Abbildungen der Seite
PDF

pour le voyage de l'éternité où nous tendons; faitesnous marcher dans la carrière de la vie présente, de manière que nous remportions le prix de la félicité céleste, à laquelle vous. nous avez appelés en JésusChrist: Par le même. , . . ,,,,

[merged small][ocr errors]
[ocr errors]

Ant./^sweigneur Dieu , ^créateur de ternîtes choses, qui "avez choisi nos 'pères , et qui les I avez sanctifiés, ^conservez et sanctifiez ceux qui sont votre portion et votre héritage.

Ant. Ne retirez pas votre miséricorde de dessus nous, à cause d'Abraham votre bien-aimé, d'Isaac votre serviteur, et d'Israël votre saint.

Ant. Les saints patriarches sont morts dans la foi, n'ayant point recules biens que Dieu leur avait promis; mais ils les voyaient et les saluaient comme de loin; et

[ocr errors][merged small]

grini et hospites stint super terram.

Ant. Deus non conhinditur vocari Deus eorum; paravit enim Ulis civitatem.

Ant. Moyses, secus rubum, dixit Dominum, Deum Abrabam, et' Deum Isaac, et Deum Jacob : Deus autem non est mortuorum, sed vivorum.

ils confessaient qu'ils étaient étrangers et voyageurs sur la terre.

Ant. Dieu ne rougit point d'être appelé leur Dieu; car il leur a préparé une cité permanente.

Ant. Moïse, auprès du buisson, appelle le Seigneur, le Dieu d'Abrabam, le Dieu d'Israël, et le Dieu de Jacob: or Dieu n'est point le Dieu des morts, mais le Dieu des vivants.

CiPITULE. 1 Macll., 2.

SouVE.NEz-vousdes œuvres qu'ont faites vos ancêtres, chacun dans leur temps;et vous recevrez une grande gloire et un nom éternel.

[merged small][merged small][graphic][ocr errors]
[graphic][ocr errors][ocr errors]

vous avez méprisé la figure d'un monde qui passe : vous êtes entrés dans l'esprit des promesses, sans vous borner à l'écorce de la lettre qui les couvre.

Le cœur occupé de Dieu seul, vous n'envisagez que les demeures éternelles : faites , ô Jésus! qu'imitant ces grands modèles, nous ne désirions, comme eux, que la céleste patrieGloire au Père, gloire au Fils, gloire éternelle à vous, Esprit saint, qui êtes Dieu, égal au Père et au Fils, et qui les unissez l'un et l'autre. Ainsi soit-il.

^. Souvenez-vous de la loi que le Seigneur vous a prescrite; Ri. De l'alliance qu'il a faite avec Abraham.

Mundi liguram sperni

tia: Non littera, sed spiritu Promissa pensatis bona.

Intenta mens uni Deo Respectat aeternas do

mos: Fac, Christe, nos veram

quoque Desiderare patrlam.

Sit laus Patri, laus FiliO; Utrumque qui nectis,

Deus Utrique compar, sit tibi Laus sempiterna, Spiritus. Amen. ît, Recordamini sermonis quem pracepit Dominus; n!. Quem pepigit cum Abraham.

A MagnlQcat.

Ant- Les derniers seront Ant. Erunt novissimi

les premiers, et les premiers primi, et primi novis

seront les derniers : car il y simi : multi enim sunt

en a beaucoup d'appelés, vocati,pauciveroelecti. mais peu d'élus.

[ocr errors]

LE DIMANCHE DE LA SEXAGESIME.

A LA MESSE.

IKTROIT.

fxuRGE; quare obI dormis, Domine? texurge, et ne reral pellas in finem. ,• Quare faciem tu1 am avertis, oblivisceris tribulationem nostram? Adhaesit in terra venter noster: exurge, Domine; adjuva nos , et libera nos. Ps. Deus, auribus nostris audivimus : * patres nostri annuntiavernnt nobis opus quod operatus es in diebus eorum. Gloria.

,rvez-vous, ô mon Dieu, pourquoi dorjmez-vous? RéveiUez^vous, et ne nous reaXjetez pas pour tou_ fQjours. Pourquoi nous cachez-vous votre visage? Pourquoi oubliez-vous l'oppression que noussouffrons? Notre âme est collée contre terre; levez-vous, Seigneur, venez à notre secours , et délivrez - nous. Ps. Nous avons, ô Dieu', entendu de nos oreilles, et nos pères nous ont appris les merveilles que vous avez opérées de leur temps. Gloire.

ftM

Odixu! qui voyez que nous ne mettons notre confiance dans aucune de nos œuvres, accordez-nous le secours de votre grâce, qui nous fortifie contre toutes les adversités dont nous sommes environnés = Par notre Seigneur Jésus-Christ.

[graphic]

LECTURE DE LA H EPITIIE DE SAUT PAIL AUX CORIV

Tunevs, chap. H et 12.

[table]

MP

Es frères, étant sages comme vous êtes, vous supportez sans peine les imprudents; puisque vous souffrez même qu'on vous asservisse, qu'on vous dé vore, qu'on prenne votre bien, qu'on s'élève contre. vous, qu'on vous frappe au visage. C'est à ma confusion que je le dis ; puisque nous passons pour avoir été trop faibles en ce point. Au reste, aucun d'eux,' je parle comme un imprudent ) ne peut se glorifier de rien, dont je ne puisse aussi me glorifier. Sont-ils Hébreux? je le suis aussi. Sont-ils Israélites? je le suis aussi. Sont-ils de la race d'Abrabam? j'en suis aussi. . Sont-ils ministres de Jésus-Christ? Quand je devrais ► ;, ,! passer pour imprudent, j'ose dire que je le suis encore plus qu'eux. J'ai essuyé plus de travaux, reçu plus de .; coups, enduré plus de prisons. Je me suis vu souvent î'-". •s' -: près de la mort ; J'ai reçu des Juifs, en cinq différentes fois, trente-neuf coups de fouet : j'ai été hattu de verges ..] par trois fois ; j'ai été lapidé une fois; j'ai fait nau\ >: . ' frage trois fuis ; j'ai passé un jour et une nuit au fond de la mer; j'ai fait un grand nombre de voyages, et j'ai couru divers périls : périls sur les rivières, pé. rilsdu coté des voleurs, périls de la part de ceux de ma nation, périls de la part des païens, périls dans les ., villes, périls dans les déserts, périls sur la mer, périls ,'." parmi les faux frères. J'ai souffert toutes sortes de travaux et de fatigues, les veilles fréquentes, la faim, ,/* ,i ',: la soif, beaucoup de jefines, le froid et la nudité. Outre ces maux extérieurs, le soin que j'ai de toutes les ', .' églises attire sur moi une foule d'affaires, qui m'assiègent tous les jours. Qui est faible, sans que je m'aff (y. :'-' faiblisse avec lui ? Qui est scandalisé, sans que je brûle?

i-':

'- J-l

[graphic]
« ZurückWeiter »