Collection des mémoires relatifs à la révolution française ...

Cover
Saint Albin Berville, François Barrière
Baudouin frères, 1822
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 182 - Je vous aurais envoyé beaucoup plus loin , si ce n'était l'estime particulière que j'ai pour madame la duchesse de Choiseul , dont la santé m'est fort intéressante. Prenez garde que votre conduite ne me fasse prendre un autre parti. Sur ce, je prie Dieu, mon cousin, qu'il vous ait en sa sainte garde.
Seite 296 - Il laissa sur le dos d'un des sphynx une petite instruction sur la manière d'écrire sur les bûches. Il récompensa ses porte-clefs; il fit aussi une petite gratification à quelques-uns de ses amis invalides. En lui rendant ses effets, on exigea de lui la signature d'un serment par lequel il s'engageait à ne jamais rien révéler de ce qu'il avait vu ou éprouvé à la Bastille ; il le regarda comme une formule qui ne l'engageait à rien. M.
Seite 270 - II n'était pas fâché de mettre les deux ministres aux prises, espérant qu'alors Monteynard le défendrait , pour se défendre lui-même. Il se fit un silence assez long , pendant lequel Villevaux parla longtemps bas à Marville, qui tout d'un coup d'un ton sévère et même brutal , et d'une voix troublée , lui dit : « Haïssez-vous le duc d'Aiguillon ? » Dumouriez se lève , prend un pan de son habit à deux mains, le lui porte sous les yeux, et lui dit gaiement: » Savez-vous lire au travers...
Seite 348 - Voulez* vous venir manger avec moi un œuf coupé en quatre « sur le cul d'une assiette d'étain ? s'il n'y en a pas assez, « je me mettrai dans un plat. » « M. de Rochambeau, maréchal de camp, commandait l'avant-garde, ne parlait que de faits de guerre, manœuvrait et prenait des dispositions militaires dans la plaine, dans la chambre, sur la table, sur votre tabatière si vous la tiriez de votre poche ; exclusivement plein de son métier, il l'entend à merveille.
Seite 124 - Établir un gouvernement régulier chez un peuple qui n'en voulait point, réunir sous les mêmes lois des hommes divisés et indisciplinés, former à la fois des troupes réglées, et instituer une espèce d'université qui pouvait adoucir les mœurs, établir des tribunaux de justice, mettre un frein à la fureur des assassinats et des meurtres, policer la barbarie, se faire aimer en se faisant obéir, tout cela n'était pas assurément d'un homme ordinaire.
Seite 335 - Luckner commanda l'ordre mince avec moins de troupes, et le battit toujours, à la vérité en n'exécutant rien de ce dont on convenait, mais saisissant à propos ses avantages; et le maréchal en eut du chagrin; il eût bien mieux fait de prendre Jersey et Guernesey. Cette dispute de l'ordre profond , qui cessa bientôt, tant à cause de l'inconstance française que par le ridicule que lui imprima le camp de Vaussieux , fit éprouver peu après une injustice à Dumouriez, qui ne s'en était pas...
Seite 407 - Poniatouski impatient prétendit qu'on était autorisé , en l'absence du maréchal , d'ouvrir la diète , indépendamment de son autorité. Mais les usages anciens trouvèrent des défenseurs. Ils représentèrent 'qu'on ne pouvait faire à ce vertueux vieillard, qui avait tant de fois présidé aux assemblées de la nation, l'injure de ne le pas attendre. Pendant cet intervalle , le général Mokranouski s'était rendu au dépôt des actes publics.
Seite 398 - ... leurs blessés se mêlèrent parmi les morts pour raffermir le rempart. On trouve partout de la valeur, mais on ne voit de telles actions que chez des peuples libres. Malgré tant de valeur ils furent vaincus.
Seite 284 - ... XV, qui y avait passé un mois pour avoir eu trop d'ambition. Le major, en y installant Dumouriez , lui dit pour lui montrer son érudition , et peut-être un peu pour le mater : « Monsieur le colonel, c'est ji la plus belle chambre du château, mais elle porte
Seite 294 - Telle fut la fin de la grande affaire de la Bastille, qui n'était qu'une intrigue niaise de cour, où Dumouriez a joué le rôle du page de Louis XIV , qu'on fouettait pour corriger son maître. Il n'y avait dans cette affaire ni conjuration , ni secret , ni mystère. S'il ya eu quelque intrigue à Paris , Dumouriez, qui était à deux cents lieues, l'a ignorée. Sa mission était simple ; son séjour à Hambourg n'a été occasioné que par la pacifique terminaison de la révolution de Suède.

Bibliografische Informationen