Abbildungen der Seite
PDF

faïences émaillées. — Avant de terminer, je signale à l'attention de l'Académie le plâtre d’un bas—relief romain qui, je le suppose, a décore’ le tombeau d’un édile, bas-relief si remarquable que M. le docteur Hübner, en ayant vu chez le roi un moulage, s'est empressé d'en demander un exemplaire pour le musée de Berlin. - J’ai l’honneur d'offrir à l’Académie, qui a bien voulu m’honorer d'un moment d'attention, la photographie d’une des cinq chapelles do Carme, avec l'indication des monuments; c'est un bien faible hommage, mais il m’a semblé qu’il ne serait pas dédaigné, car il vient d'un artigte qui a appris en France et à sa première école à aimer ce qui est beau.

» Paris, le 9 août 4867. »

M. Oppert fait à l’Académie une communication relative à huit stèles inédites de Carthage. Ces documents résultent des fouilles qu’a fait entreprendre sur l'emplacement de la célèbre cité punique S. A. Sidi-Mohammed, héritier du trône de Tunis; ce prince, qui s’intéresse avec une louable ardeur aux antiquités de son pays, a fait parvenir ces documents à M. Oppert, par les soins de son aide—de-camp.

Ces stèles sont toutes conçues dans la même forme que les nombreux documents qu’on connaît déjà. Elles commencent par la formule si souvent répétée :

m un: pon‘ay: j‘m‘ai 537125 nm‘; nm’v~

suivent alors les noms des‘consécrateurs. .

« A la souveraine Tanith....., et au maître Baal-Hammon, ont consacré..... »

La question difiicile réside dans les lettres ‘W135, que les interprètes ont expliquées par « face de Baal », comme apposition à Tanith. M. Oppert n’admet pas cette interprétation, et, guidé par la réminiscence biblique de Phe’m‘è’l, « face de Dieu », nom de l'endroitoù Jacob eut la vision de l'échelle (Gen., 3c, 34), il voit dans les lettres Brune une désignation topographique, Phane'baal, peut-être le nom sacré de Carthage, ou le cap connu sous le nom grec 9303 :wpécomov. Il tradnitdonc :

«A la souveraine Tanith de Phanébaal, et au maître Banl— Hammon, etc. »

Les stèles fournissent quelques noms nouveaux; ainsi celui de 1307311, que M. Oppert rend par Germesalcker, « ami reconnaissant », comme il assimile le nom connu d'ailleurs pou. « ami familier», au nom punique Giscon, connu par les textes antiques. Il se trouve aussi le nom apz, peut-être identique au nom de Bocchus, qui pourtant est assimilé à la forme de wpa, nom trouvé sur les monnaies de Maurétanie. D'autres noms propres frustes n’ont pas encore été assimilés avec sûreté.

Quelques autres stèles du même genre se trouvent à l’Exposition universelle; l'une d'elles porte le nom de la consécration D:n‘umz m5371 p‘ut 1:3: 113., ce que M. Oppert traduit par Athénodoris, fille d’Obodas (?), prêtre de Baal-Citien.

Cette lecture donne lieu à quelques observations de M. LE Pur’;SIDENT et de M. RENAN. \

Séance du vendredi 16.

PRÉSIDENCE DE M. DE LONGPÉRIER.

M. le Ministre de l'instruction publique écrit à l’Académie pour la remercier de l’envoi de 400 exemplaires du rapport de la Commission des Antiquités de la France, exemplaires qu’il se propose de distribuer selon l'usage.

M. le Dr Favrot, en faisant hommage à l’Académie de son Histoire des inhumations chez les peuples anciens et modernes, de— mande que son nom soit inscrit sur la liste des candidatsà la place laissée vacante par la mort de M. Rsmxun.

M. LE PaÉsmsur offre à l’Académie, au nom de M. Lenorment, 28 livraisons (n°5 57-85) des Chefs-d'œuvre de l'art an— tique. Elles se rapportent à la 2° série (Monuments de l'art proprement dit) et comprennent la fin du tome 4" et les deux tiers du tome 2'. On sait que les planches sont un nouveau tirage des planches du Museo Borbonz‘co et que ‘le texte est dû à M. Lenormant.

[graphic]

M. Eccnn complète une précédente communication par la lecture d’une lettre de M. Albert Dumont, datée d’Athènes, 4" août 4867. Cette lettre contient quelques renseignements nouveaux sur la découverte récemment faite au Pirée d’un mur antique où des assises de pierre alternent avec des poutres, dont la plus longue mesure 40"‘,80 sur 0"‘,50 d’épaisseur. M. Dumont ajoute qu’il ne connaît pas d'arbres, dans la Grèce actuelle, qui puissent donner de pareils morceaux. Théophraste, d’ailleurs, semble attester que la Grèce ne fournissait pas, en général, de gros bois de construction. M. Dumont luLmême a vu les scieries de l’Olympe, à Katerini et au monastère de St Elie, et là rien ne lui a paru approcher de ces poutres gigantesques. —— A ce pro— pus, M. Econn rappelle les paroles suivantes de Platon dans le Critias, où ce philosophe, parlant de l’état de 1’Attique avant les cataclysmes auxquels on rattachait la destruction de l’Atlantide, dit que les montagnes voisines d‘Athènes étaient autrefois couronnées de forêts dont on peut reconnaître les traces manifestes:

« Le temps n'est pas encore bien éloigné que sur ces montagnes, qui ne fournissent aujourd’hui qu'à la nourriture des abeilles, on trouvait des arbres de haute futaie très-propres à être employés dans des grandes constructions dont il subsiste plus d'un débris. » Qui sait si les fouilles du Pirée n’ont pas mis à découvert un de ces débris déjà antiques au temps de Platon?

M. Encan rappelle qu’il a en occasion de rapprocher ce texte d’un passage du rapport de M. Gaudry sur la géologie de I’Attique. L'état ancien auquel Platon fait allusion semblait trouver une confirmation singulière dans les inductions du savant moderne (I).

M. Desnornns trouve ce rapprochement fort curieux, mais, vu l’âge qu'indiquent les ossements fossiles trouvés par M. Gaudry à Pikermi, et qui se rapportent aux terrains tertiaires moyens, ou miocènes, il ne croit pas que la tradition en ait pu être gardée parmi les hommes.

(4) Voir le Bulletin de la Société impériale des Antiquaires, séance du juillet 4866.

M. DE SAULCY fait remarquer que, si l’Attique est aujourd’hui dégarnie de bois, il y a encore dans d'autres parties de la Grèce de magnifiques forêts de chênes, par exemple, en Acarnanie et tout à l'entour du golfe d’Arta. Sous Louis XIV, il y avait une agence spéciale à Aria pour l'achat des bois de la marine: I’Acarnanie et l’Epire étaient mises à contribution pour les chantiers de Toulon. Il y a encore de très-beaux chênes à Xerochori'en Eubée et sur le Taygète.

M. Eccsn lit ensuite une note sur une stèle de marbre provenant du cabinet de feu M. Jorusnn. Cette stèle, dont le temps est donné par une date consulaire (449 de l'ère chrétienne) et qui paraît être de la ville thrace de Périnthe, contient une inscription grecque probablement inédite qui est traduite et commentée par M.Eecna. Dans les deux personnages qui ont travaillé à ce petit monument, il signale non pas ceux qui ont composé l’inscription , mais ceux qui ont sculpté et peint le bas-relief.

A l’appui de cette interprétation, M. le PRÉSIDENT rappelle que M. PH. LE BAS a rapporté une stèle peinte placée aujourd'hui au musée du Louvre.

M. DE SAULCY, de son côté, signale la grande stèle d’Aristion au musée d’Athènes, car, s'il était question de statues, on en aurait des exemples célèbres dans ce qui reste des métopes du temple d’Olympie.

M. Schmidt lit un mémoire sur la valeur des monuments égyptiens au point de vue de la chronologie égyptienne et hébraïque.

L’Académie se forme en comité secret.

Séance du vendredi 23.

PnÉsmnncn DE M. DE LONGPÉRIER.

La famille de M. AUGUSTE Boucau fait part à l'Académie de la mort de son illustre associé, déjà annoncée le vendredi 9 août à la compagnie par M. LE PRÉSIDENT.

M. le maire de la ville du Havre remercie l’Académie de la faveur qu’elle a faite à la bibliothèque de la ville en lui accordont la collection de ses Mémoircsà partir du tome XIV et la suite de l’Histoire littéraire de la France et du Recueil des historiens de la France.

Par une autre lettre, il annonce qu'il autorise la communication.du recueil manuscrit intitulé Majus chronicon Fontanellac demandée par l’Académie, et qu’il avisera aux moyens de le lui faire parveni’r.

M. le maire de Montélimar sollicite de l’Académie, pour la bibliothèque de cette ville, le don de quelques-unes de ses publications. Cette demande appuyée par M. Lacroix Saint-Pierre, député de la Drôme, sera soumise à la Commission des travaux littéraires.

M. Mannr fait hommage à l’Académie d’un ouvrage ayant pour titre: Les forêts de la Gaule et de l’ancienne France, aperçu sur leur histoire, leur topographie et la législation qui les are’gias; suivi d’un Tableau alphabétique des forêts et des bois principaux de l’Empire français (Paris, 4867, in-8").

M. Marco Tamburini, secrétaire de la commission des études historiques pour les provinces de Toscane, d'0mbrie et des Marches, écrit à l’Académie pour lui faire hommage du premier volume des publications de cette commission, intitulé : Commissz‘oni di Rinaldo degli Albizzi per il comme di Firenze dal 4399 (114433 (Florence, 4867, in-4° , et il exprime la confiance que la communauté des études établira des relations entre sa compagnie et l’Àcadémie.

M. Albert Dumont écrit à l’Académie pour lui annoncer l’envoi de deux volumes offerts à l’Académie par M. Sathas. Ce sont deux poèmes grecs du XVI° et du XVII° siècle, l’un qui raconte la guerre de Candie au XVIIe siècle, l’autre les exploits d’un aventurier du Péloponnèse qui devint comte et général à Venise, au temps de Louis X11 et de Maximilien. Ces deux volumes, suivis de quelques notes de M. Sathas sur la littérature grecque au moyen âge, ne sont pas encore arrivés.

M. Encan, en son nom et au nom de M. G. Boissonade, agrégé de la faculté de droit, offre à l’Académie le volume intitulé : Odes de Pindare, traduction nouvelle par J. F. BOISSONADE, complétée et publiée par E. Encan (Grenoble et Paris, 4867, 4 vol. in-39). M. B01ssou.mu avait laissé inédites plusieurs tra— ductions françaises, soit complètes, soit partielles, des ouvrages

« ZurückWeiter »