Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

radical 272, propre à la langue himyarite, que M. Osiander (Zeitschr. der deutsch. Morgenl. Gesellsch., t. X, p. 57) a étudié d'une manière toute spéciale et auquel il a montré qu'était attachée la notion de « force » et de « puissance ». Ici, d'après la construction même du nom, il est évident que 272 est employé dans une acception verbale active et que nous nous trouvons en présence d'un de ces noms propres formant une phrase entière qui se rencontrent assez fréquemment dans les usages sémitiques,'« celui que le prince fortifie. » Exactement analogue est le nom 173y2n, « celui que le tobbà (titre spécial et bien connu des rois de l’Yémen) fortifie, » lequel se lit dans la grande inscription du HaramBilkis ou temple d'Almakah à Mareb (Fresnel, no 56) et sur deux des tables de bronze du Musée Britannique (pl. IX, no 13, et pl. X, n° 15, de la publication anglaise; pl. IX et XIII du mémoire de M. Osiander). Il faut encore comparer 3722y, « celui que le peuple fortifie, rend puissant », dans une des tables du Musée Britannique (pi. III, no 1, de la publication anglaise; pl. I, du mémoire de M. Osiander). Le plus souvent le premier élément des noms de ce genre est une appellation divine : 27277 (Fresnel, n° 2; Sanaensis secunda de M. Roediger), « celui que fortifie le dieu analogue à l'Eros des Grecs », adoré à Daumat-Djandal sous le nom de Wadd, 3g, par les Sakoun, tribu d'origine yamanique qui se raltachait à la race de Kinda (Caussin de Perceval, Histoire des Arabes, t. I, p. 21(): - 272720 (Fresnel, no 25. – Tables de bronze du Musée Britannique : pl. III, no 4; pl. IX, 'no 13, et pl. X, n° 15 de la publication anglaise; pl. I, IX et XIII du mémoire de M. Osiander), « celui que fortifie Samah (1). » Mais le roi était considéré comme un dieu ; aussi trouvons-nous encore le même verbe appliqué au roi dans un autre nom propre formant une phrase d'une composition différente 752279) (Fresnel, n° 56, lignes 2 et 13), « celui que fortifiera le roi », nom dont le mode de formation se reproduit exactement dans celui de 750770 (Fresnel, n° 47) : « celui que le roi glorifiera, rendra illustre » (arabe fm).

0227. Voici encore un nom propre qui est également fourni par une des tables de bronze du Musée Britannique (pl. VIII, no 11 de la publication anglaise ; pl. VII du mémoire de M. Osiander). Il signifie « l'allié ». Parmi les Arabes ismaéliens nous trouvons une famille célèbre appelée ULJI (Caussin de Perceval, Histoire des Arabes, t. II, p. 287).

5577 est le lakab ou surnom de Rabbab; en général dans les inscriptions himyaritiques les surnoms prennent la terminaison nasale beaucoup plus rarement que les noms propres; cependant on en rencontre quelques exemples. Il n'y a pas d songer ici à l'arabe duda, e ami », que M. Osiander (Zeitschr, der deutsch. morgenl. Gesellsch., t. XIX, p. 207)

(1) Le nom divin, qui signifie « l'élevé », de la racine que l'arabe nous offre sous la forme Low, et qui par conséquent est fort analogue à 1?77,5% des Chananéens, se retrouve dans le nom propre si commun

,

« celui que Samah élève » (sur le sens du radical oby, voy., Osiander, Zeitschr. der deutsch, morgenl. Gesellsch., t. X, p. 56), et dans celui de 98700 (Fresnel, no 56, ligne 5), qui a le méme sens. J'ai déjà eu l'occasion de parler du radical 72x dans une précédente communication.

a reconnu avec certitude sous la forme 557, par un 11, dans une des inscriptions du Musée Britannique (pl. VIII, no 12, de la publication anglaise; pl. XII du mémoire de M. Osiander). Mais il faut rapprocher Jla, is qui ritus sacros persolvit, et Jula maritus, contubernalis.

Le nom opzo est nouveau ; il dérive de la racine qui est en hébreu D27 et en arabe cj, saginavit. La forme féminine en est celui de Rebecca, pai, quia similis juvencae saginatae. Quant au père du personnage ainsi appelé, son nom appartient à la classe de ceux qui se composent d'une appellation de localité précédée de dhou, comme par exemple 7777 ; « celui de Raidân » (Fresnel, nos 43 et 54), en arabe ulting 93. Au nominatif il eût été wp107, mais ici nous avons le génitif de gj régulièrement formé en 17, arabe si (Voy. Osiander, Zeitschr. der deutsch. morgenl. Gesellsch. t. X, p. 47). La localité de Sarkas, d'où cet homme tirait son nom, n'est pas connue jusqu'à présent; mais on sait combien sont restreintes et incomplètes nos notions sur la géographie de l'Arabie méridionale.

Vient ensuite dans la planche IV du journal de la Société de Bombay pour 1844 un fragment rapporté de Mareb, qui contient un début d'inscription :

מדבחת דבתן בחינם

,דבח autel

, » de la racine » מדבח cas le premier mot est le chaldaique

La formule est ici la même que dans le n° 51 de Fresnel, dont le commencement seul est certain, la fin du texte présentant des leçons douteuses et des fautes évidentes: 72772 373ynn270. Dans l'un et l'autre

, , » , « sacrifier », hébreu 125, arabe fi'séthiopien Hinish: Le n° 51 de Fresnel le fait suivre d'un nom propre dans une de ces constructions par simple apposition qu'affectait tout spécialement le génie de la langue des Himyarites : « autel de (élevé par) Amkarib, fils de Dhamar ». Il doit en être de même dans l'inscription du Musée de la Société asiatique de Bombay, car nous y lisons immédiatement après le mot « autel » un de ces noms propres dont nous venons de parler, composés de dhou avec un nom de lieu, 1n27(1). La localité de 7n3 ne nous est pas plus connue que celle de Sarkas; c'était sans doute un des châleaux-forts qu'habitait la noblesse féodale de l’Yémen. On peut en comparer le nom à celui de la province arabe de la Batanée, en hébreu ywa, en chaldaïque yna et en arabe dial. Peut-être aussi faut-il y chercher tout simplement la signification de « les deux maisons », arabe .

Quant à manna, c'est le lakab ou surnom du personnage qui avait élevé l'autel. Il a la mimation finale des noms propres, qui comme nous

(1) Rigoureusement il faudrait ici, par une forme génitive, inas comme nous avons trouvé wpvt dans l'inscription précédente. Mais les exemples du génitif 77 sont très-rares dans les monuments de l'épigraphie himyaritique et le plus souvent 7, correspondant à l'arabe gj, s'y montre, comme ici, indéclinable.

. دستبن

venons de le dire, s'applique quelquefois aussi aux surnoms. Abstraction faite de cette désinence, il me semble difficile de ne pas y reconnaître l'arabe sys?, « homme de la tribu de Bahra ». Cette tribu des BenouBahra ou Bahranys est plusieurs fois mentionnée dans les annales de l'Arabie (CAUSSIN DE PERCEVAL, Histoire des Arabes, t. I, p. 213; t. II, p. 42, 46, 85, 110, 186, 294 ; t. III, p. 212, 414, 422, 434 et 435); elle se rattachait à la race de Codhåa. Il n'est question d'elle que dans les siècles postérieurs à l'ère chrétienve, époque où elle habilait, comme les autres tribus codhaïtes, le Hedjaz, puis la Mésopotamie. Mais on sait que les Codhaïtes tiraient leur origine de l’Yémen. Codhâa, auteur de leur nom, était prince de la montagne de Schihr ou Schidjr (Abulfedae Hist. anteislam. éd. de Fleischer, p. 182), auprès de Zhafâr, et ce n'est que plusieurs générations après lui qu'ils quittèrent l'Arabie heureuse pour s'établir d'abord à Nadjrån, puis dans le Tihama (CAUSSIN DE PERCEVAL, t. I, p. 209); la plupart de leurs tribus étaient déjà formées, mais ne s'étaieni point encore séparées, au temps de cette émigration. Autant que l'on peut établir des calculs chronologiques sur la supputation des généalogies arabes, l'époque où les Codhaïles quitièrent le pays de Mahra pour aller s'établir dans le nord, bien que ne devant pas être de beaucoup antérieure à l'ère chrétienne, est peut-être un peu vieille pour que l'inscription publiée dans le journal de la Société de Bombay puisse être regardée comme appartenant à une date plus haute. Mais il n'y aurait rien de contraire aux vraisemblances dans l'hypothèse qu'une fraction de la tribu des Benou-Bahra ou Bahranys serait demeurée en arrière du gros de la race dans son pays d'origine. D'ailleurs l'offrande d'un homme de cette tribu à Mareb, au centre religieux et politique de l’Yémen, n'aurait rien que de naturel faite à l'époque où elle habitait encore à Nadjrån. On sait, en effet, que cette ville célèbre dépendait du sceptre des rois himyarites, et c'est à titre de souverain que Dhou-Nowås en persécula plus tard les chrétiens avec une férocité sans nom, qui amena en représailles la conquête abyssine et la perte de l'indépendance de l’Yémen.

Je traduis, en conséquence de ces remarques :
« Autel (élevé) par Dhou-Batan le Bahrany...)

La dernière inscription contenue dans la même planche du recueil de Bombay n'est pas empruntée à un monument transporté en original dans cette ville. C'est une copie, probablement faite par quelque indigène, d'une des inscriptions de Khariba, entre Sanâa et Mareb, qui porte le no 10 dans la publication de Fresnel. Le texte en est évidemment en certains points meilleur que dans la copie de M. D'Arnaud, éditée par Fresnel. Cette dernière copie donne l'inscription comme en une seule ligne, tandis que la publication anglaise le distribue en cinq lignes; une vérification de l'original, quand elle sera possible, permettra seule de voir de quel côté à ce point de vue est l'exactitude. Quoi qu'il en soit, le texte contient la dédicace d'un temple au dieu Almakah et se reproduit avec de très-légères variantes, mais suivi d'autres formules religieuses, au commencement de l'inscription n° 9 du recueil de Fresnel, copiée par D'Arnaud sur une face différente du même édifice de l'antique Caripeta. Des fragments incontestables d'autres répétitions de la même formule dédicatoire se reconnaissent dans les nos 4 et 8 de Fresnel.

L'inscription se transcrit, en conservant la disposition des lignes dans la publication anglaise :

[blocks in formation]

Dès le premier pas nous nous trouvons en face d'une difficulté grave et même ipsoluble dans l'état actuel de la science. Il s'agit de l'interprétation à donner aux deux lettres 777. Elles ne fournissent aucun sens plausible, aucun mot vraisemblable, et ne paraissent se lier en aucune façon à la marche générale du texte. Mais ces deux lettres, qui se lisent aussi au commencement du n° 9 de Fresnel, se retrouvent encore à la fin de ce dernier texte, mais dans un ordre inverse TM, et là non plus elles ne se lient bien évidemment pas à la phrase, qui finit au mot précédent. Nous les voyons, gravées isolément et eu plus gros caractères, aux deux côtés des inscriptions nos 12 et 43 de Fresnel, qui proviennent de la digue de Mareb. Elles se lisent aussi au début du fragment n° 20 de Fresnel, et on en voit les vestiges avant la dernière inscription dont je viens de proposer l'explication. Elles sont donc toujours indépendantes du texte qu'elles accompagnent, et il faut nécessairement les considérer comme représentant en abrégé quelque formule sacramentelle, actuellement inexplicable, mais qui sans doule sera fournie un jour dans son intégrité par quelque nouveau monument.

Ainsi le texte véritable ne commence qu'au mot qui suit ces deux lettres, et c'est de là aussi que doit partir notre traduction.

byty. Ce nom propre, qui figure encore dans l'inscription n° 48 de Fresnel, se retrouve dans la liste des rois du Hadhramaut (CAUSSIN DE PERCEVAL, t. I, p. 137), porté par le père du prince qui combatrit le roi de Perse Sapor II, dans le IVe siècle de notre ère. Il signifie quem Deus cognovit, animadvertit, de la racine y 7, et il est identique au 584477 de la Bible (I Chron. VIII, 6), et il faut également y comparer un autre nom juif 77787' (I Chron. IX, 10; XXIV, 7).

777. Nous avons maintenant ici le surnom de l'auteur de la dédicace. Dans l'inscription n° 9 de Fresnel, la copie de D'Arnaud offre ici 57 au lieu de 1777. Mais la concordance des deux copies de la revue de Bombay et de la publication de Fresnel pour l'inscription qui pous occupe est déterminante comme preuve de l'exactitude de la leçon 7777. Elle se confirme par le fragment n° 4 de Fresnel, qui donne 72 777 beyti

n° , , . quons, du reste, que la copic de l'inscription n° 9 renferme manifestement ici une omission d'un certain nombre de lettres, car elle ne fournit pas l'indication de la filiation de Yedâyl, que le monument original doit certainement porter. Or, si l'on met en parallèle cette portion du texte des nos 9 et 10, on se rend un compte exact des lettres que D'Arnaud a omises dans cette dernière inscription et on voit qu'il a précisément sauté la fin du lakab de Yedàyl et inis à la place la fin du nom de son père.

777 : 0° 10

-Remar .דוח בן שמהעןלי ,et par le fragment ne 8 , ou on lit ,שמו[העלי

שמהעלי
בן

ܪܕ

7: n° 9

زروح

שמהעלי

Quant à la signification de 1777, c'est plutôt encore un titre de noblesse (voy. Osiander, Zeitschr. der deutsch. morgenl. Gesellsch. t. X, p. 56), comme ceux de 7et de iny fournis également par les inscriptions himyaritiques, qu'un surnom proprement dit. Les nos 34 et 55 de Fresnel nous offrent en effet des personnages qui s'intitulent 7512 777 xaw, exactement comme dans le n° 54 un autre personnage s'intitule Nav75p 979. 777 veut dire « l'éminent »; il dérive bien évidemment, comme l'a déjà reconnu M. Osiander, de la racine perdue qui a donné naissance à l'arabe et à l'hébreu '7797, tous deux avec le sens de « colline, éminence ».

12. Nous ne nous arrêterons ici, ni au mot « fils », qui est trop connu, 'ni au nom propre si multiplié Samahali, dont l'étymologie nous occupait tout à l'heure.

vzw 2730. Ceci est le titre de fonction de l'auteur de la dédicace. Nous le retrouvons, porté par d'autres personnages, dans les inscriptions nos 11, 12, 13, 14, 29, 46 et 49 de Fresnel. M. Osiander l'a étudié spécialement au point de vue philologique (Zeitschr. der deutsch. morgenl. Gesellsch. t. X. p. 55 et 57), et il signifie « le fort (arabe eto), le puissant de Saba ». Ce n'est pas un titre royal, comme l'avait conjecturé d'abord M. Ewald (Zeitschr. f. d. Kunde d. Morgenl. 1843, p. 305); c'est certainement la qualification d'un fonctionnaire. Mais en quoi consistait son office? C'est ce que l'on ne saurait dire. Il est seulement à remarquer que ce devait être probablement un magistrat spécial à la ville de Mareb ou Saba, cár dans les nos 12, 14, 29, 46 et 49 nous voyons que c'est un xaw 1932 qui fait exécuter les réparations que réclame l'état de la fameuse digue de Mareb.

*22. Voici actuellement le verbe de la phrase, celui qui indique la dédicace. C'est à M. Ewald (Zeitschr. f. d. Kunde d. Morgenl. 1843, p. 309) qu'appartient l'honneur d'en avoir déterminé le sens avec ceriitude. Il signifie « consacrer », et se retrouve en éthiopien sous la forme d'où

nom qui désigne spécialement les prêtres des faux dieux. Dans les inscriptions himyaritiques il s'applique exclusivement à la consécration des temples.

772. Ce substantif, dont le sens est « maison », comme dans toutes les langues sémitiques, est le plus habituellement usité dans les inscriptions de l’Yémen pour désigner ces châteaux-forts qui avaient une si grande importance dans l'organisation toute féodale de l'Arabie Heureuse au temps de son indépendance et de son éclat (Osiander, Zeitschr. der deutsch. morgenl. Gesellsch., t. X, p. 70 et suiv.). Mais il s'applique aussi quelquefois aux temples; il nous suffira de citer comme exemple de cet emploi le nabana de l'inscription de Sanaa qui porte le n° 1 dans les copies de Cruttenden et le n° 3 dans la publication de Fresnel.

Apabe. Ce nom du principal dieu de l’Yémen est trop connu maintenant pour réclamer aucune explication.

y 01. Le premier de ces deux muots est celui qui dans tous les idiomes sémitiques désigne le « jour ». Nous avons donc ici l'indication du jour sacré dans lequel eut lieu la dédicace du temple. Le fragment no 15 de ANNÉE. 1867.

19

[ocr errors]
« ZurückWeiter »