Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

du rapport de M. RENAN au nom de la Commission chargée de présenter trois candidats pour la place d'associé étranger, devenue vacante par suite du décès de M. BOPP, à Berlin.- La discussion des titres des candidats et l'élection, s'il y a lieu, sont renvoyées à la prochaine séance.

La séance redevient publique.

Sur la proposition de M. le PRÉSIDENT et du bureau tout entier, vu l'urgence manifeste et la nécessité de terminer les opérations de fin d'année, à la séance du 27 au plus tard, l'Académie décide que dès aujourd'hui la lecture de la liste des correspondants sera faite, ainsi que la nomination des membres chargés de présenter les candidats aux places qui auraient été reconnues vacantes. - La liste est lue, et il résulte de cette lecture que trois places de correspondants étrangers sont ou vont devenir vacantes par suite des deux élections faites dans la séance précédente, et de celle qui se prépare, et qu'une quatrième place de cette catégorie l'est devenue depuis quelque temps par le décès de M. Quaranta. - Parmi les correspondants régnicoles, M. Noël Des Vergers, décédé dans le cours de cette année, est également à remplacer.

L'Académie consultée sur la question de savoir si une seule commission ou deux commissions distinctes seront nommées pour présenter les candidats se prononce pour la nomination de deux commissions, l'une de six membres pour les quatre étrangers, l'autre de quatre pour le régnicole.

Deux scrutins successifs ont lieu, et d'abord pour la commission de 5 membres, sont élus à la majorité, pour en faire partie : MM. LABOULAYE, WALLON, MAURY et DELISLE. - Pour la commission de six membres sont élus : MM. Mohl, EGGER, REGNIER, RENAN, MAURY, MILLER.

Sont présentés à l'Académie les ouvrages suivants, par le SECRÉTAIRE PERPÉTUEL:

1° De la part de la Société des arts et des sciences de Batavia, les publications les plus récentes faites par cette Société savoir: I. Le tome XXXI de ses mémoires (1866), in-4°; II. Six fascicules de son recueil (Tijdschrift) pour la connaissance des langues, des pays et des peuples de l'Inde

[ocr errors]

(1864 à 1866), in-8°; III. Cinq fascicules des Notulen ou Procès-verbaux de la Société, etc. (1865-66), in-8°; – IV. Catalogue de la Bibliothèque de cette même Société, par J. A. Van der Chijs, bibliothécaire (Batavia et La Haye, 1864, 4 vol. in-8°).

2o Di alcuni Sepolcri della necropoli Felsinea, par le comte sénateur Giov. Gozzadini (Bologne, 4366, br. in-8°).

3° Une brochure in-8° en vers (ou prétendus tels) sous le titre de Première olympiade française adressée par M. Desbans, directeur de l'enregistrement et des domaines au Mans, sans rapport aucun avec les travaux de l'Académie. Demande inadmissible d'un jugement sur le système de versification de l'auteur.

4° M. Beauvois adresse, par une lettre, pour le concours des antiquités de la France en 1868, deux exemplaires de son ouvrage intitulé Histoire légendaire des Francs et des Burgondes aux 3e et 4e siècles (Paris et Copenhague, 1867, 1 vol. in-89). Renvoi à la future commission.

5° M. Delisle fait hommage, au nom de M. Mantellier, de son ouvrage intitulé « Histoire de la Communauté des marchands fréquentant la rivière de Loire et fleuves descendant en icelle (t. I. 1867, in-8°). — Le tome II, composé de documents, a été publié en 1864 et offert à cette époque.

6° M. VINCENT fait hommage de l'analyse (extraite des Comptes rendus de 1867) de ses Recherches sur le calendrier des Lagides, notamment sur la date de la pierre de Rosette et sur celle du décret de Canope.

M. EGGER lit la note suivante : « Sur le texte grec de deux ostraka provenant de la Haute-Egypte.»

« Dans un mémoire lu à l'Académie en 1856 et inséré au tome XXI de son Recueil (1), je faisais remarquer la variété chaque jour croissante des documents que l'on déchiffre sur les ostraka provenant de la vallée du Nil. Voici deux nouveaux exemples à l'appui de cette observation.

Déjà on connaissait des reçus libellés sous forme épistolaire, soit sur des tessons, soit sur des feuilles de papyrus (2). Deux ostraka acquis à Dekkeh, des mains d'un Nubien, par le général

(1) Ce mémoire est réimprimé, p. 420 et suivantes de mes Mémoires d'Histoire ancienne et de Philologie (1863, in-89).

(2) Voir le mémoire ci-dessus et les Comptes rendus de l'Académie, séance du mercredi 30 octobre 1867.

Desvaux, qui en a fait don au Musée du Louvre, nous offrent de véritables lettres familières. On en jugera par les textes, malheureusement incomplets, que je vais mettre sous les yeux de nos confrères, en commençant par le plus étendu. Selon l'usage, ces textes ne portent ni accents, ni signes d'aspiration ou de ponctuation ; les mots y sont rarement distingués l'un de l'autre par des espaces notables. Les caractères de l'écriture sont d'une belle onciale qui pourrait bien remonter au temps ptolémaïque; ils offrent beaucoup d'analogie avec quelques-uns des papyrus les mieux écrits de la collection du Louvre. Les lettres qui manquent sont presque toutes emportées par la chute du vernis rouge sur lequel elles étaient tracées.

Le nom de la personne qui écrit cette lettre manque dans la suscription. Peut-être n'est-ce pas l'effet d'une fracture de l'ostrakon, Apollonius qui recevait la lettre, connaissant sans doute l'écriture de son correspondant.

.

.

PATowviw (l'iota est adscrit)

χαίρειν
1. ει καλώς έχεις, αδελφέ μου, καλώς σοι...
2. ελθών προς Ταυρείναντ[ον?..
3.

ον και λαβών παρά τούτου
4. προχρέας κα[1] παρά Μάγνητος ?
3. σύμβολο]ν πόησον, επί (sic, pour επει) καγώ αυτάς

6. ας εμελλας (?)..... ένα απο (ou απε)
7., . ουδέ τι ήμιν όψαρίων
8.

no

QOUVI..... apex (?)
9. εινη, αν δύνησαι....
10. old t[olü de...vt
11.

aup.....lp
12. ου πολλά

.

[ocr errors]
[ocr errors]

On distingue encore le reste d'une treizième ligne. Il est à peu près impossible d'apprécier la longueur des lignes conservées d'après l'apparence des brisures latérales. Je n'ose essayer la restitution et la traduction d'un texte si mutilé; mais il est facile de

reconnaître qu'il contenait des renseignements qui nous eussent été précieux sur certaines opérations financières : Typoxpeíd, écrit ici Tepoxpéa (1), est, d'après un ancien grammairien, le mot de la langue vulgaire pour désigner ce que le dialecte attique appelait ápoquń, plus tard vonxn. Il désigne une mise de fond, distincte du dépôt, Tiapaxatabuxn, entre les mains de quelque banquier, comme cela se voit dans le discours de Démosthène pour Phormion. Peutêtre n'est-il pas sans rapport avec le verbe apoxpnoteiv qu'on lit à la colonne 6e du règlement sur les travaux de l'agriculture, au n° 63 (planche VI) de la collection LETRONNE. Je n'ose rien affirmer à cet égard. Mais, rapproché des autres textes relatifs aux finances que nous ont rendus les ostraka et les papyrus, le fragment que je publie pourra plus tard s'éclairer de quelque lumière qui nous manque aujourd'hui.

Le second morceau est évidemment d'une date plus récente, car le nom propre Gaius, qu'on y lit, atteste le temps de la domination romaine ; en tout cas, d'une écriture plus négligée. Il n'a pas moins souffert des injures du temps; mais il offre quelque intérêt.

4. το διπλούν ου δίπλωμα
2. záptas. . . . ?
3. xal B...XATO ide-
4. ξάμην παρα

Tatou
5. TOUS AVIOTONS (sic) GT-
6. ατήρας δύω. Ευχα-
7. ριστώμεν τοϊς θε-
8. ois. avenpon-
9. μεν από μεγάλης
10. ασθενείας. .

"Έρρωσο.

Au contraire du premier texte, ici c'est le commencement qui

(1) xpéc pour xpela est attesté par le Grand Étymologique et par Hésychius, au mot Xperós.

nous manque. Nous avons le salut final et nous lisons avec certitude trois petites phrases : « J'ai reçu de Gaius les deux statères (que je lui avais) prêtés. Remercions les dieux. Nous sommes relevés d'une grande maladie. » On ne voit pas clairement si les actions de grâce s'adressent aux dieux pour le premier ou pour le second des deux faits annoncés: je crois pourtant qu'il s'agit plutôt du second. »

M. JOURDAIN commence la lecture en communication d'un Mémoire ayant pour titre : « Sur l'authenticité de quelques écrits attribués à Robert Grosse- Tête, »

Séance du vendredi 13.

PRÉSIDENCE DE M. DE LONGPÉRIER.

Le procès-verbal de la séance précédente est lu et la rédaction en est adoptée.

Il est donné lecture de la correspondance officielle. . Par un message en date du 11 décembre, M. le Ministre de l'Instruction publique adresse ampliation de deux décrets rendus sur sa proposition, le 7 du même mois, et par lesquels la double élection que l'Académie a faite de MM. Ritschl et FLEISCHER, pour remplir les deux places d'associés étrangers vacantes par suite des décès de MM. GERHARD et BOECKH, est approuvée.

L'ordre du jour appelle l'exposition et l'examen des titres des candidats présentés à la place d'associé étranger vacante par suite du décès de M. BOPP.

L'Académie se forme en comité secret.

La séance étant redevenue publique, l'Académie passe à l'élection. M. LE PRÉSIDENT rappelle que les candidats présentés par la Commission sont MM. Mommsen, Max Müller et Lepsius. - Ont été ajoutés à cette liste : M. De Rossi, sur la proposition de M. LABOULAYE, appuyée par plusieurs membres, et M. Diez, sur celle de M. MAURY et des mêmes membres. - Le dépouillement du scrutin accuse 34 votants : majorité 18 voix. 12 voix sont don

« ZurückWeiter »