Compassion de la très Ste Vierge: précédée du discours de Bossuet et du dialogue de Saint Anselme

Cover
Henri Léon Curmer
L. Curmer, 1844 - 84 Seiten

Im Buch

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 7 - Gloire à Dieu au plus haut des cieux , et paix sur la terre « aux hommes de bonne volonté , chéris de Dieu ! » • La piété des fidèles a transformé cette grotte en une chapelle.
Seite lxxiii - ... aux murs de la chapelle. La philosophie peut remplir ses pages de paroles magnifiques, mais nous doutons que les infortunés viennent jamais suspendre leurs vêtements à son temple.
Seite lxxvi - Il faut du merveilleux, un avenir, des espérances à l'homme, parce qu'il se sent fait pour l'immortalité. Les conjurations, la nécromancie, ne sont chez le peuple que l'instinct de la religion, et une des preuves les plus frappantes de la nécessité d'un culte. On est bien près de tout croire quand on ne croit rien; on a des devins quand on n'a plus de prophètes, des sortilèges quand on renonce aux cérémonies religieuses, et l'on ouvre les antres des sorciers quand on ferme les temples...
Seite lxxiv - Ceux qui nient les pressentiments ne connaîtront jamais les routes secrètes par où deux cœurs qui s'aiment communiquent d'un bout du monde à l'autre. Souvent le mort chéri , sortant du tombeau , se présentait à son ami , lui recommandait de dire des prières pour le racheter des flammes et le conduire à la félicité des élus. Ainsi la religion avait fait partager à l'amitié" le beau privilège que Dieu a de donner une éternité de bonheur.
Seite xxvii - C'est ainsi, dira-t-elle, qu'il pose ses mains; c'est ainsi qu'il porte ses yeux ; telle est son action et sa contenance : les mères sont ingénieuses à observer jusqu'aux moindres choses.
Seite lxx - H faudrait nous plaindre si , voulant tout soumettre aux règles de la raison, nous condamnions avec .rigueur ces croyances qui aident au peuple à supporter les chagrins de la vie , et qui lui enseignent une morale que les meilleures lois ne lui apprendront jamais. Il est bon, il est beau, quoi qu'on en dise , que toutes nos actions soient pleines de Dieu, et que nous soyons sans cesse environnés de ses miracles.
Seite 3 - David son père; et il régnera éternellement sur la maison de Jacob; et son règne n'aura point de fin. Alors Marie dit à l'ange : Comment cela se fera-t-il...
Seite 4 - Seigneur fut envoyé à Joseph, et lui dit : Joseph, fils de David, ne craignez pas de prendre avec vous Marie votre épouse; car ce qui est né en elle est du Saint-Esprit*.
Seite 20 - d'une épée'». Vous aurez part aux contradictions; vous verrez tout le monde s'e soulever contre ce cher Fils ; vous en aurez le cœur percé : et il n'ya point d'épée plus tranchante que celle de votre douleur. Votre cœur sera percé par autant de plaies que vous en verrez dans votre Fils : vous serez conduite à sa croix pour y mourir de mille morts. Combien serez-vous affligée quand vous verrez sa sainte doctrine contredite et persécutée ? Vous verrez naître les persécutions et les...
Seite lxix - Ce ne sont en effet que des harmonies de la religion et de la nature. Quand le peuple croit entendre la voix des morts dans les vents , quand il parle des fantômes de la nuit , quand il va en pèlerinage pour le soulagement de ses maux, il est évident que ces opinions ne sont que des relations touchantes entre quelques scènes naturelles , quelques dogmes sacrés et la misère de nos cœurs.

Bibliografische Informationen