Mémoires de l'Académie impériale des sciences, lettres et arts d'Arras, Band 5

Cover
l'Académie, 1872

Im Buch

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 118 - J'envie, en écrivant, le sort de Pelletier1. Bienheureux Scuderi1, dont la fertile plume Peut tous les mois sans peine enfanter un volume ! Tes écrits, il est vrai, sans art et languissants, Semblent être formés en dépit du bon sens : Mais ils trouvent pourtant , quoi qu'on en puisse dire, Un marchand pour les vendre, et des sots pour les lire.
Seite 87 - a de peine, mon cher frère , à reprendre un peu de » vigueur quand on s'est fait une habitude de sa faiblesse, » et qu'il en coûte à combattre pour la victoire quand on a • trouvé longtemps de la douceur à se laisser vaincre...
Seite 82 - La malheureuse fin d'un engagement trop tendre me » conduisit enfin au tombeau : c'est le nom que je donne » à l'Ordre respectable où j'allai m'ensevelir...
Seite 438 - Le poète en des jours impies Vient préparer des jours meilleurs. Il est l'homme des utopies, Les pieds ici, les yeux ailleurs. C'est lui qui sur toutes les têtes, En tout temps, pareil aux prophètes, Dans sa main, où tout peut tenir, Doit, qu'on l'insulte ou qu'on le loue, Comme une torche qu'il secoue, Faire flamboyer l'avenir!
Seite 94 - Je compte de donner incessamment le 1er tome de M. de Thou; il est fini; mais je suis bien aise d'attendre l'édition latine d'Angleterre. Je suppose néanmoins qu'elle ne tardera pas trop longtemps; car on me presse beaucoup de faire paroître la mienne. J'ai travaillé mes notes avec beaucoup de soin, et je me flatte que cela donnera quelque avantage à ma traduction sur celle dont on nous menace à Paris.
Seite 148 - Les personnes de bon sens ne regarderont point un Ouvrage de cette nature comme un travail inutile. Outre le plaisir d'une lecture agréable, on y trouvera peu d'événements qui ne puissent servir à l'instrucnon des mœurs ; et c'est rendre, à mon avis, un service considérable au Public que de l'instruire en l'amusant.
Seite 94 - Les hommes en jugent à leur façon, mais ma conscience me répond, que le Ciel en juge autrement, et cela me suffit. Cependant j'avoue que le respect humain auroit été capable de me retenir dans mes chaînes, si je n'eusse fait réflexion que la moitié du monde vaut bien l'autre...
Seite 385 - Quand je regarde 1 , dit-il, du côté de cette stalle vide maintenant et privée du maître qui nous instruisait, je sens de la joie et des larmes ; je pleure de ne plus voir ici notre père. Je me réjouis qu'il soit parti pour nous sauver et détourner de ce peuple la colère de l'empereur. C'est votre honneur à vous d'avoir mérité un tel père ; c'est sa couronne à lui de se montrer si tendre pour ses enfants et de vérifier ainsi la parole du Christ : le bon pasteur a donné sa vie pour...
Seite 386 - ... démens pas nos promesses. Je veux que tu le saches: si tu veux bien apaiser ta colère, si tu rends à notre ville ton ancienne amitié, je m'en retournerai plein de confiance ; mais si tu as banni Antioche de...
Seite 148 - J'ai à peindre un jeune aveugle qui refuse d'être heureux pour se précipiter volontairement dans les dernières infortunes; qui, avec toutes les qualités dont se forme le plus brillant mérite, préfère par choix une vie obscure et vagabonde à tous les avantages de la fortune et de la nature; qui prévoit ses malheurs sans vouloir les éviter; qui les sent et qui en est accablé sans profiter des remèdes qu'on lui offre sans cesse, et qui peuvent à tous moments les finir; enfin un caractère...

Bibliografische Informationen