Les moines d'Occident: (1863. [3], 296, CCXCVI p.)

Cover
Jacques Lecoffre, Libraire, 1863
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Inhalt

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite clxxxi - Ayez affaire à de pauvres gens chargés d'une grande famille ; souvent vous les trouverez droits , modérés , capables de se relâcher pour la paix , et d'une facile composition : ayez affaire à une communauté régulière ; elle se fait un point de conscience de vous traiter avec rigueur. J'ai honte de le dire ; je ne le dis qu'en secret et en gémissant ; je ne le dis...
Seite ccxciii - Quis mihi tribuat ut scribantur sermones mei? Quis mihi det ut exarentur in libro, stylo ferreo et plumbi lamina, vel celte sculpantur in silice?
Seite ccxxx - Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! parce que vous fermez aux hommes le royaume des cieux; vous n'y entrez pas vousmêmes, et vous n'y laissez pas entrer ceux qui veulent entrer.
Seite lxxxix - Cloîtres silencieux, voûtes des monastères, C'est vous, sombres caveaux, vous qui savez aimer ! Ce sont vos froides nefs, vos pavés et vos pierres, Que jamais lèvre en feu n'a baisés sans pâmer.
Seite cliii - Mais je la dirai surtout, cette vérité sainte et nécessaire, quand il s'agira des moines et de leurs fautes, parce que, comme l'a si bien dit saint Bernard, ce grand dénonciateur des désordres de la vie religieuse:
Seite cliv - L'abus ne prouve rien contre quoi que ce soit, et s'il fallait détruire ce dont on abuse, c'est-à-dire ce qui est bon en soi et corrompu par la liberté de l'homme, Dieu lui-même devrait être arraché de son trône inaccessible, où trop souvent nous faisons asseoir près de lui nos passions et nos erreurs2.
Seite 207 - Aussitôt en effet que j'eus achevé » cette pensée, comme si une lumière de sécurité » se fût répandue sur mon cœur, les ténèbres du » doute disparurent. » Alors ayant marqué le passage du doigt, ou -» par quelque autre signe , je fermai le livre , et
Seite clxxxii - Les voilà les filles de Thérèse; elles gémissent pour tous les pécheurs qui ne gémissent pas, et ce sont elles qui arrêtent la vengeance prête à éclater. Elles n'ont plus d'yeux pour le monde , et le monde n'en a plus pour elles. Leurs bouches ne s'ouvrent plus qu'aux sacrés cantiques; et hors des heures des louanges , toute chair est ici en silence devant le Seigneur. Les corps tendres et délicats y portent jusque dans l'extrême vieillesse, avec le cilice, le poids du travail. Ici ma...
Seite ccxxxiii - ... et là contre la liberté moderne ; et l'on ne saurait trop rappeler cette distinction, en présence de toutes ces fantasmagories historiques qui, après avoir longtemps assimilé les rois du moyen âge aux monarques modernes, en nous donnant Mérovée et Dagobert...
Seite xxxi - ... celle qui consiste à se discipliner soi-même, à se régler, à se contenir, à dompter la nature rebelle, celle qui est une vertu cardinale et qui règne sur le monde par le courage et par le sacrifice. Je n'hésite pas à dire que les moines, les vrais moines des grands siècles de l'Eglise...

Bibliografische Informationen