Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

Lettres à l'empereur Lothaire.

Livre des Lieux saints.

l'impératrice

tienne aux moines de Mont-Cassin, dans la- 19. On a vu , dans l'article de Wibald oui
quelle il fait mention des Actes du martyre Guibald 6, abbé de Corbie et de Stavelo, que
de saint Placide par le même Gordien, de la ses deux lettres à l'empereur Lothaire, pour
traduction latine qu'ils en auraient faite eux- lui demander du secours et sa protection
mêmes, et des soins qu'il s'était donnés, à contre les usurpateurs des biens de l'abbaye
leurs prières, pour mettre ces Actes en un de Mont-Cassin, sont de Pierre, diacre, du
meilleur style. Voilà donc une seconde Vie moins pour le style; elles sont de l'an 1137;
de saint Placide en latin, mais tirée des Actes Guibald était alors abbé de Mont-Cassin. Il est
grecs écrits par le moine Gordien. Est-ce la dit, dans la première, que ce prince avait
même que dom Mabillon a publiée? Est-elle ordonné à Pierre d'écrire l'histoire des em-
différente ? C'est ce qu'on ne peut décider pereurs d'Occident. Il n'en est pas fait men-
sans le secours des manuscrits.

tion dans le catalogue de ses ouvrages; peut-
17. On trouve dans ceux de Mont-Cassin le être ne l'acheva-t-il pas, ou faut-il le confon-
livre de Pierre, diacre, intitulé : Des Lieu dre avec quelques autres ouvrages de Pierre,
saints. Il l’écrivit en 1137, et l'adressa à Wi- diacre, sur la même matière, et dont il sera
bald ou Guibald, alors abbé de ce monastère, parlé dans la suite.
et qui l'était en même temps de Stavelo. Nous 20. L'empereur Lothaire 7 étant mort, sur Lettres à
n'en avons que le prologue et deux fragments la fin de 1137, Pierre écrivit à l'impératrice Richise.
insérés dans le tome VI de la grande Collec- Richise, sa veuve, deux lettres de conso-
tion de dom Martène et de dom Ursin Du- lation que l'on a imprimées dans l'appendice
rand 1. On voit, par le prologue, que Pierre, du tome VI des Annales de Saint-Benoît. Dans
diacre, composa cet ouvrage, non sur ce la première, il dit à cette princesse qu'il a
qu'il avait vu lui-même (il ne fit jamais le tardé à lui écrire jusqu'à ce qu'elle eût mo-
voyage de la Terre-Sainte), mais sur ce qu'il déré la douleur que lui avait causée la mort
en avait lu ou entendu raconter. Il prit beau- de son mari. Il lui représente que des regrets
coup de choses du livre sur la même matière, trop longs et des pleurs trop abondantes ne
composé par le vénérable Bède, qui n'avait fait sont que pour des personnes dont l'âme est
qu'abréger les descriptions de la Terre-Sainte énervée par les plaisirs temporels, et qui
publiées avant lui. Pierre dit que le suaire mettent toute leur espérance dans le siècle,
avec lequel Jésus-Christ essuya son visage, ap- sans étendre leurs désirs jusqu'aux biens éter-
pelé par quelques-uns la Véronique, fut porté nels; mais qu'il ne doit pas en être ainsi de
à Rome sous l'empire de Tibère, et que l'on celles qui ont passé presque toute leur vie
conservait avec honneur dans la basilique de dans l'agitation des soins inséparables de
Constantin le roseau dont on avait frappé la leur condition, qui se sont néanmoins occu-
tête du Sauveur, ses sandales, les cordes dont pées des choses du ciel, ont méprisé les va-
on l'avait lié, et le sang qu'il avait répandu nités et les plaisirs du siècle, et souffert avec
lorsqu'il fut circoncis.

constance les adversités. Elle avait perdu de18. Pierre diacre composa un autre ouvrage puis peu Henri, duc de Bavière, son gendre; la vie des jus. qu'il intitula : De l'origine et de la vie des Justes Pierre, diacre, lui en témoigne de la douleur.

du monastère de Mont-Cassin. Dom Mabillon en Sa deuxième lettre est un éloge des vertus de
transcrivit le titre de chaque chapitre étant l'empereur Lothaire, où l'on voit que ce
sur les lieux; c'est d'après lui que dom Mar- prince entendait, au point du jour, une messe
tène les a fait imprimer 2. Le chapitre jer pour les morts, puis une pour l'armée, et en-
traite de saint Benoît ; le vijje 3 de saint Pla- suite la messe du jour; qu'après cela il dis-
cide : la Vie de ce saint y est rappelée avec tribuait abondamment aux veuves et aux or-
les premiers mots du prologue publié par dom phelins à boire et à manger, écoutait les
Martène; le xive 4 parle de Sévère, dont Pierre, plaintes des Eglises, et enfin s'appliquait aux
diacre, a écrit la Vie, et est dédié à l'abbé affaires de l'Empire. Pierre n'oublie point de
Seignoret; le Lxo et dernier est de Bruno 5, dire que l'empereur Lothaire, en couchant au

Livra de l'origine et de

tes de MontCassia

1 Tom. Vi Ann. Bened., pag. 789. [Il a été publié en entier par dom Tosti, Storia della badia di MonteCassino, Naples 1842, in-4°, tom. II, d'où il a passé au tom. CLXXIII de la Patrologie, col. 1115-1134.] (L'édit.). - 9 Marten., tom. VI Ampliss. Collect., pag. 791. — 3 C'est le IX. (L'édit.). - C'est le XV°. (L'é

diteur). – 5 Il n'est pas question de Bruno au chapitre LX ni dans tout l'ouvrage publié par Mai. (L'éditeur). — 6 Marten., tom. II Ampliss. Collect., pag. 183. — 7 Tom. VI Annal. Bened., in append., p. 672, [et aussi dans Martène, Ampl. coll., d'où elles ont passé au tome CLXXIII de la Patrologie, col. 1137-1111.)

Pierre,

dia

Mont-Cassin, veillait avec soin à ce que la linaire , abbé, à Raynald, diacre de Cassin; règle de saint Benoît y fût observée; qu'il Vie des saints Guinison et Janvier, au moine maintenait avec fermeté tous les droits de Richard (les Bollandistes l'ont publiée au cette Eglise, et qu'en général il voulait que tome VI de mai) 6; sermons sur la veille et la les élections des archevêques, évêques et fête de saint Marc, évêque d'Atino, et de ses abbés se fissent avec liberté dans tout l'em- compagnons, martyrs dans la persécution de pire; son principe étant que celui-là n'est Domitien; Vie de saint Léon, au pape Innopoint abbé, qui n'a pas été élu par les suf- cent II; l'Itinéraire de la Terre-Sainte; la Desfrages ou le consentement des moines, et que cription des Fastes consulaires; la Suite des leur ôter le droit d'élection, c'est renverser Empereurs, des Papes et des Abbés de Montle monastère.

Cassin; un commentaire fort étendu sur la „Ecrits de 21. Ce sont là tous les écrits de Pierre, règle de saint Benoît; un recueil des diplômes ere, qui ne diacre, qui ont été rendus publics; mais il en accordés à cette abbaye par les papes, les

composa un grand nombre d'autres que l'on empereurs, les rois et autres princes. La Chroconserve dans la bibliothèque de Mont-Cas- nique de Mont-Cassin ajoute que Pierre, diasin, et dont nous avons le catalogue, tant cre, traduisit en grec et en latin ?, un livre dans le livre IV de la Chronique de ce monas- des pierres précieuses qu'Héva, roi d'Arabie, tère, que dans le traité des Hommes illustres avait adressées à l'empereur Néron, et que de Cassin. En voici la notice générale don- Constantin avait emportées de Rome à Consnée par Mari : De la naissance et de la vie des tantinople; qu'il fit un abrégé des livres de justes de Mont-Cassin?; des scholies sur diverses Vitruve sur lArchitecture du monde; qu'il comsentences de l'Ecriture; un recueil d'exhor- posa des bymnes en l'honneur de plusieurs tations aux moines, à qui il enseigne ce qu'ils martyrs; qu'il donna l'Histoire des Troyens, doivent observer et éviter, et où il traite des sept depuis le commencement du monde jusqu'à vices capitaux et des vertus; des patriarches, son temps, et un livre des Prodiges et des Evéde Rébecca et Isaac, du roi Ozias et de Moïse; nements extraordinaires, dédié à Ptolémée II, un Rhythme sur les derniers jours; la Défense consul des Romains. Il n'y avait plus de condes droits de l'abbaye de Mont -Cassin en pré- suls à Rome du temps de Pierre, diacre; sence de l'empereur Lothaire; le Catalogue ainsi, il faut corriger cet article sur le chades Rois, des Consuls, des Dictateurs, des Tri- pitre xLvII du livre des Hommes illustres de buns, des Patrices et des Empereurs de la na- Cassin, où il est dit qu'il abrégea celui de tion Troyenne ; deux lettres à l'empereur Lo- Solin, intitulé : Des Merveilles du monde. Pierre thaire au nom de Guibald, abbé de Mont- fit encore un recueil de ce qu'il avait trouvé Cassin et de Stavelo 3; deux lettres de conso- de plus remarquable sur l'astronomie dans lation à l'impératrice Richise, sur la mort de les écrits des anciens sur cette matière, ce princet; une à l'empereur Conrad, sur et corrigea un manuscrit qui contenait la vison élections; divers discours sur la cène du sion du moine Albéric, dans les endroits qu'il Seigneur, sur les vendredi et samedi saints, trouva fautifs, ce qui suppose qu'il en avait sur la résurrection et l'ascension du Seigneur, l'original sous les yeux. Cette attention de sa sur la fête de la Pentecôte, sur saint Jean- part marquait en lui de l'exactitude; mais il Baptiste, saint Pierre, saint Paul et saint Lau- en a manqué souvent ailleurs, soit dans les rent; sur la veille de l'Assomption de la sainte dates des événements, soit dans les circonsVierge, sur la fête de tous les Saints et la tances des faits; peut-être aussi n'est-il tombé Naissance de Jésus-Christ; sur saint Benoit dans ces fautes que lorsqu'il a raconté de méet le grand nombre de ses miracles; Vie de moire, ou trop longtemps après l'événement saint Placide, ou compilation des Actes de des choses, pour en avoir présentes toutes son marlyre; Vie de saint Sévère, évêque de les circonstances. [Outre ces écrits, dom Tosti Cassin, à l'abbé Seignoret; Vie de saint Apol- a publié, dans l'Histoire du monastère du Mont

primés.

1 Dicebat enim : Abbas si ex consensu monachorum electus non fuerit, abbas non est ; et quicumque electionem monachis tollit, omne monasterium convellit. Petr., Epist. 2 ad Richis., tom. VI Annal. Bened., pag. 673. - ? Cet ouvrage est publié par Maï, au tome VI Script. vet. nov. coll., p. 245-280, et est reproduit au tome CLXXIII de la Patrologie, col. 10631116. (L'éditeur.) – 3 Elles sont au tome CLXXXIX

de la Patrologie, col. 1121-1129. (L'éditeur.) - "On en a parlé au numéro précédent. (L'édit.) - 5 Elle est reproduite au tome CLXXIII de la Patrologie, col. 1141-1144, d'après Martène, Ampl. coll. Angélo Mai la croyant inédite, l'a publiée au tome VII Script. vet. nova coll., pag. 260 et suiv., avec la première à Richise, qu'il croyait aussi inédite. (L'édit.) - 6 Pag. 450. – 7 Lib. IV, cap. LXVI.

Cassin, une pièce de vers sur les derniers naclet. Cette pièce est reproduite au tome
jours. L'auteur y décrit la tristesse et l'afflic. CLXXIII de la Patrologie latine, col. 1143-
tion de l'Eglise à l'époque du schisme d'A- 1144.]

CHAPITRE XLVI.

Le vénérable Godefroi, abbé des Monts (1165; Aimon, abbé de Saint

Pierre-sur-Dive; Pierre, moine; Heribert, moine.]

(Ecrivains latins du XIIe siècle.]

Godefroi abbé des

xi• siècle, Pest situé de

mort en 1165

Trojas 1. Le monastère des Monts, fondé, dans le les célébrait au siècle de Godefroi. Il y a actions: Sesi xie siècle, par saint Gebehard, archevêque de quelquefois plusieurs homélies sur un même

Salzbourg, est situé dans la Styrie, sur l'Ens. dimanche, mais elles ne sont pas toujours
Godefroi , qui en fut le premier abbé, l'avait sur l'évangile du jour. L'orateur en faisait
été pendant quelques années de Weingartein. aussi sur les épitres qu’on lisait à la messe,
Profès de l'abbaye de Saint-Georges dans la ou sur les leçons du premier nocturne de
Forêt-Noire, il y avait été formé dans la pra- l'office de matines; souvent il fait des ré-
tique de la règle de saint Benoît, suivant les flexions sur l'introït et l'oraison de la messe,
usages d’Hirsauge. Il les fit observer à Wein- pour en faire voir la liaison avec l'évangile
gartein, et ensuite dans l'abbaye des Monts, du jour. Il suit, dans toutes les homélies, les
où il remplit, par son exemple et par ses dis- sens allégoriques, tropologiques ou anago-
cours, les devoirs de sa dignité. C'était à lui giques, comme plus propres à former les
qu'on s'adressait pour placer quelques-uns mæurs des moines auxquels il adressait ses
de ses disciples dans les abbayes vacantes, discours, comme on le voit par la préface sur
et il en fournit même pour remettre en vi- les bomélies d'été 3. Il s'applique surtout à
gueur la discipline régulière dans les monas- leur inspirer des sentiments de componction
tères de filles, où elle était affaiblie ou tom- et à les engager à expier et confesser leurs
bée. Les progrès de l'abbaye des Monts fu- fautes. C'est dans ce dessein qu'il rapporte
rent arrêtés par un incendie qui la réduisit dans ses homélies tous les passages de l'Ecri-
en cendres, de même que le monastère de ture qui ont rapport à cette matière. Sa mé-
filles qui était adjacent, pendant l'office de thode, dans la correction des mœurs, est de
matines; tout fut rétabli dans l'espace d'une n'être ni trop sévère, ni trop relâché, mais
année par les libéralités des bienfaiteurs du de garder un juste milieu.
monastère, et avant la mort de Godefroi , qui 3. Il suit, dans les matières de la grâce 4 Ses senti-
arriva au mois de juin 1165, vingt-huit ans et de la prédestination, les sentiments de
après qu'il en avait été élu abbé.

saint Augustin et ceux de saint Bernard et de Ses écrits. 2. Godefroi a rendu son nom illustre dans plusieurs anciens sur la conception de la

la postérité, non-seulement par les monu- sainte Vierge 5. Ce ne fut que dans le siècle
ments de sa piété ? et de son zèle pour la suivant que l'on agita parmi les théologiens
discipline monastique, mais aussi par un grand la question de l'immaculée Conception; ainsi
nombre d'homélies que dom Bernard Pez a Godefroy ne peut être accusé d'avoir pris
jugées dignes du public, et qu'il a fait impri- parti à cet égard, puisque de son temps et
mer à Augsbourg en 1725, en deux volumes avant lui il n'y avait là-dessus aucune con-
in-fol. (Ces homélies sont reproduites, avec testation 6.
la dédicace au cardinal Passione, et avec la 4. Le tome jer des Homélies de Godefroi
dissertation préliminaire de Pez, au tome commence par celles qui sont sur les diman- tome sar les
CLXXIV de la Patrologie latine, col. 1-1158.] ches de l'Avent, et l'on y trouve de suite des l'année.
Elles sont partie sur les dimanches, partie homélies sur les dimanches d'après l'Epipha-
sur les fêtes de l'année, dans l'ordre qu'on nie, les dimanches et les féries de Carême,
* Godefr. Vita, ad caput Operum. - : lbid.

ments,

Sa métbode.

6 Plusieurs écrivains antérieurs avaient néanmoins 3 Tom. I, pag. 225, 227, 229 et 542.

proclamé Marie immaculée, et Pie IX, en définissant Tom. I, pag. 236, 245 et 314.

le dogme de l'immaculée conception, a pu dire avec 5 Hom. 4 in Dom. 1 Advent., pag. 97 et alibi. vérité qu'il s'appuyait sur la tradition. (L'éditeur.)

Flomélies

Dimanches de

[ocr errors][ocr errors]

sur ceux d'après Pâques et d'après la Pente- les tenaient dans le calendrier de l'Eglise au côte. Il y en a six sur le premier dimanche X1° et au XIIe siècles; ains elles commencent de l'Avent 1. La première explique l'en- dans le second tome de l'édition de dom droit du chapitre xxi de saint Matthieu, où il Bernard Pez, par l'homélie sur la fête de est parlé de l'entrée triomphante de Jésus- saint André, et sont absolument dans le même Christ dans Jérusalem. On le lisait en ce di- goût que les homélies sur les dimanches, manche au temps de Godefroi , au lieu qu'il c'est-à-dire, remplies d'allégories et de mofait aujourd'hui partie de l'office du jour des ralités, ce qui ne nous fournit presque rien Rameaux. La seconde et la troisième homé- d'intéressant pour notre sujet. Godefroi parle lie sont encore sur le même sujet. Dans la dans les lomélies sur la Nativité de Jésusquatrième homélie l'auteur dit que le livre Christ 8, des trois messes que l'on y célédu Cantique des Cantiques ? peut se rap- brait, l'une à minuit, l'autre à l'aurore, la porter à l'Eglise et à l'âme fidèle, à cause de troisième au jour, et en rapporte les Introïts, leur union avec Jésus-Christ, mais qu'il a un qui sont les mêmes qu'aujourd'hui. Il donne rapport plus particulier à la sainte Vierge, de chaque messe une explication spirituelle comme Mère du Sauveur du monde. Après et morale. Dans l'homélie sur la chaire de avoir dit, dans la quatrième, que la sainte saint Pierre à Antioche 9, il reçoit sans diffiVierge a été sujette, comme le reste du genre culté l'histoire du baptême de Constantin par humain, à la loi du péché originel, il ajoute le pape saint Sylvestre, et la donation que que le Saint-Esprit survenant en elle 3, l'en a cet empereur lui fit : on n'avait pas encore purifiée, ainsi que de tout péché actuel si elle alors découvert la fausseté de ces pièces. en avait commis. Il attribue au baptême la Dans sa première homélie sur la fête de vertu de remettre, non-seulement le péché Pâques 10, il confond Marie-Madeleine, sæur originel 4, mais tous les péchés actuels. de Lazare, avec la femme pécheresse. Il

5. Sur l'eucharistie 5, il enseigne que le croit que la sainte Vierge a été réellement Fils unique de Dieu, qui s'est immolé une enlevée au ciel, afin, dit-il dans l'homélie fois pour nous sur l'autel de la croix, est sur l'Assomption, qu'étanl au-dessus des chaque jour mis à mort par la consécration cheurs des anges 1l, elle intercède avec plus de son corps et de son sang pour le salut des de confiance pour le pardon de nos péchés. fidèles; qu'en recevant visiblement, c'est-à- Il croit qu'avant la venue de Jésus-Christ le dire sous des espèces visibles, son corps et mystère de la sainte Trinité était inconnu au son sang, notre âme en est nourrie et rassa- monde 12, ou du moins qu'il n'était connu siée invisiblement. Dans l'homélie sur la Sa- que de très-peu de personnes. maritaine, au vendredi d'après le troisième 7. L'appendice des deux tomes des homé- Homélier dimanche de Carême, Godefroi distingue lies de Godefroi en contient dix-sept sur di- jeis. exactement les deux natures en Jésus-Christ, vers sujets : on ne doute point qu'elles ne disant que, selon la nature divine , il ne soient de cet abbé, puisqu'elles se trouvent pouvait jamais être fatigué, mais qu'il le pou- dans les manuscrits d'où sont tirées celles vait selon la nature humaine, dont il a pris dont nous avons parlé jusqu'à présent. La toutes les infirmités, excepté le péché. Il veut première est sur la députation d'Eliezer pour qu'il y ait un si grand secret entre le confes- le mariage d'Isaac avec Rébecca. Dans les seur et le pénitent?, qu'eux seuls entendent suivantes, Godefroi explique différents enles péchés, en sorte que les péchés ne puis- droits des cinq livres de Moïse, de Josué, des sent être connus de personne, et que la con- Juges, des Rois, des Proverbes, de l'Eccléfession ne devienne pas publique.

siastique, de Daniel, des Machabées, qu'on ne 6. Dans la distribution des homélies sur lisait dans l'office de l'Eglise. les fêtes de l'année, on a suivi l'ordre qu'el- 8. Suit dans le même appendice (et au

sur divers sa

Opascale

Homélies du deuxième tome sur les Fêtes de l'ap. néo.

1 Homil. 1. – ? Homil. 4, pag. 23.
3 Pag. 29. - "Pag. 237.

5 Unigenitus Dei Filius pro nobis in ara crucis se
mel immolatus, quotidie occiditur, quia sacrosanctum
corpus et sanguis illius in salutem credentium quo-
tidie in ea conficitur et accipitur. Hom. in Sabbat.
ante Dom. 3. Quadrag..... Visibilis ejusdem corporis
et sanguinis perceptio, invisibilis et spiritalis animæ
meæ fit refectio. Ibid., pag. 263 et 266.

6 Pag. 300, et tom. II, pag. 477.

7 Inter confessorem et pænitenteni tanta familiaritas esse debet atque secretum, quod præter confitentem et audientem nullum interesse oporteat, quod numquam publicari et diffamari confessio debeat. Hom. in Feriam 6, Dom. 3, Quadrag., pag. 307.

8 Pag. 35 et seq. — 9 Pag. 146.

10 Pag. 238, 280. (Cette confusion est légitime.) 11 Pag. 489. – 12 Pag. 516.

tions de Jocob.

dii calamités prédites par Isale.

l'abbé Godefroi,

des bénédic. tome CLXXIV de la Patrologie, col. 1133 nouveau genre de dévotion qui s'était em

1158] l'opuscule des Bénédictions que Jacob paré du peuple de Normandie, genre si exdonna à ses enfants au lit de la mort, selon traordinaire, dit-on, qu'on en chercherait en qu'elles sont rapportées au xixe chapitre de vain des exemples dans les siècles passés. la Genèse.

Cette dévotion, qui avait pris naissance à Liste des 9. Le livre des dix Calamités annoncées par Chartres, consistait à se dévouer, hommes, prédites par le prophète Isaïe à Babylone", à Damas, à femmes, nobles et roturiers, sans distinction

l'Egypte, à Moab et à divers autres peuples, de sexe ni d'état, à la construction des églia d'abord paru sous le nom du vénérable ses. Dans chaque diocèse de Normandie, il y Isimbert, frère de Godefroi, et son succes- avait une confrérie de ces dévots, dont la seur dans l'abbaye des Monts, au second patronne était la sainte Vierge, et à laquelle tome des Anecdotes de dom Bernard Pez; présidait une personne de piété : pour y enmais cet éditeur, qui ne lui avait attribué ce trer, il fallait s'être confessé, avoir reçu la commentaire que sur quelques conjectures, pénitence, et s'être réconcilié avec ses enneen a eu depuis de plus fortes pour le rendre à mis. Cette dernière condition était bien iml'abbé Godefroi?, comme à son véritable au portante dans un temps où les nobles avaient teur. Il se trouve en effet parmi les homélies presque toujours les armes à la main pour de Godefroi dans le manuscrit de l'abbaye s'entre-détruire. Dès que les confrères apdes Monts, et l'on y remarque aisément son prenaient qu'il y avait quelque part une église génie et son style (On a reproduit cet ou à bâtir, ils s'y rendaient en troupe, et là ils vrage au tome CLXXIV de la Patrologie, faisaient les fonctions non-seulement de macol. 1157 - 1210.]

næuvres, mais même de bêtes de trait. Lettre de 10. On a de Godefroi une lettre à un moine « Quel prodige inouï, dit notre auteur,

qui avait été autrefois du nombre de ses reli- de voir des tyrans, des hommes puissants gieux, mais qui ensuite était passé à un autre dans le siècle, enflés de leur naissance et de monastère. Godefroi lui demande par cette leurs richesses, des femmes accoutumées à lettre de lui faire transcrire 4, ou de trans- une vie molle et voluptueuse, s'attacher à un crire lui-même l'ouvrage de Josèphe qui char avec des traits, et voiturer eux-mêmes, traite de la prise de Jérusalem, et du triom- à la place des animaux, le vin, le blé, la phe de Vespasien et de Tite à Rome. (Cette chaux, le bois, les pierres, le sable, et génélettre est reproduite au tome CLXXIV de la ralement toutes les provisions de bouche et Patrologie, col. 1209 - 1212.)

tous les matériaux nécessaires pour la cons11. [Aimon, religieux de Saint-Pierre-sur- truction de l'édifice sacré ! Mais ce qui est Dive, au diocèse de Séez, remplaça Richard, encore plus surprenaut, c'est qu'au milieu abbé du même monastère 5. L'année de son de ces travaux, où quelquefois mille personélection est incertaine, mais elle doit se ren- nes, hommes et femmes, tirent ensemble le contrer entre 1140, temps auquel Richard même char (tant la charge qu'on y met est entreprit la reconstruction de son église, et pesante), il règne un si profond silence, que 1143, où nous voyons pour la première fois l'on n'y entend pas la moindre parole ni le Aimon exercer les fonctions abbatiales. Deux moindre murmure, en sorte que, sans le téans après cette dernière époque, celui-ci mit moignage des yeux, on croirait qu'il n'y a la dernière main à l'édifice entamé par son pas une âme dans toute cette multitude. devancier. On ignore les autres particularités Quand on s'arrête dans les chemins, c'est de sa vie, dont le terme est pareillement alors que l'on parle, mais de quoi ? de ses resté dans l'oubli. La Chronique de Robert péchés, dont on fait une confession publique, du Mont nous apprend seulement qu'en 1150, avec des larmes et des prières pour en obteWarin lui avait succédé 6.

nir le pardon. Alors les prêtres font un disOn a de lui une longue lettre à ses confrè- cours à ces pénitents pour les exhorter à res de Tewksbury7, aujourd'hui dans le comté étouffer les haines, à bannir les dissensions, de Glocester en Angleterre. Elle a pour objet à remettre les dettes, et à resserrer entre eux de les exciter à rendre grâces à Dieu d'un les liens de l'union et de la paix. Se trouve

Aimon, abbé de SaintPierre - surDire.

1 Tom. II Anecd. Pez, part. I, pag. 427.
2 Dissert. Isagog. in tom. II Anecdot., pag. 14.
3 Præfat. de Vita et Script. Godefr., pag. 16.
- Tom. VI Anecd. Pez., pag. 366.

5 Mabillon., Annal., lib. LXXVIII, n. 67; Neustria pia, pag. 503.

6 Mabillon., ibid., lib. LXXX, n. 46.
7 Totesteriæ. Mabillon., lib. LXXXVIII, n. 67.

« ZurückWeiter »