Bibliothèque des théatres, composée de plus de 530 tragédies, comédies, drames, comédies-lyriques, comédies-ballets, pastorales, opéras-comiques, pièces à vaudevilles, divertissemens, parodies, tragicomédies, parodes, tant anciennes que nouvelles ... On a joint les anecdotes ... les noms de tous les auteurs, poëtes ou musiciens, qui ont travaillé pour tous nos théâtres, des acteurs ou actrices célèbres ... avec un jugement de leurs ouvrages & de leurs talens. [1.-2. sér.] ...

Cover
Chez la veuve Duchesne, 1784
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 143 - France & de Navarre : A nos âmes & féaux Confeillers les Gens tenans nos Cours de Parlement , Maîtres des Requêtes ordinaires de notre Hôtel , Grand- Confeil , Prévôt de Paris , Baillifs , Sénéchaux , leurs Lieutenans Civils , & autres nos Jufticiers qu'il appartiendra-, SALUT.
Seite 17 - La, la, la. la, non, ce début-là est dans Lulli..,. La, la, la, la, la, la; Lulli encore.... La, la, la, la; encore Lulli : quoi! Lulli partout, de quelque côté que je me tourne ! Je suis bien malheureux de n'être venu qu'après lui; car, parce que j'ai dans la tête tout ce qu'il a fait de beau, on dit que je le pille... La, la, la, la, la; fort bien cela... La, la, la, la, la, la; admirable... La, la, la; merveilleux. (Il chante ces derniers mots.) Et le second dessus. La, la, et la base ton,...
Seite 78 - D'abord une ouverture , La, la, la, d'une beauté, D'une gravité. Chant naturel , d'après nature. La reprise est d'un goût Fantasque et bizarre, ta ri ta ri ta tou ; Voici la pièce , écoutez jusqu'au bout.
Seite 69 - Le nôtre est tous les ans deux fois à l'agonie. Un courrier diligent vient nous en avertir; Pour aller l'enterrer nous songeons à partir, Quand un autre courrier, qui jusqu'au cœur nous frappe Arrive et nous apprend que le traître en réchappe, Malgré deux médecins qui ne le quittent pas ! FINETTE. Deux médecins n'ont pu lui donner le trépas? Il ne mourra jamais.
Seite 6 - C'est-à-dire Uriquis et ma femme, sa fille ; Arrivé dans mon bourg qu'on nomme Almodobar, Mon beau-père Uriquis y devint gras à lard, Et prit goût à nos vins ; ma compagne de couche Fut comme son papa fort sujette à sa bouche : Enfin elle mourut d'un excès de melon, Et son père Uriquis d'un ulcère au talon : De ce beau-père éteint, de cette femme éteinte, II ne me resta pas la moindre plume peinte, Le moindre guenuchon, le moindre perroquet, Tout leur bien du Pérou n'étant que du caquet....
Seite 137 - Il ue saurait sans vous goûter un heureux sort. Vous êtes le seul bien qu'il estime , qu'il aime ; II vous rend tout le vôtre , et se livre lui-même. Recevez-le , Cléon , en recevant ma foi ; Vivez heureux , content , et vivez avec moi.
Seite 2 - M'a promené longtemps par les villes d'Espagne, Et depuis m'a prié de quitter la campagne ; Parce que deux soleils en un lieu trop étroit, Rendraient trop excessif le contraire du froid.
Seite 61 - JAPHET. J'en veux avoir souvent d'Italiens. Je les trouve bouffons ; mais toi que j'interroge, Es-tu natif du lieu, pour en faire l'éloge?
Seite 134 - Eh quoi! m'attendiez-vous à cette extrémité, Pour m'oser librement dire la vérité ? LE COMTE. On ne se fait aimer que par les complaisances. Mais ne vous plaignez plus des fausses apparences.
Seite 85 - Je me disais tantôt César ; je suis Pompée : César vint, vit, vainquit; et moi je suis venu, Je n'ai rien vu, l'on m'a battu, puis mis à nu. O noir amour ! LE COMMANDEUR.

Bibliografische Informationen