Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

Si vero viciamque seres vilemque faselum,
Nec pelusiacæ curam adspernabere lentis;
Haud obscura cadens mittet tibi signa Bootes.
Incipe, et ad medias sementem extende pruinas.
IDCIRCO certis demensum partibus orbem
Per duodena regit mundi sol aureus astra.
Quinque tenent cælum zonæ, quarum una corusco
Semper sole rubens, et torrida semper ab igni ;
Quam circum extremæ dextra lævaque trahuntur,
Cærulea glacie concretæ atque imbribus atris.
Has inter mediamque duæ mortalibus ægris
Munere concessæ divum, et via secta per ambas,
Obliquus qua se signorum verteret ordo.

ar

a

S arces

Mundus, ut ad Scythiam rhipæasque arduus arces
Consurgit, premitur Libyæ devexus in Austros.
Hic vertex nobis semper sublimis; at illum
Sub pedibus Styx atra videt, Manesque profundi.
Maximus hic flexu sinuoso elabitur anguis
Circum, perque duas in morem fluminis Arctos,
Arctos Oceani metuentes æquore tingi.
Illic, ut perhibent, aut intempesta silet nox
Semper, et obtenta densantur nocte tenebræ;
Aut redit a nobis Aurora diemque reducit;
Nosque ubi primus equis Oriens afflavit anhelis,
Illic sera rubens accendit lumina Vesper.
Hinc tempestates dubio prædiscere cælo

PRÉFÈRES-TU la vesce et l'humble faséole, tes soins des cendent-ils jusqu'à la lentille d'Égypte; le coucher du Bootès t’indiquera d'une manière infaillible le moment de les semer. Commence alors, et poursuis jusqu'au milieu des frimas.

Pour régler nos travaux, le soleil a divisé en douze constellations le cercle qu'il décrit dans les cieux. Cinq zones en embrassent le contour : l'une toujours ardente , toujours brûlée des feux du soleil; deux autres, à distance égale de la première, s'étendent jusqu'aux extrémités du globe , et n'offrent que des mers de glace et de noirs frimas; entre ces dernières et celle du milieu, deux autres plus favorisées des dieux ont reçu les malheureux mortels : et c'est en les traversant obliquement, que le soleil franchit les signes du zodiaque.

VERS la Scythie et les monts Riphées, le globe s'élève; il s'abaisse et redescend du côté de la Libye. Notre pôle est toujours au dessus de l'horizon; l'autre est au dessous, et ne voit que le Styx et le séjour des Mânes. C'est là que le Dragon embrasse, comme un fleuve immense, les deux Ourses dont le char craint de se plonger au sein de l'Océan. Vers le pôle opposé, règne, diton, une nuit éternelle, qui de ces ténèbres épaisses redouble encore l'horreur. Peut-être aussi, quand l'Aurore nous quitte, va-t-elle leur rendre le jour; et lorsque les coursiers du Soleil nous soufflent la lumière, l'astre de Vénus y allume-t-il les premières clartés de la nuit.

Ainsi, dans un ciel douteux, nous apprenons à con

Possumus, hinc messisque diem tempusque serendi;
Et quando infidum remis impellere marmor
Conveniat; quando armatas deducere classes,
Aut tempestivam silvis evertere pinum.
Nec frustra signorum obitus speculamur et ortus,
Temporibusque parem diversis quatuor annum.
Frigidus agricolam si quando continet imber,
Multa , forent quæ mox cælo properanda sereno,
Maturare datur. Durum procudit arator
Vomeris obtusi dentem; cavat arbore lintres;
Aut pecori signum, aut numeros impressit acervis.
Exacuunt alii vallos furcasque bicornes,
Atque amerina parant lentæ retinacula viti.
Nunc facilis rubea texatur fiscina virga;
Nunc torrete igni fruges, nunc frangite saxo.
Quippe etiam festis quædam exercere diebus
Fas et jura sinunt. Rivos deducere nulla ,
Relligio vetuit, segeti prætendere sepem,
Insidias avibus moliri, incendere vepres,
Balantumque gregem fluvio mersare salubri.
Sæpe oleo tardi costas agitator aselli
Vilibus aut onerat pomis, lapidemque revertens
Incusum, aut atræ massam picis urbe reportat.
Ipsa dies alios alio dedit ordine luna
Felices operum. Quintam fuge; pallidus Orcus
Eumenidesque satæ. Tum partu terra nefando
Coeumque Iapetumque creat, sævumque Typhoea,

naître les saisons, à distinguer le temps des semailles et celui des moissons; quand il faut fendre avec la rame une mer perfide , équiper des flottes, et abattre à propos le pin dans les forêts. Ce n'est donc pas en vain que nous observons le lever et le coucher des astres, et la marche des diverses saisons qui, en quatre temps égaux, partagent l'année.

RETENU dans sa chaumière par le froid et la pluie, le laboureur peut préparer à loisir divers ouvrages qu'il faudrait hâter par un ciel sans nuages; il aiguise un soc émoussé, creuse une nacelle, marque ses troupeaux ou mesure ses grains. D'autres taillent des pieux aigus ou des fourches menaçantes, et préparent, pour leur vigne naissante, l'osier d’Amérie. Alors encore le jonc s'arrondit en corbeille; le feu cuit les grains, et la meule les broie. Même les fêtes, il est des travaux légitimes. Détourner le cours d'un ruisseau, entourer une moisson de haies, tendre des pièges aux oiseaux, incendier un buisson, plonger dans une onde salutaire un troupeau de brebis, on le peut sans scrupule. Souvent aussi le villageois, de son âne tardif hâtant la démarche, conduit à la ville son huile, ou quelques fruits grossiers, pour en rapporter une meule ou sa provision de pois.

La lune aussi indique, dans son cours, les jours favorables ou funestes aux travaux champêtres. Redoute le cinquième : il a vu naître les Furies et le pâle Orcus. Alors, dans son horrible fécondité, la terre enfanta Cée, Japet, le cruel Typhée, et ces frères audacieux, conjurés

[ocr errors]

ensd

Et conjuratos coelum rescindere fratres.
Ter sunt conati imponere Pelio Ossam
Scilicet, atque Ossæ frondosum involvere Olympum;
Ter Pater exstructos disjecit fulmine montes.
SEPtima post decimam felix, et ponere vitem,
Et prensos domitare boves, et licia tela
Addere. Nona fugæ melior, contraria furtis.
Multa adeo gelida melius se nocte dedere,
Aut quum sole novo terras irrorat Eous.
Nộcte leves melius stipulæ, nocte arida prata
Tondentur; noctes lentus non deficit humor.
Et quidam seros hiberni ad luminis ignes
Pervigilat, ferroque faces inspicat acuto.
Interea , longum cantu solata laborem,
Arguto conjux percurrit pectine telas,
Aut dulcis musti Vulcano decoquit humorem ,
Et foliis undam trepidi despumat aheni.
At rubicunda Ceres medio succiditur æstu,
Et medio tostas æstu terit area fruges.
Nudus ara, sere nudus; hiens ignava colono.
Frigoribus parto agricolæ plerumque fruuntur,
Mutuaque inter se læti convivia curant.
Invitat genialis hiems, curasque resolvit :
Ceu pressæ quum jam portum tetigere carinæ,
Puppibus et læti nautæ imposuere coronas.

Sed tamen et quernas glandes tum stringere tempus,

« ZurückWeiter »