Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

sition 77772,

Fresnel nous offre de même les mots 70ny 17 071932, « il a construit le jour dhah de A'l'tor. » Régulièrement et dans le système de construction des phrases dans les autres idiomes sémitiques, il faudrait, pour l'un et l'autre cas, 112, avec la proposition exprimée. Mais la langue des inscriptions de l'Yémen omet le plus souvent les prépositions et affectionne tout spécialement les constructions par simple apposition qui constituent une des particularités caractéristiques de sa syntaxe; nous avons eu déjà plusieurs fois l'occasion de le remarquer dans le cours de ces études. On trouve cependant très-régulièrement et avec la prépo

« dans l'année, » en tête de toutes les dates de celles des tables de bronze du Musée Britannique qui portent des mentions d'époque.

Les deux noms de jours sacrés que fournissent ainsi, d'un côté, potre inscription, et, de l'autre, le n° 9 de Fresnel, de l'autre, le n° 15 de la publiblication de notre savant compatriote, 97 et 777, n'ont point la physionomie sémitique et ne se rattachent paturellement à aucune racine de cette famille. Seraient-ils un héritage de l'antique population des Adiles, issue de le race de Kousch, à laquelle était due la première origine de la civilisation nationale de l’Yémen?

Quoi qu'il en soit, la traduction que nous proposons à la suite de cette · analyse pour l'inscription de Khariba comprise dans les planches du journal de la Société asiatique de Bombay, est la suivante :

« Son Eminence Yedây],"ols de Samahåli, puissant de Saba, a consacré » le temple d'Almakah dans le jour hå. »

La planche VI du même numéro du recueil scientifique anglo-indien contient encore le dessin d'un monument himyaritique très-précieux, qui provient de Mareb et se conserve en original dans le Musée de la Société asiatique de Bombay ; il serait fort à désirer que l'on pût en posséder un moulage à Paris. C'est un bas-relief en marbre blanc qui représente un buste de femme aux longs cheveux paltés, vêtue d'une tunique aux riches broderies, la main droite ouverte et élevée, la gauche ramenée sur la poitrine et tenant un oiseau, problablement une image divine. Au-dessous règne une inscription en deux lignes, dont le type paléographique rappelle de très-près celui de la grande inscription de Hisn-Ghorab. Malheureusement ce texte paraît mutilé, la fin des lignes manque et nous n'avons aucune donnée pour apprécier l'étendue des lacunes. Aussi, dans l'état actuel de la science, serait-il tout-à-fait imprudent et prématuré d'essayer d'en donner une interprétation. Le scul parti sage est de s'abstenir. »

M. RENIER commence la lecture du Rapport de M. Ern. Desjardins sur les résultats de son exploration archéologique dans la région du Danube inférieur, adressé, à la précédente séance, par M. le Ministre de l'instruction publique.

Sont présentés à l'Académie les ouvrages suivants :

4. Au nom de M. WADDINGTON, "le tirage à part de son mémoire sur la chronologie de la vie du rhéteur Aelius Aristide, faisant partie de la 1re partie du t. XXVI des Mémoires de l'Académie,

29 De la part de l'Académie royale des sciences de Bavière, classe

guerre de

d'histoire, le tome IX, 3. partie, de ses Mémoires (Munich, 1866, in-40).

3o. Sur quelques anciennes COMPOSITIONS (Darstellungen) de l'époque des Empereurs d'Allemagne, lecture faite dans la séance de l'Académie royale de Bavière, le 28 mars 1867, pour la fête du 100e anniversaire de sa fondation par le Dr Wilh. v. Giesebrecht, membre de la classe d'histoire (in-40, 1867, en allemand).

4o Exploration archéologique de la Galatie, etc., par MM. Perrot, Guillaume et Delbet : 18° et 49e liv. (in-fo).

La légende de Cadmus et les établissements phéniciens en Grèce, par M. Fr. Lenormant (Extr, du t. XV des Annales de philosophie chrétienne, 'Paris, 1867, in-8°).

6ο Ελληνικά Ανέκδοτα, etc. Recueil publié aux frais de l'Etat, par Constantin N. Sathas, tomes I et II (Athènes, 1867, in-8°). Le tome I, après une introduction étendue et intéressante de M. Sathas, renferme un poëme ou récit en vers de Jean Coroneos, sur les exploits des volontaires grecs en Europe au XVe siècle ; le tome II, la Crète au XVIIe siècle, racontée en 24 chants par Athanase Scliros, natif de Pikridès, 1er médecin du gouvernement de Venise & Candie, mort en 1664 dans la ville assiégée. Cette chronique compte 9287 vers et s'étend de l'année 1644, date du début de la guerre, à la nomination du marquis Giron Francesco Villa, comme capitaine-général de Candie. La publication en est faite d'après une copie de Mustoxydi : on ignore où se trouve maintenant le manuscrit original. A l'occasion de cette présentation M. Fr. Lenormant adresse au bureau la note suivante : « Une autre chronique grecque, en vers, de la guerre de Candie par un moine crétois nommé Akakias Diakrousis, en religion frère Anthimos, laquelle s'étend jusqu'à la prise de Réthymo en 1646 et au commencement du blocus de la ville même de Candie, a été imprimée à Venise sous le titre de : Διήγησις – διά στοίχων του δεινού πολέμου του εν τη - Νήσω Κρήτη γενομένου, εις την οποίαν περιέχει, την – σκληρότητα και αιχμαλωσίαν των αθέων άγαρηνών, και – πώς εκυρίευσαν όχι μόνον τα Χανιά, και το Ρέθυ – μον μά και όλον το νησί, και όλον ένα πολε - μούσιν, και αυτό το μεγάλον Κάστρον. - Συντεθείσα παρά 'Ανθίμου Ιερομονάχου του διά του θείου, και 'Αγγε - λικού σχήματος 'Ακακίου με το νομασθέντος του Διάκρούση (sic). Elle parat pour la première fois en 4667, ainsi que l'enseigne une note de la seconde édition : πρωετυπώθει (sic) εις τούς (sic) αχξς', οικείους αυτού αναλλωμασι (sic) με διάφωραις (sic) προσθήκαις, και νύν νεωστι μετατυπωθείσα και μετά πλείστης επιμελείας διορθωθείσα. La reimpression fut publiée a Venise en 1679, en format in-12, chez Valentino Mortali et constitue une plaquette de 64 pages:

Cette chronique en vers n'est signalée ni par Papadopoulo Vréto ni par aucun de ceux qui ont traité jusqu'à présent de la littéralure et de la bibliographie du grec moderne. On n'a encore retrouvé aucun exemplaire de la première édition. L'unique exemplaire connu de la seconde a été découvert par moi à Athènes en 1863 et rapporté à la bibliothèque de l'Institut. »

7° Mémoires de la Société littéraire des sciences de Castres, 6° volume (1867, in-8°).

Annales de philosophie chrétienne : août 1867.

9° M. Imbert, de la Société des Antiquaires de l'Ouest, adresse par lettre un exemplaire de l'ouvrage intitulé : Registre de correspondance et biographie du duc Henry de la Trémoille (1649-1667), Poitiers, 1867, 1 vol. in-8°. Cet ouvrage destiné au concours des Antiquités de la France ne pourra y être admis, la période historique à laquelle il se rapporte étant en dehors des limites fixées par le règlement.

10° M. Delisle fait hommage, au nom de l'auteur, d'un opuscule intitulé : Première lettre sur les campagnes du comte de Derby en Guyenne; Saintonge et Poitou, adressée à M. Lacabane, directeur de l'Ecole impériale des chartes, par M. Bertrandy, inspecteur général des Archives (Bordeaux, br. in-8°).

Séance du vendredi 18.

PRÉSIDENCE DE M. DE LONGPÉRIER.

Le procès-verbal de la séance précédente est lu, et la rédaction en est adoptée.

Il n'y a pas de correspondance.
Sont présentés à l'Académie les ouvrages suivants :

4° Au nom de M. de Rossi, correspondant, Bulletin d'archéologie chrétienne : n° 4 (juillet et août 1867), renfermant une dissertation étendue sur les monuments IVe siècle concernant l'église de S. Pudenziana.

2° Par M. le PRÉSIDENT et avec une note de M. Oppert, Inscription cuneiforme du Musée de Zürich, texte et traduction par M. Joseph Grivel, trésorier d'Etat à Fribourg (Suisse), cahier lithographie, in-4. Cette inscription est un exemplaire de l'inscription modèle (Standard inscription) trouvée à Nimroud et reproduite sur un très-grand nombre de bas-reliefs conservés dans presque tous les musées de l'Europe. M. Grivel l'a éditée et publiée pour la première fois avec une traduction.

Il a exprimé d'une manière très-pratique les idéogrammes en traits et les signes phonétiques en pleins, sans embarrasser le lecteur 'par la transcription des idéogrammes en caractères phonétiques. La traduction est irréprochable presque de tout point.

3o La guirlande précieuse des demandes et des réponses, publiée en sanscrit et en tibétain et traduite pour la première fois en français par M. Ph. Ed. Foucaux, professeur de sanscrit au collége de France (Paris, 1867, in-8°) avec une courte introduction où le savant traducteur discute la question relative au véritable auteur de cette espèce de catéchisme de morale commun aux Brahmanes et aux Bouddhistes, lequel ne saurait être Çankara Atcharya, le célèbre philosophe et commentateur védantiste.

4° Bulletin de la Société impériale des Antiq. de France : 4e trim. 1866. 5° Revue archéologique : octobre 1867.

Mémoires de la Société d'agriculture, sciences et arts d'Angers : 2e trimestre de 1867.

70 L'Orient : 25 septembre 1867.

Négociations de Charles VII et de Louis XI avec les évéques de Metz pour la châtellenie d'Epinal, par M. L. Duhamel, ancien élève de l'Ecole des chartes, etc. (Paris, 1867), in-89. - Double exemplaire destiné

concours des Antiquités de la France. Renvoi à la future commission.

A défaut de lectures des membres de l'Académie portées à l'ordre du jour, M. le Vice-PRÉSIDENT continue la lecture du Mémoire de M. Ern. Desjardins, concernant ses explorations archéologiques dans la région du Danube inférieur.

au

Séance du vendredi 25.

PRÉSIDENCE DE M. DE LONGPÉRIER.

Le procès-verbal de la séance précédente est lu, et la rédaction en est adoptée.

Il n'y a pas de correspondance officielle.

M. DE WITTE lit la note suivante sur le colosse d'Hercule trouvé au théâtre de Pompée à Rome.

« Une des découvertes les plus importantes qui aient été faites à Rome dans ces dernières années est celle de la statue colossale de bronze doré, retrouvée au mois de septembre 1864,

sous les ruines du théâtre de Pompée. Les circonstances de cette découverte sont connues (1); je n'entrerai donc dans aucun détail à cet égard. D'ailleurs l'Académie a déjà reçu une communication relative à cette découverte, au mois d'avril 1866, quand M. BEULÉ, qui venait de voir cette oeuvre d'art, en a parlé devant la compagnie (2).

Cette statue colossale est restée inédite. C'est grâce à l'obligeance du cardinal Antonelli que, l'hiver dernier, pendant mon séjour à Rome, j'ai obtenu l'autorisation d'en faire prendre une photographie, et aujourd'hui je m'estime heureux de pouvoir mettre cette photographie sous les yeux de l'Académie.

Cette statue colossale, haute d'environ 4 mètres (3m 83 cent.), après avoir été restaurée, a été placée dans la grande salle ronde au Musée du Vatican.

Tout le monde est d'accord pour y reconnaître un Hercule jeune ayant la peau de lion suspendue sur le bras gauche. On a rétabli, d'après des modèles antiques, dans la main droite la massue dont on avait retrouvé quelques débris, et dans la gauche les pommes du jardin des Hespérides. La tête, nue et entourée d'une simple bandelette, est légèrement inclinée vers la gauche; la bouche est entr'ouverte; aux tempes paraissent les poils d'une barbe naissante, Mais si tout le monde est d'accord pour reconnaitre dans ce colosse Hercule, on ne l'est pas du tout sur l'époque à laquelle il a été exécuté. Lors de la découverte on émit plus d'une opinion, et encore aujourd'hui on est loin d'être du même avis. Rien n'est plus difficile en effet que de fixer d'une manière rigoureuse l'âge d'un monument ancien; car à toutes les époques, dans tous les siècles, on a tenté d'imiter des Quvres d'art qui étaient devenues célèbres.

On a cherché à retrouver dans les traits du fils d'Alcmène un portrait impérial; les uns ont voulu y reconnaître la tête de

(1) Bull, de l'Inst, arch., 1864, p. 227 et suiv.

Cf. la Correspondance de Rome des 24 sept., 15 oct., 5 nov. 1864 et 24 janv. 1865.

(2) Voir les Comptes rendus des séances de l'année 1866, p. 104 et suir.

« ZurückWeiter »