Abbildungen der Seite
PDF

116° La Dcrmotypotemnic, —- Étude sur quelques livres eum figuris et

oharacteribns et nulla materia compositis, par M. Ernest Aumerle (Issoudun, 4867, br. in-8"), 3 ex.

47° Note sur les dépenses du Trésor royal pour les ponts et chaussées, depuis l'institution de la charge de Grand Voyer de France en la personne de Sully jusqa’à l’aoénement de Colbert au contrôle général des finances, par M. Vignon (Il 867, br. in—8°), 3 ex. '

Renvoi à le. future Commission.

48" M. BRUNET n: Pnnsrn, au nom de l'auteur, fait hommage des deux ouvrages suivants de M. Et. Parrocel et en développe les divers mérites : I. Annales de la pointure, etc., 4862, 4 vol. in-8°; — Il. Id., ‘2° partie. Discours et fragments: 2° édition, mars 1867, in-8".

M. Delaunay, par ajournement de sa communication précédente, et avec l'autorisation du Bureau, lit une note dans laquelle le dieu Sabazius est rapproché du Sabaoth des Hébreux.

—- Cette note donne lieu à quelques observations et explications.

Séance du vendredi 15.

PRÉSIDENCE DE M. DE LONGPÉRIER.

Le procès-verbal de la séance précédente est lu et la rédaction en est adoptée. '

il est donné lecture de la correspondance officielle.

Par un message en date du 43 novembre, M. le Ministre de l’instruction publique adresse à l’Académie un extrait du décret rendu sur sa proposition, le 6 du même mois, par lequel l’Académie est autorisée à accepter le legs de 600 fr. de rente sur l’Etat, qui lui a été fait par M. de La Fous Mélicocq, pour ladite rente être employée conformément aux conditions énoncées dans son testament. L’extrait du décret est conçu comme il suit:

Napoléon, par la. grâce de Dieu et la. volonté nationale, Empereur des Français, à. tous présents et à venir7 salut; _ .

Sur le rapport de notre Ministre secrétaire d’Etat au département de l'Instruction publique;

Vu l'extrait authentique du testament olographe fait le 2 décembre 4864 par le sieur de La Fous Mélicocq, décédé à Rai‘smes (Nord), le 8 juin 4867;

Vu la délibération prise le 26 juillet 4867 par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres pour le legs qui la concerne. ainsi que la délibération prise le 29 juillet 4867 par l’Académie des Sciences pour un autre legs la concernant;

Vu l’acte notarié constatant le consentement de la légataire universelle à. la délivrance de chacun de ces deux legs;

La. section de l'Intérieur, de l'Instruction publique et des Cultes de notre Conseil d'Etat entendue,

Avons décrété et décrétons ce qui suit:
ART. 4'‘.

Le Secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres de l'Institut impérial de France est autorisé à accepter au nom de cette Académie, aux clauses et conditions imposées par ledit testament, le legs à elle fait par le sieur de La Fous Mélicocq (Alexandre-Francois-Joseph), suivant son testament olographe en date du 2 décembre 4864, et consis— tant en toute propriété en six cents francs de rente 3 0/0 sur l'Elat français, qui sera accumulée pendant trois ans et sera décernée à la fin de chaque période triennale par cette Compagnie savante au meilleur ouvrage sur l'histoire et les antiquités de la Picardie et de l’Ile de France, Paris non compris.

union...‘--ODooionbot-Ir.nuocoo

Anr. 3.

Notre Ministre secrétaire d'Etat au département de l'Instruction publique, est chargé de l'exécution du présent décret.

Fait au palais de Saint-Cloud, le 6 novembre 4867.
Signé: NAPOLÉON.

Par 1‘Empereur :

Le Ministre secrétaire d'Etat au département
de l’Instruction publique,

Signé : V. Dunuv.
Pour extrait conforme :
Le conseiller d'Etat, secrétaire général,

Charles ROBERT.

L’Académie donne acte de cette communication, et décide que les mesures seront prises en temps utile, soit pour la délivrance du legs, soit pour l’exécution des volontés du testateur.

M. LE PRÉSIDENT annonce que, conformément à la décision prise antérieurement, l’Académie aura à nommer, dans cette séance, une commission pour présenter des candidats aux places d'associé étranger vacantes par le double décès de M. Gunnann et de M. Boucan. Il fait connaître, d'après la notoriété publique, la non-— velle perte faite récemment par l’Académie, dans le même ordre de membres, par la mort regrettable de M. Borr, dont le remplacement est ajourné au mois prochain.

L’ordre du jour appelle l'élection d’un membre ordinaire en remplacement de M. REINAUD. L’Académie se forme préalablement en comité secret pour entendre la lecture de la partie ré— servée du procès-verbal de la séance précédente. — La séance étant redevenue publique, M. LE PRÉSIDENT donne lecture de l’art. 47 du règlement. Le SECRÉTAIRE PERPÉTUEL lit la liste des candidats inscrits. —— Le scrutin est ouvert. Il y a 37 votants (majorité 49).

Au 4‘«‘r tour, M. Le Blant obtient 45 voix; M. De Vogüé 8, M. Defrémery 6, MM. Huillard—Bréholles et Oppert chacun 4.

Au 2° tour de scrutin: M. Le Blant 24 voix, M. De Vogüé 6, MM. Huillard-Bréholles et Defrémery chacun 3, M. Oppert 4.

En conséquence M. LE PRÉSIDENT proclame le nom de M. Le Blant comme élu, à la majorité absolue des voix, membre ordinaire de l’Académie. Cette élection sera soumise à l’approbation de S. M. l’Empereur.

L’Académie passant à l'élection de la commission qui doit présenter trois candidats pour chacune des deux places d'associé étranger en remplacement de MM. Gnnnxnn ET Borcxn, décide que cette commission sera formée de six membres. — Un scrutin de liste étant ouvert, sont nommés, au premier tour et à la majorité, membres de ladite commission, MM. NAUDET, MOI—IL, Escua, REGNIEB, RENAN et MAURY.

Il est donné lecture d’une lettre de M. Grandgagnage, ancien membre de la Chambre des représentants de Belgique, qui demande l’inscription de son nom sur la liste des candidats aux places de correspondants étrangers qui seraient reconnues vacantes et fait l’énumération des ouvrages publiés par lui de 4845 à 4865, indépendamment d’autres titres. Le nom de M. Grandgagnage sera inscrit sur la liste.

Sont présentés par le Secrétaire perpétuel les ouvrages suivants:

De l’influence cæercée par les Slaves sur les Scandinaves dans l'antiquité, par F. G. Bergmann, doyen de la Faculté des lettres de Strasbourg, etc.

2° Recherches sur l'épopée française. Eæamen critique de t’msromn POÉTIQUE DE CHARLEMAGNE, par M. G. Paris et des ErorÉns FRANÇAISES, par M. L. Gantier, par M. Paul Meyer.

3° Par M. LE PRÉSIDENT : Notice historique sur la médaille frappée a la monnaie de Paris en souvenir de l’eæpulsion des Anglais de 4454 à 4460, par A. Vallet (de Viriville), professeur à l'École des Chartes, etc., suivie de notes et éclaircissements relatifs à divers ordres de chevalerie, avec huiteffigies gravées sur cuivre par M. Dardel (Ext., de l'Annuaire de la Société française de numismatique et d'archéologie), 4 vol. in-8°.

M. Delaunay termine la lecture de son mémoire en communication sur le Traité de la vie contemplative compris parmi les OEumes de Philon et sur les questions d’histoire religieuse qu’il implique; mémoire où il examine, en finissant, les opinions récemment émises soit sur l’authenticité, soit sur le caractère véritable de ce traité.

Diverses observations sont échangées, à. ce sujet et particulièrement sur le second point, entre M. RENAN et l'auteur du mémoire.

Séance du vendredi 22.

PRÉSIDENCE DE M. DE LONGPÉRIER.

Le procès—verbal de lat/séance précédente est lu et la rédaction en est adoptée.

Il est donné lecture de la correspondance officielle.

Par un message en date du 92 novembre, M. le Ministre de l’Instruction publique adresse à l’Académie ampliation d’un décret rendu sur sa proposition, le 20 dudit mois, par lequel l'élection que l’Académie a faite de M. Le BLANT, pour remplir la place de membre ordinaire vacante dans son sein par suite du décès de M. REINAUD est approuvée.

Lecture faite du décret, M. Le BLANT est introduit par le SECRÉTAIRE PERPÉTUEL. — M. LE PRÉSIDENT invite le nouveau membre à prendre place parmi ses confrères.

En conséquence de la communication faite à l’Académie, dans sa séance du 45 courant, du décret autorisant le Seçrétaire perpé— tuel à accepteren son nom le legs qui lui a été fait par feu M. de La Fous Mélicocq, le Sncmärxmn PERPÉTUEL demande et obtient les pouvoirs de l’Académie pour prendre, tant par lui-même que par délégation donnée à M. Antonius Pingard, agent spécial de l’Institut, ouà M. Julia Pingard fils, son adjoint dans la même fonction, en ce qui les concerne, les mesures nécessaires à la mise en possession de la rente qui constitue le legs susdit et les arrérages échus ou à échoir.

L’Académie se forme en comité secret pour entendre le rapport de M. RENAN au nom de la commission chargée de présenter trois candidats pour chacune des places d'associé étranger vacantes par le décès de M. Gnanann et de M. Bonoxu, à Berlin, rapport concluant aux présentations suivantes:

Pour la place de M. GERHARD et dans cet ordre:

MM. Kitsch] , correspondant à Leipzig.
Mommsen, id. à Berlin .

Max Müller, id. à Oxford .

Pour la place de M. Bonçxu:

MM. Fleischer, id. à Leipzig.

Diez, id. ‘ à Bonn.
Lepsius, id. à Berlin.

L’Académie renvoie à huitaine la discussion des titres des can

didats et l’élection, s’il y a lieu, de 2 membres étrangers parmi eux. ' . Elle met ensuite à son ordre du jour la formation d’une commission chargée de présenter à son choix des candidats à la place de même ordre en remplacement de M. Borr qu’elle a perdu plus récemment encore.

M. le Pmäsmnnr fait part à l’Académie d’une offre qu'il a reçue pour elle de M. O. Tuyssuzian, membre de la commission ottomane pour l’Exposition universelle, ofl“re qui lui est faite comme un hommage au nom de cette commission impériale. Il s'agit de six fragments assyriens, parties de bas-reliefs et d’inscriptions d’un certain intérêt. L’Académie accepte cet hommage

« ZurückWeiter »