La France protestante: ou, Vies des protestants français qui se sont fait un nom dans l'histoire depuis les premiers temps de la réformation jusqu'à la reconnaissance du principe de la liberté des cultes par l'Assemblée nationale; ouvrage précéde d'une notice historique sur le protestantisme en France, suivi de pièces justificatives, et rédigé sur des documents en grand partie inédits, Band 1

Cover
Bureaux de la Publication, 1846 - 5108 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Inhalt

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite lxxxiii - Touchés de tant de merveilles, épanchons nos cœurs sur la piété de Louis; poussons jusqu'au ciel nos acclamations et disons à ce nouveau Constantin, à ce nouveau Théodose, à ce nouveau Marcien, à ce nouveau Charlemagne, ce que les six cent trente pères dirent autrefois dans le concile de...
Seite xcvi - Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi.
Seite xcvi - Tous les citoyens, étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes les dignités, places et emplois publics, selon leur capacité et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.
Seite 190 - La connaissance des pavillons ou bannières que la plupart des nations arborent en mer ». Aubin a aussi donné une traduction en français de la < Vie de Michel Ruyter...
Seite 141 - Défendant très-expressément à toutes personnes de quelque état , qualité ou condition qu'elles soient, sur les peines que dessus , de ne troubler, molester ni inquiéter les ecclésiastiques en la célébration du divin service, jouissance et perception des...
Seite 55 - Je ne voudrais pas pour chose du monde que vous y fussiez pour y demeurer. Voilà pourquoi je désire vous marier, et que vous et votre femme vous retiriez de corruption; car encore que je la croyais bien grande, je la vois davantage.
Seite 230 - ... d'offices, tant d'une religion que d'autre, sans prendre d'eux autre serment, que de bien et fidèlement servir le roy en l'exercice de leurs charges, et garder les ordonnances, comme il a été observé de tous tems.
Seite lxxiii - Dieu , d'appeler leur religion réformée , sans ajouter le mot prétendue ; de faire corps et d'aller en cette qualité , saluer et haranguer les personnes de distinction ; d'avoir dans les temples des bancs élevés pour les magistrats de leur religion , de les orner de tapis aux armes du roi ou de la ville, et de leur faire cortège en entrant dans le temple , ou en sortant.
Seite 188 - Le roi commence à penser sérieusement à son salut et à celui « de ses sujets. Si Dieu nous le conserve, il n'y aura plus qu'une
Seite 184 - Condé, que je mis sur pied à mes dépens; mais rien ne pouvait arrêter ni contenter les passions déréglées de cet esprit volage, libertin et audacieux ; il retourna à la cour, où il perdit au jeu vingt fois plus qu'il n'avait vaillant; de sorte que, se trouvant sans ressources, il...

Bibliografische Informationen