Abbildungen der Seite
PDF

l'eau baptismale venait de couler, que l'église de Langres jeta ses premiers cénobites.

La fondation de Réome fut suivie bientôt de celle de la maison de Molôme, ainsi nommée de Melundœ, vieux castrum ruiné, près de Tonnerre. Des ermites, à cette époque, s'étant établis sur le mont Volut, non loin de la même ville, leurs grottes devinrent le berceau de l'abbaye de Saint-Michel (1). A mesure que le calme se fait, les moines se rapprochent des cités. Vers l'an 509, le monastère de Saint-Bénigne semble sortir par enchantement du songe mystérieux de saint Grégoire , et aussitôt une colonie de Réome vient veiller et prier nuit et jour près du corps de l'apôtre de la Bourgogne (2). Quelques années plus tard, Seine, fils unique du comte de Mémont, disciple de Saint-Jean-de-Réome, va aux sources de la Seine, où les bains, les villas et les temples des Romains s'écroulaient, construire quelques huttes avec des branches et du feuillage; d'où l'abbaye de Saint-Seine tira son origine (3).

Nos vieux solitaires se sont souvent fixés dans le voisinage des grandes ruines, soit parce qu'elles jettent l'ame dans une mélancolie religieuse, soit parce qu'elles leur offraient des matériaux et un emplacement tout prêts pour les mondes nouveaux qu'ils étaient appelés à fonder. Ainsi, on avait vu dès le principe les anachorètes chrétiens accourir de toutes parts au

(1) Lemaistre, Notice sur l'Abbaye de St-Michel près Tonnerre, le Tonnerrois, Molosme, etc.; 3 broch. in-8°.

(2) C'est l'opinion la plus accréditée et la plus probable que les premiers moines de St-Bénigne furent tirés de St-Jean-de-Réome. Voy. Spicileg. d'Aché- ry, Chronic. S. Benig., p. 1; — Mangin, Hist. ecclés. et civ. du diocèse de Langres, t. 1, p. 226.

(3) L'emplacement de ce monastère et ses alentours étaient affreux : sylva densissima, nulli adhuc hominum pervia...; les habitants étaient sauvages et barbares; mais S. Seine les eut bientôt rendus doux comme des colombes: quos antea feroces ad columbarum mansuetudinemadduxit.— In Vit. S. Sequan.. 17 sept., Brev. Div.

milieu des débris de l'empire des Pharaons, et dresser leurs cabanes aux pieds des obélisques et des pyramides.

L'impulsion première étant donnée, l'institut monastique s'étend de proche en proche; le duc Amalgar bâtit aux sources de la Bèze (ad fontem Besuam) deux monastères, l'un pour son fils Wandalène ou Valdalène, élevé par saint Colomban au couvent de Luxeuil, et l'autre pour sa fille Adalsinde (1). Plusieurs maisons religieuses édifiaient déjà la ville de Langres elle-même : c'étaient Saint-Geômes, Saint-Amâtre et SaintFergeux.

Ces moines n'avaient rien d'uniforme dans leurs observances. L'évêque Albéric, au milieu du IXe siècle, les rangea tous sous la règle de saint Benoît ou sous celle de saint Augustin (2); mais les guerres des rois de Neustrie et d'Austrasie, les hostilités des barons durant l'anarchie où fut plongé le royaume sous les faibles successeurs de Charlemagne, les incursions des Sarrazins et des Normands, avaient porté les coups les plus terribles aux institutions dont nous venons de parler. Les couvents étaient devenus la proie des favoris des rois, ou des prisons d'état pour ceux qui encouraient leur disgrâce; on substituait des soldats aux religieux dans les cloîtres et des religieux aux soldats dans les armées. Cluny, après avoir été pendant un siècle la pépinière des grands hommes qui gouvernèrent l'Eglise , ne ressemblait plus, dans les premières années du XII* siècle, à la maison pauvre et simple où Hildebrand était venu se retremper dans les plus dures austérités (3). C'en était fait: le ciel de la terre allait s'évanouir et l'esprit de communauté se perdre, lorsque la Providence appela du désert une nouvelle race monastique.

(1) D'Achéry, Spicileg., Chonic. Besuens., p. 1.

(2) Math., Hist. des évéques de Langres. p. 34.

(3) Voigt, Hist. de Grég. VII.

Le mouvement premier et créateur était parti des monts de l'Auxois et du Tonnerrois; c'est de là que partira le mouvement régénérateur. Robert, accompagné des ermites de la solitude de Colan, vient s'établir au sein de la forêt de Molesme. La pauvreté de ce nouvel institut fut pendant quelques années sa force et sa gloire; mais, à mesure que les biens temporels y entrèrent, les biens spirituels en sortirent : cum cœpissent abundare temporalibus, cœperunt spiritualibus evacuari (1). Les richesses firent disparaître la nécessité du travail ; les moines refusèrent l'obéissance à leur abbé, qui se retira quelque temps et ne rentra que sur un ordre du Souverain-Pontife. Mais il y a pour les sociétés malades, comme pour les individus, des moments de crise où la vie, avant de s'éteindre, livre un dernier et suprême combat à la mort; il en fut ainsi pour Molesme (2).

Quelques religieux que Dieu s'était réservés, et à la tête desquels se trouvait Etienne Harding, anglais d'origine, formé à la vie crucifiée des cloîtres dans le monastère de Sherbourne, se concertèrent avec l'abbé et constatèrent que les usages nouveaux ne s'accordaient pas avec la règle de saint Benoît qu'ils avaient juré d'observer; c'est pourquoi ils songèrent sérieusement à remédier à un pareil désordre (3).

Il fallait ou tomber dans la vieille ornière de Cluny, qui menait à l'abîme, ou retourner à la lettre de la règle bénédictine, c'est-à-dire rétrograder du XIIe au VIe siècle, quitter Molesme, se retirer dans une autre forêt, et s'exposer dans le dénûment le plus complet à tous les embarras qui assiégent une communauté naissante. Mais le cri de la conscience et la perspective des écueils contre lesquels tant de monastères étaient venus se

(1) Annales cistercienses, auct. Angel. Manrique, t. 1, pp. 1-10.

(2) Exord. parvum, c. 10.

(3) Exord. mag., 1. 1, c. 10; — Surius, apr. î9.

briserfinirent par l'emporter; Robert, avec la permission du légat Hugues, archevêque de Lyon, abandonna ses enfants rebelles, et, suivi de ceux qui lui étaient restés fidèles, pénétra plus avant dans la Bourgogne (1).

Nos socialistes modernes ne peuvent rien faire sans argent, et surtout sans l'argent des autres. Proudhon réclame l'or des riches, dans l'intérêt de son système; avant lui, Fourier avait fait un appel à tous les banquiers de l'Europe, leur indiquant sa rue, son numéro, son heure; et, pendant dix ans, il ne manqua pas une seule fois au rendez-vous de midi, attendant en vain un homme et des capitaux (2).

Que fallait-il dans ces siècles de foi pour fonder la plus vaste association ? Des pauvres de bonne volonté, s'aimant en JésusChrist; une vieille forêt, un désert sauvage, un marais inhabitable : tel était Cîteaux, lieu d'horreur et de profonde solitude (locus horroris et vastœ solitudinis), d'un aspect effrayant (horrendi aspectus); tellement hérissé de bois et de broussailles épineuses, qu'il était inaccessible aux hommes et servait de repaire aux bêtes féroces (a solis feris inhabitabatur). Les eaux d'un ruisseau qui avait perdu son cours naturel dormaient dans les bas-fonds couverts de joncs et de glaïeuls (3). Ce fut sur cette terre ingrate, et jusqu'alors maudite, que Robert et ses compagnons dressèrent leurs tentes ; puis, après en avoir obtenu la permission de Raynard, vicomte de Beaune, et avec l'assentiment d'Eudes, duc de Bourgogne, ils se mirent à arracher les roseaux, à abattre les arbres, de manière à laisser un espace découvert; ensuite ils coupèrent ce sol putride de nombreuses tranchées et ramassèrent les eaux. Enfin, réunissant les troncs des arbres et les branches, ils se bâtirent quel

[ocr errors]

ques huttes autour d'un oratoire, qui fut consacré à la sainte Vierge par une inauguration solennelle, le 21 mars 1098, jour de la fête des Rameaux (1).

Nos religieux avaient quitté Molesme pour réaliser dans toute sa perfection le type monastique tel que l'avait conçu saint Benoît ; aussi s'élevèrent-ils de suite à une si prodigieuse hauteur, qu'on les eût pris plutôt pour des anges que pour des hommes, tant leurs mortifications semblaient au-dessus des forces de la nature ! Saint Robert ayant été obligé par une bulle du Souverain-Pontife de retourner à Molesme, saint Albéric lui succéda, et à celui-ci saint Etienne; ce fut sous ce dernier que la congrégation de Cîteaux prit sa forme définitive, qu'elle commença à attirer l'attention publique et à exciter les murmures des autres monastères. On accusa le saint abbé de pousser jusqu'à l'excès les macérations et l'ascétisme , et d'introduire dans le monde monastique les usages les plus insolites (2). Qu'est-ce qu'un ordre religieux, disait-on, qui ne consiste qu'à bêcher la terre, essarter les forêts et porter du fumier? Quœnam religio est fodere terratn, sylvam exscindere, stercora comportare? Mais tout n'était pas fini : restait encore à venir la plus terrible des épreuves.

Une épidémie qui sévissait dans la contrée se déclara parmi les frères, et Etienne vit un grand nombre de ses enfants spirituels mourir un à un, sous ses yeux, au point qu'il n'eut bientôt plus autour de lui que quelques religieux infirmes. Cette effrayante mortalité avait tellement frappé la communauté

(1) Exord parv., c. 5; — Exord. magn., 1. 1, c. 13; — Angel. Manrique, Annal, cist., t. 1, c. 3, p. H, cum his versibus:

Anno milleno centeno bis minus uno, Sub patre Roberto cœpit Cistercius ordo. (2) Esprit primitif de Clteaux (Jul. Paris), in-4°, p. 173, tiré de la lettre 1 de S. Bernard; — Jul. Paris, Nomast. cist.; Exord. parv., initio libri.

« ZurückWeiter »