cap. v.
3 Cap. VI, VII, IX. — • Cap. XIU.
5 Cap. XV. -- 6 Cap. XXXIX, XL.
7 Cap. XLVII. - 8 Cap. LIV.
9 Mabillon., lib. LXIV Annal., num. 113, pag. 101.

10 Cap. LVI. - 11 Cap. LVII. — 1Cap. LX.

13 Marten., tom. VI Ampliss. Collect., pag. 1155. [Cette assertion a été contredite dans le Journal de Verdun, août 1766, p. 132.) (L'éditeur.)

* Lib. Sent., cap. I.

ment pourrez-vous porter le fardeau dont vous préserve, de peur qu'ils n'en soient accablés”, voulez vous charger?Regardez la croix, et pen- la joie que leur cause la victoire qu'ils ont remsez combien il est difficile d'y demeurer long- portée sur l'ennemi, la confiance qu'il leur temps attaché : c'est néanmoins à la croix donne de leur salut. D'après saint Etienne, que vous serez attaché, si vous entrez dans iln'y a quel'amour de Dieu qui puisse remplirla ce monastère ; vous perdrez le domaine de capacité de notre cœur, parce qu'il en bannit vous-même dans l'usage de tous vos mem- la cupidité 10; ainsi nous ne devons rien aibres ; ce que vous aimiez dans le siècle de mer de tout notre cœur, que Dieu seul ; la viendra pour vous un objet de haine; en cause de la damnation de l'homme vient de fermé dans un prison qui n'a aucune ouver ce qu'il écoute plutôt les mauvais conseils du ture pour en sortir, vous ne pourrez retour- démon, que les commandements du Seiner dans le monde que par la brèche que gneur "; l'impression de l'amour divin faivous y ferez vous-même. Un religieux con- sant mépriser aux justes ce qu'ils ont eu de tent de ce qui lui est utile, vit dans le repos plus cher dans le monde, on doit croire que et dans la paix '; s'il recherche ce qui ne lui dans le ciel ils n'ont aucune compassion pour est pas expédient, il tonbe dans le trouble les damnés ; il est utile aux justes lorsqu'ils et l'agitation. La première tentation d'un no- font de bonnes cuvres 12, de faire attention vice regarde sa vocation ; étant dans le siè- aux fautes qu'ils ont faites, afin que par des cle ?, il pensait avantageusement de la reli- sentiments d'humilité, ils conservent les gion à laquelle il se sentait appelé; le démon avantages de la vertu ; un moyen de s'emcommence par l'en dégoûter, ou pour le faire pêcher de censurer la conduite des autres 13, sortir de l'état qu'il avait d'abord embrassé, est de faire attention aux fautes que l'on fait il lui en propose de plus parfaits 3. » Saint soi-même, soit en pensées, soit en paroles, Etienne conseille à ceux qui sont tentés de soit en actions 14; un ecclésiastique qui se procette manière ou d'une autre, d'opposer aux pose de faire le pèlerinage de Jérusalem ou sollicitations du démon les instructions qu'ils quelque autre lieu, pensera, avant de partir, ont reçues de leur supérieur, et de s'en servir à faire dans son église tout ce qu'il lui doit, comme d'un bouclier, de combattre les sen- soit en oblations, soit en bonnes cuvres, timents de vanité par une discussion sé- et s'acquittera de son devoir 15; il y a de la rieuse * des peines que méritent les mauvai- vanité à choisir sa sépulture ailleurs que ses actions de la vie ; l'envie de commander dans son cimetière propre ; il est de la peraux autres, par la considération de son in- fection de prévenir celui qui nous a offensé, capacité, et celle des dangers que présente à l'imitation de Jésus-Christ qui a prié pour le gouvernement 5.

ceux qui le crucifiaient avant qu'ils lui en 19. Il traite de la science nécessaire dans demandassent pardon 16. le service de Dieu 6, afin qu'on ne le serve 20. Un des disciples de saint Etienne 17 lui qu'en la manière dont il veut être servi; et ayant demandé pourquoi Dieu avait permis dit que Dieu donne lui-même à l'homme fi- aux Israélites d'emprunter et d'emporter les dèle les moyens de l'aimer comme il doit être trésors des Egyptiens, il répondit qu'en cela aimé. Il fait remarquer la miséricorde de Dieu Dieu avait agi avec équité, parce que les envers celui qui entre en religion ?, en ce Egyptiens, non-seulement n'avaient donné qu'il lui fait trouver doux ce qui lui parais aucun salaire aux Israélites pour leurs sersait d'abord difficile à supporter; et son amour vices et leurs travaux, mais qu'ils les avaient en général envers les hommes, en ce que encore traités avec dureté. Il répondit à un Dieu prend pour lui-même le bien que nous autre qui lui demandait comment il faut se faisons à notre prochain, comme il se fâche tenir pendant la prière 18, que l'on doit y pren. contre nous du mal que nous faisons aux au- dre la posture dans laquelle on croit être le tres. Par le centuple promis dans l'Evangile 8 plus agréable à Dieu; sur quoi il rapporte à ceux qui quittent le siècle pour s'attacher l'exemple de Moïse, qui pria les bras étendus à Dieu, Etienne entend la victoire que Dieu leur vers le ciel, et celui de Marie-Madeleine accorde sur les tentations, celles dont il les qui pria Jésus-Christ en se jetant à ses pieds.

Cap. VII).

1 Cap. II. - ? Cap. II. — 3 Cap. vi. -
* Cap. ix. - Cap. X.
7 Cap. XII. - 8 Cap. xv.
• Cap. xvi. — 10 Cap. XIX.

11 Cap. XXI. - 13 Cap. XXIII.
13 Cap. XXXIII. - 1Cap. XXXIV.
15 Cap. XLVII, XLVIII. - 16 Cap. LXIV.
17 Cap. XCIX. – 18 Cap.cli.

« ZurückWeiter »