Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

Quum positis novus exuviis nitidusque juventa
Volvitur, aut catulos tectis aut ova relinquens,
Arduus ad solem, et linguis micat ore trisulcis.

[ocr errors]

MORBORUM quoque te causas et signa docebo.
Turpis oves tentat scabies, ubi frigidus imber
Altius ad vivum persedit, et horrida cano
Bruma gelu; vel quum tonsis illotus adhæsit
Sador, et hirsuti secuerunt corpora vepres.
Dulcibus idcirco fluviis pecus omne magistri
Perfundunt, udisque aries in gurgite villis
Mersatur, missusque secundo defluit amni;
Aut tonsum tristi contingunt corpus amurca,
Et spumas miscent argenti, vivaque sulfura,
Idæasque pices, et pingues unguine ceras,
Scillamque, elleborosque graves , nigrumque bitumen.
Non tamen ulla magis præsens fortuna laborum est,
Quam si quis ferro potuit rescindere summum
Ulceris os. Alitur vitium, vivitque tegendo,
Dum medicas adhibere manus ad vulnera pastor
Abnegat, et meliora deos sedet omina poscens.
Quin etiam, ima dolor balantum lapsus ad ossa
Quum furit, atque artus depascitur arida febris,
Profuit incensos æstus avertere, et inter
Ima ferire pedis salienteni sanguine venam ;
Bisaltæ quo more solent, acerque Gelonus,
Quum fugit in Rhodopen , atque in deserta Getarum,
Et lac concretum cum sanguine potat equino.

de sa peau, nouvelle , et brillant de jeunesse, il s'avance, et que, laissant dans sa demeure ses petits ou ses oeufs, il se dresse au soleil, et fait dans sa gueule siffler un triple dard !

Je vais aussi l'apprendre les causes et les symptômes des maladies qui attaquent les troupeaux. Un mal honteux, la gale, infecte les brebis, lorsqu'une pluie froide ou une forte gelée a pénétré leurs chairs jusqu'au vif; ou lorsqu'après la tonte, on ne lave pas la sueur qui les mouille, ou que des ronces ont déchiré leur peau. Pour prévenir le mal, les bergers ont soin de les baigner dans une onde pure, et de plonger dans l'endroit le plus profond le bélier qui, avec sa toison chargée d'eau, s'abandonne au courant du fleuve. D'autres, après la tonte, leur frottent le corps avec un mélange de marc d'huile d'olive, de litharge, de soufre vif, de poix et de cire grasse , auquel on peut encore ajouter le jus de l'ognon, l’ellébore et le bitume noir. Mais le remède le plus puissant, c'est d'ouvrir l’ulcère par une incision. Le mal se nourrit et augmente en demeurant caché, si le berger écarte du médecin la main salutaire, et, tranquille, adresse au ciel des væux stériles. Quand le poison a pénétré jusqu'à la moelle des os, et y cause une douleur violente, quand la fièvre brûle et dessèche les veines , il faut, pour en calmer les accès, que, du pied de l'animal, le fer fasse jaillir le sang : c'est la méthode des Bisaltes, et de l'infatigable Gélon, quand , retirés sur le Rhodope, ou dans les déserts de la Scythie, du sang de leurs coursiers ils rougissent leur lait.

am

QUAM procul aut molli succedere sæpius umbræ
Videris, aut summas carpentem ignavius herbas,
Extremamque sequi, aut medio procumbere campo
Pascentem , et sera solam decedere nocti;
Continuo culpam ferro compesce, prius quam
Dira per incautum serpant contagia vulgus.
Non tam creber agens hiemem ruit æquore turbo,
Quam multæ pecudum pestes. Nec singula morbi
Corpora corripiunt; sed tota æstiva repente ,
Spemque gregemque simul, cunctamque ab origine

gentem.
Tum sciat, aerias Alpes et norica si quis
Castella in tumulis, et lapydis arva Timavi,
Nunc quoque post tanto videat, desertaque regna
Pastorum, et longe saltus lateque vacantes.
Hic quondam morbo cæli miseranda coorta est
Tempestas, totoque autumni incanduit æstu,
Et genus omne neci pecudum dedit, omne ferarum;
Corrupitque lacus; infecit pabula tabo.
Nec via mortis erat simplex; sed ubi ignea venis
Omnibus acta sitis miseros adduxerat artus,
Rursus abundabat fluidus liquor, omniaque in se
Ossa minutatim morbo collapsa trahebat.

[ocr errors]

SÆPE in honore deum medio stans hostia ad aram
Lanea dum nivea circumdatur infula vitta,
Inter cunctantes cecidit moribunda ministros,

Vois-tu une brebis chercher au loin et souvent l'ombrage, effleurer nonchalamment la pointe de l'herbe, marcher la dernière du troupeau , se coucher au milieu de la prairie, revenir la dernière et seule à la bergerie; hâte-toi, que le fer coupe le mal dans sa racine, avant que ton imprévoyance ait laissé la contagion gagner tout le bercail. Les orages qui bouleversent les mers sont moins nombreux que les maladies qui attaquent les troupeaux; et ces maladies ne saisissent pas seulement quelques animaux, mais, au milieu des plus beaux pâturages, elles enlèvent des troupeaux entiers, mères et petits, et tarissent la race tout entière dans sa source. Pour le savoir, il suffit de parcourir le sommet élevé des Alpes, les hauteurs fortifiées de la Norique, et les champs de l’Iapydie arrosés par le Timave; lieux maintenant encore et depuis si long-temps abandonnés; empire autrefois des bergers, aujourd'hui immenses et profondes solitudes.

La, un air corrompu, s'enflammant des feux excessifs de l'automne, fit périr les animaux domestiques et les bêtes sauvages, empoisonna tes lacs, infecta les pâturages. La mort n'arrivait pas par une seule route: d'abord , un feu brûlant courait de veine en veine, desséchait leurs membres bientôt gonflés d'une liqueur corrosive, qui lentement calcinait et dévorait leurs os.

SOUVENT, auprès de l'autel où elle allait être immolée en l'honneur des dieux, tandis que d'une bandelette sacrée on parait sa tête, la victime tomba mourante au milieu des sacrificateurs trop lents; ou, si leur main

Aut si quam ferro mactaverat ante sacerdos,
Inde neque impositis ardent altaria fibris,
Nec responsa potest consultus reddere vates;
Ac vix suppositi tinguntur sanguine cultri,
Summaque jejuna sanie infuscatur arena.
Hinc lætis vituli vulgo moriuntur in herbis,
Et dulces animas plena ad præsepia reddunt.
Hinc canibus blandis rabies venit, et quatit ægros
Tussis anhela sues, ac faucibus angit obesis.

[ocr errors]

LABITUR infelix, studiorum atque immemor herbæ,
Victor equus, fontesque avertitur, et pede terram
Crebra ferit; demissæ aures; incertus ibidem
Sudor, et ille quidem morituris frigidus; aret
Pellis, et ad tactum tractanti dura resistit.
Hæc ante exitium primis dant signa diebus.
Sin in processu coepit crudescere morbus,
Tum vero ardentes oculi, atque attractus ab alto
Spiritus, interdum gemitu gravis, imaque longo
Ilia singultu tendunt; it naribus ater
Sanguis , et obsessas fauces premit aspera lingua.
Profuit inserto latices infundere cornu
Lenæos ; ea visa salus morientibus una.
Mox erat hoc ipsum exitio, furiisque refecti
Ardebant, ipsique suos, jam morte sub ægra,
Di meliora piis, erroremque hostibus illum!
Discissos nudis laniabant dentibus artus.

« ZurückWeiter »