Bibliotheque britannique, Band 5

Cover
Marc Auguste Pictet, Charles Pictet de Rochemont, Frédéric Guillaume baron Maurice
la Bibliothéque britannique, 1797

Im Buch

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 412 - We commiserate," continues the Critic, " the heart of the man who can read the following lines without indignation : — • And till eternity, with power sublime, Shall mark the mortal hour of hoary time, Shakspeare and Garrick, like twin stars, shall shine. And each irradiate with a beam divine.
Seite 300 - Lorsque des biens sont devenus vacants par le décès des propriétaires, la loi peut intervenir dans la distribution qui va s'opérer, soit en limitant à certains égards la faculté de tester, afin de prévenir une trop grande accumulation de fortune dans les mains d'un seul, soit en faisant servir les successions à des vues d'égalité, dans le cas où le défunt n'aurait laissé ni conjoint ni parents en ligne droite, et n'aurait pas fait usage du pouvoir de tester. Il s'agit alors de nouveaux...
Seite 293 - ... que considérer l'état des Sauvages. Ils luttent sans cesse contre la famine : elle moissonne quelquefois en peu de jours des peuplades .entières. La rivalité des subsistances produit parmi eux les guerres les plus cruelles,; et l'homme poursuit l'homme comme les bêtes féroces pour s'en nourrir. La crainte de cette horrible calamité fait taire chez eux les plus doux sentimens de la nature : la pitié s'allie à l'insensibilité pour donner la mort aux vieillards qui ne peuvent plus suivre...
Seite 412 - breathing world," a Garrick came; Though funk in death the forms the poet drew, The aftor's genius bade them breathe anew ; Though like the bard himfelf, in night they lay, Immortal Garrick call'd them back to day. And till eternity with power fublime, Shall mark the mortal hour of hoary time, Shakefpeare and Garrick, like twin ftars iball lnine; And earth irradiate with a beam divine.
Seite 545 - ... en voulant le peindre. Je fus surpris que notre perte ne fût pas plus grande ; nous eûmes vingt hommes et six chevaux tués ou blessés ; plusieurs de nos vieux mâles que nous avions mis en avant pour combattre , furent renversés , foulés aux pieds et mis en fuite. Le plus grand éléphant sauvage que nous prîmes avoit dix pieds de haut et se seroit vendu vivant 20,000 roupies ou 2,5oo livres sterl. Notre prise de la journée pouvoit être évaluée à 6,000 liv. •terl. s S o NN i N i.
Seite 530 - D'UN MONDE HEUREUX. SONGE. %JE crus, en rêvant, me trouver dans un temple folitaire : je vis venir à moi une efpece de fantôme ; mais en s'approchant, fa taille fe deffina & devint plus qu'humaine : fa robe tomba majeftueufement fur fes pieds , fix ailes plus blanches que la neige , & dont les extrémités étoient dorées , couvrirent une partie de fon corps : alors je le vis quitter la fubftance matérielle qu'il avoït prife pour ne pas m'effrayer : fon corps fe colora comme l'arc-en-ciel.
Seite 290 - ... le nom de propriété. Dans l'état primitif les hommes n'avoient-ils pas une attente naturelle de jouir de certaines choies , une attente qui dérivoit de fources antérieures à la loi?
Seite 541 - On fit avancer vers lui deux vieux mâles ; quand ils furent à deux toises de distance, il vint sur eux avec fureur. Le choc fut terrible , mais l'animal sauvage eut le dessus ; et il chassa les deux autres devant lui Le nabab détacha quelques femelles des plus fortes, dont les conducteurs portoient des cordes à nœuds coulans, avec...
Seite 542 - Plufieurs cavaliers , le voyant affoibll , defcendirent de cheval, & à force de coups de fabre, lui couperent les jarets. Alors ce monarque des forêts regardant d^un air de mépris...
Seite 297 - Il faut une vigilance noninterrompue pour rendre à ceux qui ont diffipS leur portion ; pour dépouiller ceux qui, à force de travail , ont augmenté la leur.

Bibliografische Informationen