Abbildungen der Seite
PDF

pour Philadelphe, et que plus tard Ptolémée Philopator fit pour Epiphane.

Il sufiit donc de supposer qu’Evergète commença de régner du vivant même de son père, c’est—à-dire 5 ans avant la mort de Phi— ladelphe, arrivée, croit—on, en l’an 504 de Nabonassar, 247 avant J.-C. Du reste, ce fait pourrait être la conséquence d’une abdication de la part de Ptolémée Philadelphe, mais il parait plus probable que ce fut par suite d’une association entre le père et le fils, usage commun dans la famille des Ptolémées, dont nousavons plus haut cité des exemples; et cet événement dut arriver en l'an &96 de Nabonassar, 252 avant notre ère. De cette manière, la 9° année de règne d’Evergète mentionnée dans le décret de Canope doit se compter à partir de l’année 34° du règne de Philadel— phe, et non de son année 36°, date de sa mort.

Au reste, il n’est pas sans exemple que, dans des circonstances analogues, deux supputations différentes aient été employées pour désigner et caractériser les années de règne d'un même souverain de la dynastie des Lagides. Ainsi, notre savant confrère M. BRUNET DE PRESLE mentionne, à la page 39 du volume des Papyrus,deux pétitions distinctes émanées des prêtresses de Cléopâtre, et datées, l’une, de l’an 49 de Philométor, etl’autre, de l’an 7, quoique ces deux pétitions soient de la même année. Cela tient à ce que dans l'une des pétitions, écrite sous le gouvernementd’Evergète [11], je cite M. BRUNET DE Pnnsnn, «on désignait l’année d’après lui seul et » sans tenir compte de son frère», tandis que plus tard « Philo— » métor étant remonté sur le trône, on lui a compté les années » antérieures, comme s’il n’avait pas cessé de régner ».

Il me reste peu de choses à dire pour terminer: une remarque pourtant me semble assez importante, c’est que, dans le décret de Canope, la date du jour de la naissance du roi et celle du jour de sa prise de possession sont exprimées uniquement en fonction du calendrier macédonien, tandis que dans le décret de Memphis (pierre de Rosette) les dates analogues, bien que paraissant intrinsèque— ment liées au calendrier et aux usages macédoniens, sont toutefois exprimées suivant la nomenclature égyptienne. Il y a plus,

c'est que l’expression macédonienne apelléos du décret de Canope V - y est traduite phonétiquement dans le texte hiéroglyphique, tandis

que rien de semblable n’apparaît dans le second monumedt.;..;

Cela prouve que, dails‘l’interValle de il ans qui sépare les deux décrets, le gouvernement était devenu plus égyptien. Mais quant au but principal du premier décret, qui était de faire remplacer l'usage de l’a’nnée vague par celui de l'année fixe, il ne parait pas admissible qù’on y ait donné suite immédiatement,— puisqu’il est démontré par les documents historiques discutés dans mes précédentes communications, que c’est à partir seulement de l’époque d’Auguste‘, que l'année officielle du gouvernement égyptien est devenue fixé, de vague qu'elle avait été jusque-là. i

Note additionnelle lue par M. VINCENT à la suite de la communication précédente.

a A la ligne 46 du texte grec de l’inscription de Rosette se trouve une lacune que notre illustre prédécesseur M. LETRONNE a remplie avec les mots [‘rhv ‘roi’; p.exsip ê1‘t‘ratxott‘ôexdænv], dont le sens se trouve complété à la ligne 47 ‘par ceux—ci 2 êv aï mpe’iuâev ‘rljv Bac‘rÀeiatv 7rotpdt roÜ ‘mx‘r96â. Au contraire notre confrère et ami M. Charles LENORMANT remplissaitla lacune citée en y introduisant le mot cpotwcp‘z au lieu du mot p.exeip. De plus, le premier de ces deux savants concluait de diverses circonstances, que le texte grec était la rédaction originale et que l'égyptien en était la traduction, tandis que, suivant son conträdicteur, le grec n’était qu'une version du texte égyptien.

Les raisons pour et contre chacune des deux opinions sont assez connues pour que je n'aie point à les reproduire ici. Je me conten— terai de dire que surles deux points je suis complétement de l'avis de mon illustre ami. D’abord, comment un décret rendu par les prêtres égyptiens en l’honneur du roi aurait-il pu ne pas être égyptien avant tout? Ensuite, il n’est pas jusqu’ùdx raisons données par LETRONNË à l’appui de son opinion, qui ne me paraissent justement témoigner contre elle : « Jamais, dit—il,— un Grec n'a pu »' écrire, par exemple, TPIANAAA ni IEPflN .» Mais cependant, si le texte original était grec, comment n’aur‘aibon pas commencé

par l’écrire en grec et par le faire transcrire en ‘grec, parla main d’un Grec sachant sa langue?

Il est bien évident d’ailleurs que si, comme le dit notre savant confrère M. BRUNET DE PRESLE, « dans les actes éinanés des Pto— » lémées et qui portent une double date, c’est la date malcéd0= » nienne qui est énoncée la première au, ce n’est nullement une raison pour qu’il en soit de même des actes ëinalhés du sacerdoce égyptien; on pourrait presque dire que, dans ce second cas, c’est le contraire qui doit avoir lieu.

Peut—être y aurait-il aussi quelque induction analogue à tirer relativement au décret de Canope, de la circonstance singulière que présente par deux fois (l. 3 et l. 58) le texte grec dans la transcription de la date du 47 tybi, date qui évidemment a été tracée, après coup, dans un espace réservé et beaucoup plus qu'a suffisant pour la contenir. On ne peut voir’ eii cet endroit de fa— turc ni de lacune, puisque rien ne saurait être intercalé parmi les éléments d’un quantième de mois tel que ëurozxouôsxoîrn. '

Quant au choix à faire entre les deux mots {JÆXE‘LP et <paœç‘t, LuNORMANT a judicieusement établi, je crois, la distinction qu’il fallait faire entre la cérémonie du couronnement, ’rñv 1‘:av1îyuptv m7,; napotÀ*/zx{rewç 1ñç Bore‘ùeiozç, cérémonie qui eut elfectivement lieu à Memphis le 18 méchir, et la cérémonie de la première prise de possession, laquelle‘ est exprimée par les mots ëv â not'péÀocÊtv T‘ñv fiowi)æïow 1rapàc 1:03 7totrpèç ou’rroÛ. LENORMANT remarque en outre que, dans la première acception, le mot fiom‘0œvf0t est représenté dans le texte hiéroglyphique par une colonne à chapiteau en forme de lotus ouvert, surmontée de deux‘ cornes de taureau, l’extre’mz‘t‘é du lituus étant posée en travers de la corne gauche, tandis qu’au contraire, quand il s’agit de l’avénement du jeune prince à la couronne par la volonté de son père, le mot PomÂsïoz est exprimé par l’emblème ordinaire de la royauté, la tige de roseau.

Je conclus en conséquence (et, à mon humble avis, LENORMANT

' a en raison 'de supposer) que le passage manquant à la ligne 46

devait faire allusion au premier.avénemcut. » M. DE Rouet: continue sa communication sur les invasions des peuples de la Méditerranée en Egypte vers le X I V‘ siècle avant notre ère.

Sont présentés à l’Académie les Ouvrages suivants :

40 Au nom de M. LITTRE, la. 45° livraison (ING-LAR) de son Dictionnaire de la langue française.

2° De la part de l’Académie impériale des sciences de Vienne, 1. Comptes rendus des séances de la classe d’histoire et de philosophie, t. 53, cab. l-3. — Il. Archiv für ôsterreichische Geschichte, XXXVI, fuse. 2. — III. Fontes reram austr‘iacarum. Diplomata, XXVI, 2 .

3° Mémoires de la Société des Antiquaires de France: t. 29° (3° série, t. 1X), 4866, in-8°.

4° L’Année géographique, etc. par M. Vivien de Saint-Martin : 58 année (4866).

5° Un chapitre degéogruphie orientale au moyen âge du V11" au xve sié— ele, par le même. (Extr. des Nouvelles Annales des Voyages, in-8").

6° De la moralité dans le droit,”par M. Aldrick Caumont, avocat au barreau du Havre (4 86Æ,hr. in-8°).

7° Archéologie héraldique. — Le roy d'armes. — Jurisprudence nobi— Iiaire, par le marquis de Magny (Claude Drigon), ancien juge d'armes de l'ordre de Malte (Florence, 4867, gr. in-4°).

8° Revue archéologique du Midi de la France: n°’ 40 et il (mars et avril 4867).

Est présenté pour le concours du prix Volney, par l’entremise de M. GARCIN DE TASSY, un ouvrage intitulé Du langage. Essai sur la nature et l'étude des mots etdes langues, par M. Alb. Terrien Ponce], etc. (4 vol. in—8°, en double exemplaire). — Ajourné, vu la date de présentation, au concours de 4868.

M. le PRÉSIDENT fait hommage, au nom des auteurs, de l'ouvrage inti— tulé « Chefs-d'œuvre de l’art antique : Architecture. — Peinture. — Statues, etc., tirés des diverses collections publiques et principalement du Musée royal de Naples, dessinés et gravés par les meilleurs artistes italiens. 4" série. Monuments de la vie des anciens, t. I, 74 pages de texte par F‘. Robion, professeur de l'Université, et 49 planches. —— 2' série :Monuments de la peinture et de la sculpture : 24 pages de texte par Fr. Lenormant, sous—bibliothécaire de l'Institut, et 49 pl.

L'Académie se forme en comité secret.

MOIS DE MAI.

Séance du vendredi 3.

PRÉSIDENCE DE M. DE LONGPÉRIEB.

M. LE SECRÉTAIRE PERPÉTUEL lit l’extrait d’une lettre de M. le sénateur surintendant des beaux—arts, en date du 29 avril, par la— quelle M. le surintendant remercie de nouveau l’Académie du con— cours efiicace que l’administration a trouvé près d'elle pour la ré— daction des inscriptions destinées au piédestal de la statue équestre de l'empereur Napoléon I", qui doit être érigée à Grenoble.

M. MILLER communique à l’Académie trois hymmes orphiques inédits, dont il donne la traduction et sur la source desquelsil promet de s'expliquer plus tard.

M. le PRÉSIDENT communique le dessin d’un bronze antique trouvé dans le Nord de la France, et sur lequel il lit la note suivante de M. Deschamps de Pas.

Note sur un objet gaulois, en bronze, ayant servi de sommet de casque.

« L’objet que nous avons l’honneur de soumettre à l’Académie est entré dans les collections du musée de Saint—Omer depuis quelques années. Il représente une tête de sanglier terminée par un appendice en forme de croissant. Il est monté sur une espèce de socle quadrilatère, portant à sa partie inférieure un anneau, ou plutôt un demi—cercle vertical. Un autre anneau existe à la base de la tête de sanglier et derrière elle. Nous avons ici évidemment

sous les yeux un produit de l’art gaulois, remontant vraisembla- ’

blement à une époque voisine de celle qui vit succomber l’indépendance de nos ancêtres. Le sanglier, comme on le sait, était l’em— blême de la nation; il se trouve reproduit sur nombre de médailles; il figurait au sommet des enseignes militaires. M. DE LA

« ZurückWeiter »