Abbildungen der Seite
PDF

Pompée, d’autres celle de Domitien. On a prétendu‘ également que cette œuvre d’art appartenait au quatrième siècle de notre ère et on a cherché à y découvrir de la ressemblance avec les princes de cette époque. Mais un examen attentif (du moins c’est là l’impression que j’ai éprouvée) porte à y reconnaître un

type grec. Les cheveux courts, l'absence de barbe, le caractère

juvénile de la figure, toutes ces circonstances réunies rappellent le type d’Hercule, tel que nous le montrent les monnaies de la Macédoine, frappées vers la fin du quatrième siècle avant J.-C. On a des monnaies d’Alcxandre le Grand et de Phi-— lippe Aridée sur lesquelles paraît la tête du conquérant macé— donien plus ou moins idéalisée sous la forme d’Hercule imberbe, coiffé de la dépouille du lion. Des monnaies de bronze d'A— myntas Il montrent une tête d’Hercule analogue. On rappro‘ chera des tétradrachmes et des dracbmes de fabrique macéd0» mienne, la tête juvénile et nue, les cheveux entourés d'une bandelette et caractérisée comme Hercule par la massue, tête empreinte sur les monnaies frappées en Campanie au nom des «Romains (4) et aussi, mais sans bandelette, sur les deniers de la gens Cornélia (9). Enfin on pourra comparer la tête de l’Hercule

'' colossal avec un autre type macédonien, l’Apollon à cheveux

courts, ceinte d’une bandelette, et à large con qui parait sur les monnaies d’argent et de bronze frappées depuis Archélaüs et Pausanias jusqu'après Alexandre le Grand.

Je ne veux pas dissimuler toutefois que la tête de l’Hercule co— lossâl rappelle tant soit peu les traits de Domitien, mais je crois que cette ressemblance est fortuite et qu’il ne faut pas s'y arrêter. Tout me porte à croire que nous avons sous les yeux une statue faite par un artiste romain qui s’est inspiré d’un excellent modèle grec de l'école de Lysippe. Mais pour développer les motifs sur lesquels cette opinion repose, il faudrait entrer dans des détails qui prendraient trop d'extension. Qu'il me suffise d'appeler l’attention de l’Académie sur les rapports de style que je crois

(il) Cohcn, Monnaies de la république romaine, pl. XLlV,48. (2) Id., ibt‘d., pl. XIV, Cornelia, 5 et 6.

trouver entre le colosse de bronze et les types d’llercule et d’A_ pollon des monnaies macédoniennes.

MainterÏant, quant à savoir à quelle époque ce colosse de bronze a dû être érigé, il me semble que le lieu où la découverte a été faite doit nous guider dans nos recherches. Ce lieu est l'emplacernent du temple de Vénus Victrix qui dominait le théâtre, édifice immense, que Pompée avait fait élever pour perpétuer le souvenir de ses victoires. Or, les travaux entrepris pour la construction du théâtre de Pompée se placent en l’année 696 de la fondation de Rome. On possède des ouvrages de sculpture du septième siècle de Home, et entre autres la célèbre statue de Pompée, conservée au palais Spada. Tout en tenant compte de la différence qui existe, quant au travail et à l’exécution, entre les ouvrages de bronze et les sculptures de marbre, on ne manquera pas de remarquer certains rapports, certaines analogies entre le colosse et la statue de Pompée, surtout dans la manière dont sont traités les muscles. Je serais donc disposé à croire que nous avons là une œuvre d’art des derniers temps de la république. *

Un rapprochement se présente ici tout naturellement. On connaît l’histoire de l’Hercule de bronze doré, trouvé dans les environs du Forum Boarium, sous le pontificat de Sixte IV et con« servé au Musée du Capitole; on sait à quelle époque cette statue a été exécutée, si toutefois la base sur laquelle elle pose lui appartient. Or, cette base de bronze porte les noms des consuls L. Vettius Paullus et T. Junius Montanus (4), consuls suhrogés de l’an 84 de notre ère, comme l’a démontré le célèbre Marini (a). Il est évident pour tout le monde que l’Hercule du Capitole est d’un caractère moins noble, moins élevé, d’une exécution moins habile que l’Hercule colossal trouvé au théâtre de Pompée. _ '

On doit conclure, ce me semble, de cette comparaison que le colosse de bronze appartient à une époque plus ancienne.

(4) Gruter, p. 50, n° 3. (2) Fratelli Aruali, p. 247 .

Si l’on admet que le colosse est un ouvrage contemporain de la construction du théâtre de Pompée, il reste à rechercher à quelle époque et dans quelles circonstances il a été renversé et mutilé, et pourquoi ensuite il aété caché et dérobé aux regards. Ce sont là des questions qui donnent à réfléchir et dont la solution pré— sente plus d'une difficulté.

Il est évident que le colosse aétébrutalement arraché de sa base et qu’en tombant à la renverse la tête a été fendue, ce qui explique la déformation du front et les fractures qu’on y observe, effets

‘ produits par une commotion violente.

Il est positif aussi que la statue, après avoir été renversée et mutilée à dessein, a été ensuite emportée et cachée’ avec soin, sans aucun doute dans l‘intention de la soustraire aux outrages et avec la pensée de la relever un jour.

Trois suppositions s’ofl‘rent à l'esprit en présence de ces faits. Après la bataille de Pharsale, les monuments élevés par l’illustre rival de César auraient-ils été exposés aux outrages des vainqueurs? Dira-t-on qu’en quatrième siècle les chrétiens ont renversé l’idole? Ou bien encore prétendra-t-on que le colosse a été brisé à la suite d’un mouvement politique, en haine du tyran qui l’avait dédié ?

La première de ces hypothèses peut être soutenue. Car, après la bataille de Pharsale, suivant Plutarquc (4 ), Dion Cassius (2)‘ et Suétone (3), les statues de Syllaet de Pompée furent renversées par le peuple, et ce ne fut que plus tard que César fit relever celles de son ennemi, action que Cicéron approuve et dont il loue le vainqueur.

Quant à supposer que des chrétiens aient renversé l’idole, cette hypothèse semble peu probable; car, d’après des documents publiés par M. le chev. de Rossi (4), il est positif que, longtemps après la suppression du culte public, les images des divinités

(4) Cæsar, 57.

(2) XLII, 48.

(3) Cœsar, LXXV.

(4) Bull. de‘ arch. cristiana, aune IV, 4866, p. 53, e seg.

païennes ont été épargnées. Et comment admettre que des chrétiens aient osé abattre un colosse exposéà tous les regards, dans un édifice public tel qu’était le théâtre de Pompée?

Il me reste a dire un mot de la troisième supposition. Hercule tenant la massue et les pommes des Hespérides est souvent représenté sur les monnaies frappées à l’époque de la tétrarchle et particulièrement sur celles de Maximien Hercule. Mais ce même type, moins fréquent aux commencements de l’empire, est déjà empreint sur les monnaies d’Hadricn et sur celles d’Albin. On se rappellera toutefois que, sous le règne de Dioclétien, un portique fut élevé près du théâtre de Pompée (4). On aurait pu placer en cet endroit une statue plus ancienne, et, après la mort de Maximien Hercule, ses ennemis, en haine du tyran, l’auraient renversée et mutilée.

Mais je reviens a la première hypothèse. Pompée rendait à Hercule un culte tout particulier, il s’étaiiplacé sous la protection spéciale du dieu de la force. Ses victoires le faisaient comparer à Her— cule (2). Au Forum Boarium existait un temple dédié à. Hercule que Pompée avait fait bâtir, probablement en 693, lots de son trot sièmetrlomphe (3). et on se rappellera qu'à la bataille de Pharsalo il avait donné pour mot d’ordre à ses soldats: Hercules i’nvz‘ctm, tandis que César avait donné aux siens celui de : Venus victriæ (t). La bataille de Pharsale fut livrée en l’an 706 de Rome; la con— struction du théâtre eut lieu en 696, comme je l’ai dit plus haut, mais la dédicace n’en fut; faite qu’en 699, lors du second consulat de Pompée (5). J’ai déjà rappelé qu’après la bataille de Pharsale le peuple renversa les statues de Sylla et de Pompée. Ne se peut-il pas que la fureur populaire ait exercé des excès jusque sur les statues qui représentaient le dieu tutélaire de Pompée ? M. BEULÊ a fait observer que, le dieu ayant été renversé de son piédestal, ses

(4) Orelli, Inscript. lat. selcct., n° 4047.

(2) Plin. H. .v., VII, 26, 27.

(3) Plin. H. N., XXXIV, 8, li), 3.

(4) Appian. Bell. civ., 11,76. — Cf. C. Cavedoni, Ana. de l’Inst. arch.,t. XI, ‘I839, p. 304 et suiv.

(5l Dio Cass., XXXIX, 38. — (tic. Epist. ad Eam., VII, 4 . -— Plin, H. N., V11], '1, ’7.

parties viriles ont été tenaillées et arrachées violemment. Une pareille mutilation peut-elle être attribuée aux barbares, ou aux chrétiens? Les uns aussi bien que les autres, ce me semble, au— raient brisé l’idole ; ils en auraient fait fondre le métal. Cette in< sulte était dirigée par la populace païenne non contre un dieu, mais contre un personnage que la flattcrie avait assimilé à Hercule. Tel est l'avis de M. BEULÊ et je suis tout prêt à admettre ces prémisses; seulement, au lieu de Maximien Hercule qui se faisait surnommer 11erculz‘us et se parait des attributs d’Hercule, je penserais plutôt à Pompée. Quand le colosse eut été renversé, les partisans du vaincu de Pharsale en auraient recueilli les débris, les auraient cachés avec soin dans l’espoir de rétablir un jour le colosse à sa place, quand des temps plus propices auraient permis de mettre ce projet à exé— cution. Les citoyens qui rêvaient ce rétablissement auraient péri pendant la guerre civile; l’Hercule aurait été oublié. Ceci rendrait compte de l'étonnante conservation de la dorure; le colosse n'aurait décoré les approches du théâtre de Pompée que pendant 6 ou 7 ans.

Je crois qu’en se plaçant à ce point de vue, on peut expliquer d’une manière satisfaisante le renversement et la mutilation du colosse, les précautions prises pour le cacher et toutes les particu— larités qu’en a observées, lorsqu’on l’a retrouvé.

Sont présentés à l‘Académie les ouvrages suivants:

4°Au nom de M. on Lssrsrmn, L'Histoire du travail a l'Eæposttt’on universelle (Paris, 4867, in-8“).

De la part de M. Michel Amari. correspondant, I cliplomi arabi del R. Arehivio Fioi‘entino. - Teste originale con la traduzt‘one letterals e illustrazt‘oni (Appendice); Firenze, in-4°.

3° Essai sur l'histoire et la géographie de la Palestine d’apres les Thal— muoïs et les autres sources rabbz‘mÿues, par J. Derenbonrg. Première partie: Histoire de la Palestine depuis Cyrus jusqu'à Adrien (Paris, 6867, Impr. impér.,l vol. in-8"). « Ce dépouillement consciencieux et méthodique de documents d’un accès difficile et trop peu employés jusqu'à ces derniers temps éclaire d'un jour nouveau l’histoire de la nation juive, principalement le travail intérieur qui se fit dans son sein après le retour de la captivité. n

« ZurückWeiter »