Abbildungen der Seite
PDF

Séance du vendredi 20.
PRÉSIDENCE DE M. DE LONGPÊRIER.

Le procès-verbal de la séance précédente est lu, et la rédaction en est adoptée.

M. le SEGRÉTAIIŒ ranm’rrum. donne lecture d'une lettre, en date du 20 août, et qui lui a été renvoyée pendant son absence, lettre par laquelle M. l'abbé Gyss remercie l'Académie de la mention honorable qu'elle a accordée, dans sa dernière séance publique. à son Histoire de la ville d’0bemai.

L’ordre du jour appelle la désignation d'un lecteur, qui devra représenter I’Académie dans la séance trimestrielle de ,l’lnstitut, fixée au 2 octobre prochain. — M. DELISLE est désigné, à la majorité des voix, et lira une notice sur le livre des Miracles de la Vierge, appartenant au Séminaire de Soissons, qui sera préalablement communiquée à l’Aeadémie dans la séance du 27 septembre. '

Sont présentés à l'Académie les ouvrages suivants :

4° L'Egypte, par M. Fr. Lenormant (Extrait de la Gazette des BeauæArts du 4°‘ septembre), br. gr. in-8°.

2° Mémoire sur les résultats les plus récents des langues comparées, etc., par M. l'abbé Pont (Annecy, 4866, in—8‘’).

3° Mémoires de l’Académie de Stanislas (4 866), Nancy, 4867,4 vol. in-8°.

4° Eœposition universelle de 4867. —- 1. Notice statistique sur le royaume de Norvége (Paris, 4867, br. in—8°). — 11. Notice sommaire sur l'histoire du travail dans le royaume de Norvége (Paris, 4867, br. in-8°).

5° Annales de philosophie chrétienne : u° de juillet 4867.

6° L'Orient: 2° année, n°4 .

M. D'Avnzac fait hommage à l'Académie, au nom de l'auteur, d'un mémoire en langue italienne ayant pour sujet les Cartes nautiques du moyen-âge dessinées en Italie, Dans ce travail, M. Joseph de Luca, professeur de géographie et de statistique à l'Université royale de Naples, décrit particulièrement une de ces cartes, anonyme et sans date, qu'il a

' rencontrée parmi les documents conservés aux archives de la célèbre

abbaye bénédictine de Cava. Elle est sur une peau de parchemin, dessinée avec soin, ornée de pavillons armoriés _’et de diverses figures de souverains; du reste, un fac-st’mile, réduit à l'échelle de moitié,accompagne la dissertation et donne une idée plus précise des dimensions et de la. facture du document; l'écriture seulement est modernisée, ce qui ne permet pas, sur ce point essentiel, une appréciation paléographique, d'après la copie, de l'âge de l'original. M. Joseph de Luca a été conduit par diverses considérations à conclure de l’étnde de cette pièce, et de quelques chartes du même monastère, que le portulan qu'il avait sous les yeux était l'œuvre d'un cosmogrephe du couvent, et servait de guide au pilote chargé de la conduite du navire que la communauté envoyait commercer dans les ports du Levant. Ce commerce, déjà. constaté par une charte du roi de Jérusalem, Baudouin IV, en date de 4484, et contresignée par Guillaume de Tyr, en sa qualité de chancelier, se continua d'une manière florissante jusqu'au commencement du XVe siècle, qu'il commença à. décliner : cette considération, jointe à celle de l'écriture, et à la comparaison avec les autres portulans italiens les plus connus, paraît à l'auteur du mémoire justifier la désignation de la fin du XIVe siècle ou des premières années du XV“ comme date plausible. M. de Luca passe en revue, à cette occasion, les divers travaux cosmographiques de cet âge en Italie; et bien qu'il lui soit advenu de répéter par inadvertance, après Santarem, que la rose de douze vents est décrite dans une strophe du poëte Dati qui n'en désigne réellement que huit, son mémoire est digne d'être favorablement accueilli par l’Académie.

M. GARCIN DE TASSY offre, au nom de l'auteur, Descriptive catalogue of cernacular books and pamphlets forwarded by the Government ofIndt‘a to the Paris universel eæhibt‘tt‘on of 4867, compiled by tbe rcv. J. Long, Church missionary, Calcutta (Calcutta, 4867, br. in—8").

M. DE Loucmäarna lit en communication une lettre que M. Albert Dumont lui adresse d’Athènes et dans laquelle il décrit une monnaie d'argent byzantine inédite, de la collection de M. Photiadès-bey, ministre de la Porte en Grèce. Cette monnaie n’ofl're aucun nom de prince; elle représente d'un côté l'image de la Vierge; de l'autre, celle du Christ accompagnée de l'inscription Te >Îä 0 XAAKHTHC.

M. Dumont fait remarquer que le surnom Zoth‘rîmç se rapporte à une image du Christ placée sur la porte Chalcé du palais impé— rial de Constantinople. Mise en ce lieu par ordre de Constantin, cette figure fut restaurée sous le règne d’Anastase, en 602; la dixième année de l'empereur Léon l’lsaurien (7&7), elle est détruite et remplacée par une croix; Irène la rétablit (787?).

Léon I’Arménien détruisit l’œuvre d’lrène, mais en 842’, après la fuite de Théophile, fils de Michel 11, le moine Lazare refit ou restaure, l'image du Sauveur.

Au temps d’Alexis I" Comnèrie le Christ Chalcéen était encore en grande vénération. Ce prince se fit porter sous le voile qui le recouvrait pour se guérir d'une maladie désespérée.

Il est probable que la monnaie appartenant à M. Photiadès-bey a été frappée au XII° ou au XIII° siècle. Une autre monnaie fabriquée sous Jean 111 Ducas Vatatzès porte une légende qui n'avait pas encore été expliquée, mais qui contient aussi le nom du Christ Chalcéen, ainsi que le montre M. Albert Dumont.

M. François Lenormant, présent à la séance, adresse à M. le Président une note par laquelle il rappelle que le Christ Chalcéen n’est pas la seule figure que les monuments byzantins reprodui— sent accompagnée d'un surnom. Une belle monnaie d'argent de Constantin Monomaque, conservée au Cabinet des médailles de Paris, représente la célèbre Vierge de Blachernes, et la légende de cette monnaie estÎlÏ’ Ê)Ît H BAAKEPNI’I‘ICA (4). M. Paul Lambros, à Athènes, possède le sceau de l’archevêque Michel Choniatès, le frère de l'historien. On y voit d'un côté l'image de la Vierge conservée dans le Parthénon, avec l’inscription MÎ) ëŸ H AGHNIwTICA. Ce sceau est encore inédit.

M. DE LonopEmsn ajoute que la découverte signalée par M. Du— mont soulève plusieurs questions intéressantes de nature à attirer l’attention des érudits qui s’occupent spécialement de l'histoire byzantine.

La monnaie anonyme, c'est-à—dire sans nom de prince, pourrait avoir été frappée, à l’époque des empereurs latins, par quelque parti politique qui ne voulaitpas se prononcer ouverte— ment pour une des deux dynasties en compétition. On sait que la numismatique du moyen âge et du XVI‘ siècle offre des exemples de faits semblables.

Jean Itl Vatatzès régnait à Nicée; il est curieux de trouver le Christ Ghatcéen de Constantinople sur sa monnaie. Peut—être

(t) Sabatier, Descrtpt. génér. des menu. byzant., plr XLIX, n° 42. cette dernière a-t—elle été frappée pendant une des tentatives que Jean fit pour rentrer en possession de l’empire byzantin.

M. Encan lit la note suivante, qu'il arecue également de M. Dumont, cr Sur un monument métrologiqwe du Musée d’Athènes. »

«La Société archéologique d’Athèncs vient d’acquérir un vase très-curieux, qui paraît être un monument métrologique, différent de ceux que vous avez décrits et étudiés, il y a quelques années. C’est un cylindre de terre rouge, très-fine, travaillée avec le plus grand soin. On lit sur le pourtour l’inscription suivante, tracée au pinceau en lettres noires de deux centimètres de banteur en moyenne :

a c> . . "’ sans doute aucun AHÏMOEION.

L'inscription est à mi-hauteur sur la surface extérieure du vase.

Près du A on remarque un sceau, ou plutôt l'empreinte d’un sceau d’un peu plus de deux centimètres de diamètre, représentant la chouette athénienne, qui regarde à droite : à gauche est une branche d’olivier. Les deux lettres A0, reste de la légende, sont encore très-visibles.

Le premier 0 de AHMOEION recouvre et cache en partie un second sceau où est figurée la tête casquée de Minerve, regardant à droite, sans trace de légende.

Ces deux petits reliefs sont d’un travail excellent et rappellent les monnaies athéniennes du nouveau style. '

Le jaugeage, fait avec une éprouvette graduée, a donné pour résultat 9 décilitres six millilitres. Je ne crois pas qu’il puisse y avoir erreur de plus de cinq à six millilitres.

En consultant les tables pour la réduction des mesures anciennes en mesures modernes, je vois pour le chénix des chiffres très-différents, par exemple,l litre, 083 et t)‘, 8443. Bascxn ne résout pas la difliculté, puisqu‘il cite sur le nombre des cotyles contenus dans le chénix des passages contradictoires.

Dans l’incertitude où nous sommes sur la véritable capacité

0

d'une mesure aussi importante que le chéniæ, le monument acquis par le Musée d’Athènes ne peut manquer d’intéresser vivement les métrologistes. On ne saurait en rapprocher qu’une hémichoné du Musée Campana, publiée par M. DE WITTE, et le fameux hé— micotyle que M. Rangabé a décrit autrefois, mais qu’il n’a pas mesuré, comme le déplore M. Vasquez Queipo (l).

L'inscription n’a rien de bien étonnant; mais le sceau de la cité est, je crois, une nouveauté (2). »

Cette lecture soulève une discussion qui ne peut manquer de revenir plus tard, sur le fait du sceau de la cité (comme s’exprime M. Dumont) apposé sur un monument public.

M. Encan annonce ensuite un travail sur le Musée d’Argos, qui doit bientôt parvenir, et signale le n° 64 du Journal des Savants (d'Athènes), qui renferme un article de M. Rousopoulo, avec le texte d’une inscription reproduisant un des actes législatifs insé— rés dans le discours de Démosthène sur la Couronne. Malheu— reusement, la pierre originale est tenue secrète par le propriétaire, ce qui met en question, jusqu’à nouvel ordre, l’authenticité d'un tel document, quoiqu’on puisse alléguer un fait analogue.

M. Fr. Lenormant communique la note suivante:

Sur trois inscriptions funéraires himgam‘tt’ques.

« .l’ai eu déjà l'honneur, dans une précédente communication, d'entretenir l'Académie des quelques copies d'inscriptions himyaritiques découvertes

(4) M. DE Wrrrn veut bien me communiquer la note suivante. « Depuis la publication de l'ouvrage de M. Vasquez Queipo, l’hémicotyle de M. Rangabé est passé au Musée Britannique où il a été mesuré (voir Comptes-rendus de l‘Académie, 4866, p. 38) n.

(2) « Je puis à peu près répondre de la. capacité du chénix; j'ai pris la mesure avec toutes les précautions possibles. La hauteur Çdu cylindre à l'intérieur est de 0'“,408; le diamètre de 0,403; mais le mauvais état du double décimètre que j'avais pu me procurer peut avoir occasionné une petite erreur. En calculant la capacité du vase d’après ces deux chiñ‘res, je trouve 0'“, 0008997” ou plutôt '.TäW de mètre cube. Vous voyez que la difi‘érence n’est pas grande, quelques millilitres seulement. Mais je puis m’être trompé dans ces calculs, tandis que lejaugeage est sûr. »

-—..

« ZurückWeiter »