Abbildungen der Seite
PDF

remarquer que, si l’on admettaitl’explication proposée par M. Lenormant pour le monogramme inscrit sur quelques monnaies d'A— lexandre, il faudrait supposer que les Euxinophylaques ont euxmèmes battu monnaie, puisque ce monogramme se trouve isolé sur quelques pièces. Or, ceci n’est guère admissible avec ce que l’on peut, de l'inscription même conservée dans les papiers de Fauve], induire au sujet des fonctions de ces magistrats. Qu’étaient-ils en effet? Des surveillants, qui percevaient les droits de douane, qui gardaient le passage du Bosphore et sans doute se tenaient dans

' des ports divers et plus souvent sur des galères pour empêcher

la contrebande et visiter les bâtiments qui descendaient du Pont— Euxin et y montaient. De semblables fonctions n'ont aucun rapport avec la fabrication monétaire.

M. DE LONGPÉRIER rappelle qu'il est un faitde I’histoire monétaire des temps modernes qui peut jeter quelques lumières sur la question. Quand chaque année la flotte espagnole apportait en Europe les métaux précieux des mines du Mexique et du Pérou, les agents financiers chargés de l'expédition, pour rendre plus facilement compte des richesses qu’on leur avait confiées, et pour assurer à la couronne le bénéfice de la plus—value du métal monnayé sur le métal en lingots, monnayaient grossièrement sur les galions mêmes l'or et l’argent qu’ils avaient reçu à l’état brut‘en Amérique. Avec le commerce considérable de métaux précieux en barre qui se faisait dans l’antiquité au fond du Pont-Euxin, la douane des Euxinophylaques devait recevoir beaucoup de lingots. Il est possible que des raisons semblables à celles qui guidaient les Espagnols aient fait également monnayer par les Euxinophylaques les lingots qu’on leur livrait, même dans les conditions de vie que leur suppose M. Banni.

Soutprésentésà l'Académie les ouvrages suivants : 4° Au nom de M. Deville, correspondant, La Tour de la Pucelle du chaiteaude Rouen (Rouen, 4867, in-8°).

2° La puissance et la civilisation Mongoles au XIII” siècle, par M. Léon Feer, membre de la Société asiatique de Paris, etc. (Paris, 4867, br. in-8°‘).

3° Du même auteur, comme suite de ses études sur le Bouddhisme, Des

Vydkarana et de leur place dans la littérature des Bouddhistes (Extr. de la Revue orientale, in-8°).

4° Doute Alighieri e le sue opere consideruti negli elementi religioso, politico, legislatz‘vo, per l’avv. Gius. Panarello (Palermo, 4866. br. in-8“).

5° Revue numismatique : novembre et décembre4866.

6° Revue archéologique : n° de février 4867.

7° L’Or‘ient,etc., n° 44 (40 février).

8“ M. Ledain adresse un 2' exemplaire de son ouvrage intitulé « Histoire de la ville et baronnie de Bressm‘re », admis au concours des antiquités de la France en 4867.

9° M. Bladé adresse, par une lettre du 9 février,‘deux exemplaires de sa. Dissertation sur les chants héroïques des Basques, destinée au même concours en4868. — Renvoi à. la future Commission.

40° M. Encan, au nom de M. de Beauvillé,de la Société des antiquaires de France7 fait hommage du t. II de son ouvrage intitulé « Recueil de documents inédits concernant la Picardie 1», publiés d'après les titres originaux conservés dans son cabinet et imprimés par autorisation de M. le garde des sceaux à l'Imprimerie impériale (4 867, gr. in-4"). Ce second volume, entièrement digne du premier, est précédé d'une Introduction étendue, donnant l’analyse raisonnée des pièces dont il secompose, et 44 fac—simile de chartes, sceaux, etc., ajoutent encore à l’intérét de cette belle publication.

Séance duvendredi 22.

PRÉSIDENCE DE M. DE LONGPÉRIER.

Il est donné lecture de la correspondance officielle.

Par un message, en date du 20 février, M. le Ministre de l’instruction publique adresse ampliation d’un arrêté, en date du 7 courant, conférant le grade d’archiviste-paléographe aux six élèves sortants de l’Ecole impériale des chartes, dont les noms suivent: MM. Courajod, Molard, Fagniez, Maupas, Soury et Lespinasse. ’

M. le SncnÊmmn rnnrisrunn croit devoir communiquer oflicieu— sement à l’Académie une lettre particulière par laquelle M. le Mi— nistre de l’instruction publiquelui annonce,à la date du 48 février, qu’il vient d’allouer à madame veuve Munk une indemnité litté

l

raire annuelle de 4500 fr. « Je crois, dit M. le Ministre, entrer dans les vues de l’Académie en prenant cette mesure, et je suis assuré de répondre aux intentions de l’Empereur qui veut servir les lettres en honorant la mémoire de ceux qui les ont cultivées avec gloire et désintéressement. »

M. le SECRÉTAIRE PERPÊTUEL informe aussi I’Académie que M. le Ministre lui a annoncé qu’aussitôt après avoir reçu la lettre écrite au nom de l’Académie après la dernière séance, relativement aux quatre statues de Fontevrault, il a remis a S. M. 1’Empereur une note expresse sur ce grave intérêt, note dont il a tout lieu d’espérer le succès.

M. le SECRÉTAIRE pnnrÉrunr. ne croit pas devoir donner lecture d’une lettre adressée de Londres aux membres de l’Académie, le 24 février, lettre signée Catholz‘cus, anonyme par conséquent, et dont l’affaire présente n'est à vrai dire que le prétexte.

M. Dozy, élu correspondant, en remplacement de M. F. Wolf, le 938 décembre dernier, écrit de Leyde, à la date du 49 février, pour exprimer « sa vive et profonde gratitude de l’honneur que lui a fait 1’Académie ».

' M. Le Brethon, nommé auxiliaire des travaux de l’Académie, dans la séance du 8 févrierz répond, a la date du Q4 , pour remercier I’Académie d’un choix dont il apprécie tout l’honneur et dont il tâchera de se rendre digne par son assiduité et son exactitude.

L’ordre du jour appelle la première lecture d’un mémoire de

M. RENAN « Sur la dynastie des Lysam'as d’Abt‘lène ».

M.Eeenn lit et interprète l’inscription suivante, originaire de Marseille:

K]Âeü8np.oç A_mvuqÇop vspaïtepo; \?m/G~K a’cp-rîËouç eôrozëiqr xod yopxvawmppjo‘aç 8iç. « Cleudemus, fils de Dionysius, de la classe des Ephèbes vété

rans, qui agagné le prix de la bonne tenue parmi les Ephèbes et exercé deux fois la fonction de chef du gymnase. »

Cette inscription, publiéeici d’après un fac-simz‘le qui fait partie des manuscrits de Pciresc à la Bibliothèque impériale (Fonds latin, n° 8958, fol. 932) peut être considérée comme inédite, car on n’en connaissait jusqu’ici que deux textes diversement, mais également fautifs, l’un dans Bouche (Chorographz‘e, I, p. 88), l’autre dans Grosson (Recueil des antiquités et‘ monumens marseillais, pi. XXXII, n.8), et M. Herzog ne l'a pas comprise dans I‘Appendice épigraphique de son Hist. Galliœ Narbonensis, couronnée en 4866 par l’Académie. M. Encan l’a communiquée, le 43 décembre der— nier, au congrès scientifique d’Aix, et le court mémoire qu'il a l'honneur de soumettre aujourd’hui au jugement de l’Académie, est, sauf quelques modifications, celui qui doit être prochainement publié dans les Actes de ce congrès.

M. le SECRÉTAIRE PERI’ÉTUEL et M. WALLON, à tour de rôle, continuent la lecture du mémoire en communication de M. Cotheraux « Sur la chronologie de I)iodore de Sicile ».

Sont présentés à l’Académie les ouvrages suivants :

4° Au nom de l’Académie royale des sciences de Bavière: l. Le vol. X de ses Mémoires (pour la classe d'histoire), 4866, in-h°; — II. Le dévelop— pement des idées dans la science de la nature, discours lu à la séance publique de cette Académie,du 25 juillet 4866, par le baron de Liebig, président (in-4°); —- III. La signification des mesures modernes du degré, lecture faite dans la même séance par le Dr Cari Max. Bauernt‘eind, de la classe des sciences mathématiques et physiques (in—4°) ; — IV. Monumenta Boica, t. XXXŸIII, in-4", publié par la même Académie (Munich, 4866).

2° Recueil des notices et manuscrits de la Société archéologique de la province de Constantine : 40° volume, 1866, in—8° avec 28 pi. lithographiées. '

3° La chapelle de la Roquelle et son pèlerinage, par M. L. Quenault (br. in-8°).

4° Revue archéologique du midi de la France: 9e livraison (janvier— février 4 867).

5° Bulletin de la Société archéologique de l’0rléanais : 2° trimestre de 4866.

6° Description des antiquités composant la collection de feu M. A. Raife’, par M. Fr. Lenormant, sous—bibliothécaire de l'Institut. — Dessins par A. Féarl (4867, in-8”).

MOIS DE MARS.
Séance du vendredi 1er.

PRÉSIDENCE DE M. DE Loucmämra.

Il est donné lecture de la correspondance officielle.

M. le Ministre de l’Instruction publique, par une lettre du 26 fé— vrier, prie le Secrétaire perpétuel de transmettre à l’.Académie ses remercîments de l'examen qu'elle a fait des rapports de MM. Deville et Coquart sur leur mission et dujugement qu'elle en a porté. Avant toute publication, il sera fait droit a ses observations sur les travaux de ces messieurs.

M. Henzen, correspondant à Rome, par une lettre en date du 49 février, adresse à l’Académie ses remercîments de l'honneur qu'elle lui a fait en lui conférant ce titre à la fin de l'an dernier.

M. Léouzon Le Duc, dans une lettre fort étendue, en date du 95 courant, fait connaître qu’il se porte candidat à la place de membre ordinaire vacante dans le sein de l’Académie et expose les titres qu'il croit pouvoir présenter à l'appui de cette candida— ture. Ces titres, qui se rattachent principalement à son long séjour dans le Nord de l’Europe et à l'étude qu'il y a faite des langues et des littératures scandinaves et finnoises, aux diverses publications qui en ont été la conséquence, seront mises en temps utile sous les yeux de la Compagnie et le nam de M. Léouzon Le_Duc inscrit au préalable sur la liste des candidats.

M. le maire de la ville de Roubaix, par unelettre du “28 février, accuse réception des dix volumes de l’Histoire littéraire de la France qui, sur l'avis de la Commission des travaux littéraires, ont été concédés à la bibliothèque publique de cette ville, et prie 1’Académie d'agréer ses sentiments de reconnaissance pour ce don précieux.

M. le Sucmäruan PERPÊTUEL propose de compléter la Commission du concours prorogé sur la topographie de la Palestine, où la mort de M. MUNK a fait un vide si regrettable. —- L'élection d'un

« ZurückWeiter »