Abbildungen der Seite
PDF

COLLECTE.

Dieo tout puissant et éternel, qui, pour donner à l'homme un modèle d'humilité qu'il pût imiter, avez voulu que Notre-Seigneur se revêtit de notre chair, et souffrit le supplice de la croix, faites qu'utilement instruits par sa patience, nous méritions d'avoir part à sa résurrection : Par le même N. S. J.-C.

LBCTUHE DE L'ÉPITBE DE SAINT PAUL AUX PBILIPPIENS.

chap. 2.

Mes frères, soyez dans la même disposition et dans les mêmes sentiments où a été Jésus-Christ, lui qui, ayant la nature de Dieu, pouvait bien sans usurpation s'égaler à lui. Cependant il s'est anéanti luimême , en prenant la nature d'esclave, en se rendant semblable aux hommes, et étant reconnu pour homme par tout ce qui a paru de lui au dehors. Il s'est abaissé lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, et jusqu'à la mort de la croix. C'est pourquoi Dieu l'a élevé, et lui a donné un nom qui est au-dessus de tout nom; afin qu'au nom de Jésus

( ici on fait une génuflexion. | tout genou fléchisse dans le ciel, sur la terre et dans les enfers, et que toute langue confesse que le Seigneur Jésus-christ est dans la gloire de son Père.

Deus meus es tu : ne Vous êtes mon Dieu; ne

discesseris a me, quo- vous éloignez pas de moi,

niuntribulalioproxiina parce que l'affliction me

est, quoniam non estqui presse, et qu'il n'y a personne pour me secourir, \. Mes adjuvet. \. circumdeennemis, comme autant de derunt me vituli multi, jeunes taureaux, m'envi- tauri pingues obscde ronnentj des taureaux furieux m'assiègent de toutes parts : ce sont des lions affamés et rugissants, qui ouvrent leur gueule pour me dévorer.

runt me : aperuernnt super me os suum, sicut leo rapiens et rugiens.

o

TRilT.

lion Dieu, mon Dieu, jetez les yeux sur moi: pourquoi m'avez-vous ahandonné? Ce sont mes péchés qui éloignent de moi votre secours. Mon Dieu, je crie vers vous durant le jour, et vous ne me répondez point : je crie durant la nuit, et vous gardez le silence. Vous demeurez inexorable dans le sanctuaire où vous habitez, vous qui êtes la gloire d'Israii 1. Nos pères ont mis leur confiance en vous, ils ont mis leur confiance en vous, et vous les avez délivrés Pour moi, je suis un ver de terre, et non pas un homme ; je suis l'opprobre des hommes, et le méprisdu peuple. Tous ceux qui me voient se moquent de moi; je suis l'objet de

Deus, Deus meus, respice in me : quare me dereliquisti? Longe a salute mea verha delictorum meorum. Deus meus, clamabo per diem, nec exaudies; in nocte, et non ad insipientiammibi.Tuautem in sancto habitas, laus Israel. In te speraverunt patres nostri; speraverunt, et liberasli eos. Ego autein sum vermis et non homo : opprobriuiii hominum, et abjectio plebis. Omnes qui videhant me, aspernahanturme: loculi sunt labiis, et moverunt caput. Speravit in Domino, eripiat eum : salvun faciat eum, qnoniam Circumdede- leurs raineries,

[graphic][graphic]
[graphic]

et, ils secouent la tête, en disant : 11 a mis sa confiance dans le Seigneur : que le Seigneur le délivre, qu'il le sauve, puisqu'il lui est si cher. Je suis environné par une troupe de chiens; je suis assiégé runt et conspexerunt par une multitude de furieux me : diviseront sibi ves- qui veulent me perdre. Ils tiraenta mea, et super ont percé mes mains et mes pieds : on pourrait compter tous mes os. Us m'observent et me considèrent avec attention ; ils ont partagé entre eus mes vêtements, et ils ont jeté au sort la robe qui me couvrait. Délivrezmoi de la gueule du lion: soutenez ma faiblesse contre les attaques des licornes. Louez le Seigneur, vous qui le craignez, enfants de Jacob, gloriiiez-le tous. Les entants qui naîtront de moi appartiendront au Seigneur: il viendra des hommes qui annonceront sa justice à un peuple nouveau que le Seigneur s'est formé. > •,>■

1-1 FISSION DE NOTEE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST SELON Saint Matthieu , chap. 26 et 27.

* ce temps-là, Jésus dit 1 ses disciples : Vous savez Iu'od fera la Pâque dam deux jours, et le Fils de

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[graphic][ocr errors][ocr errors]

l'homme sera livré pour être crucifié. Dans le même
temps, les princes des prêtres et les sénateurs du peu-
ple s'assemblèrent dans la salle du grand-prêtre, nom-
mé Calphe, et ils délihérèrent de se saisir adroitement
de Jésus, et de le faire mourir. Mais ils disaient : 11 ne
faut pas que ce soit pendant la fête, de peur de quel-
que émotion parmi le peuple. Or, comme Jésus était
à Hélhanie chez Simon le lépreux, une femme vint à
lui avec un vase d'albâtre, plein d'une huile de parfum
de grand prix, qu'elle lui répandit sur la tète lorsqu'il
était à table. Ce que voyant ses disciples, ils en furent
choqués, et dirent : A quoi bon cette profusion P Car
on aurait pu vendre ce parfum bien cher, et en don-
ner le prix aux pauvres. Mais Jé^us, connaissant
leurs pensées, leur dit : Pourquoi faites-vous de la
peine à cette femme? Ce qu'elle vient de faire à mon
égard est une bonne œuvre. Car vous aurez toujours
des pauvres parmi vous; mais pour moi, vous ne
m'aurez pas toujours ; et cette femme, en répandant
ce parfum sur mon corps, l'a fait en vue de ma sé-
pulture. Je vous le dis en vérité: Par tout le monde
où cet Évangile sera prêché, ou racontera à la louange
de cette femme ce qu'elle vient de faire. Alors l'un des
douze, nommé JudasIscariote, alla trouver les princes
des prêtres, et leur dit : Que voulez-vous me donner,
et je vous le livrerai ? Et ils conviurent avec lui de
trente pièces d'argent, et dès lors il chercha l'occasion
de le livrer. Or, le premier jour des azymes, les dis-
ciples s'adressèrent à Jésus, et lui dirent : Où voulez-
vous que nous vous préparions ce qu'il faut pour
manger la Pâque? Jésus leur répondit : Allez à la ville
chez un tel, et dites-lui: Le maître envoie vous dire:
Mon temps est proche; je fais la Pàque chez vous avec
mes disciples. Les disciples tirent ce que Jésus leur
avait ordonné, et préparèrent la Pàque. Le soir, il se

[graphic]

mit à table avec ses douze disciples; et, comme ils mangeaient. il leur dit : Je vous le dis en vérité, l'un de vous me trabira. Ils en furent fort affligés ; et chacun d'eux commença à lui dire : Est-ce moi, Seigneur? Et il leur répondit : Celui qui met la main au plat avec moi me trabira. Pour le Fils de l'homme, il s'en va: selon ce qui est écrit de lui, mais malheur à celui par qui le Fils de l'homme sera trabi! il eût mieux valu pour cet homme qu'il ne fût jamais né. Judas, celui qui le trabit, prenant la parole, lui dit : Mon maitre, est-ce moi? Il lui répondit : Vous l'avez dit. Pendant qu'ils soupaient, Jésus prit du pain, le hénit, le rompit, et le donna à ses disciples, disant : Prenez et mangez: ceci est mon corps. Ensuite, prenant le calice, il rendit grâces, et le leur donna, disant : Huvezin tous, car ceci est mon sang, le sang de la nouvel e alliance, qui sera répandu pour plusieurs, afin que leurs péchés soient remis. Or, je vous déclare que je ne boirai plus désormais de ce fruit de la vigue. jusqu'à ce jour auquel je le boirai nouveau avec vous dans le royaume de mon Père. Et, après avoir dit le cantique, ils s'en allèrent à la montagne des Oliviers. Alors Jésus dit : Vous serez tous scandalisés cette nuit à mon sujet; car il est écrit : Je frapperai le pasteur, et les brebis du troupeau seront dispersées. Mais, après que je serai ressuscité, je me rendrai en Galilée avant vous. Pierre, prenant la parole, lui dit: Quand tous les autres seraient scandalisés à votre sujet, pour moi, je ne le serai jamais. Jésus lui repartit: Je vous le dis en vérité : cette nuit même. avant que le coq chante, vous me renoncerez trois fois. Pierre lui dit : Quand il me faudrait mourir avec vous, je ne vous renoncerai point. Tous les disciples parlèrent de même. Après cela, Jésus s'en alla avec eux en un lieu appelé Gethsémani, et il dit à ses disciples -.Tenez-vous

[ocr errors][graphic][graphic][ocr errors]
[graphic]
[ocr errors][ocr errors]
« ZurückWeiter »