Histoire des journaux et des journalistes de la révolution française (1789-1796)

Cover
Bureau de la Société de l'industrie fraternelle, 1845 - 574 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 15 - Bel , que les descendants du nouveau duc contribueront par leur valeur à maintenir la dignité de la couronne.
Seite 47 - toutes choses s'accommoder au temps, lorsqu'il était le plus faible , • faire des traités selon la volonté de ses ennemis, leur céder ses » droits et ses prétentions, afin de les désunir; mais quand une fois » il avait rompu leur ligue et leur union , il reprenait ce qu'il avait » cédé , et ne tenait rien de ce qu'il avait promis. » C'est dans cette intention que furent conclus letraité de Saint-Maur avec les princes, et celui de Conflans avec le comte de Charolais.
Seite 525 - Assemblée constituante, Marat n'était ni moins terrible aux aristocrates, ni moins odieux aux modérés. Eh bien! Marat y trouva des défenseurs; il disait aussi que la majorité était mauvaise, et elle l'était. Ce n'est pas que je croie qu'il en soit de même de cette assemblée. Mais que devez-vous répondre au peuple quand il vous dit des vérités sévères? Vous devez lui répondre en sauvant la République.
Seite 114 - ... devrait-on excuser la licence en tels divertissements, qui n'apportent nul dommage et incommodité à mes peuples, par forme de compensation de tant d'amertumes que j'ai goûtées, et de tant d'ennuis, déplaisirs, fatigues, périls et dangers, par lesquels j'ai passé depuis mon enfance jusqu'à cinquante ans...
Seite 12 - L'article XI. eft bien important : il défend , fous quelque 'prétexte que ce puiiïe être , & fous la peine du quadruple & d'infamie , de troubler les laboureurs dans leurs travaux , de s'emparer de leurs biens , de leurs perfônnes , des inftruinens , des bœufs , &c.
Seite 525 - N'allons pas nous faire la guerre, animer les sections, les mettre en délibération sur des calomnies, tandis que nous devons concentrer leur énergie pour la diriger contre les Autrichiens.., Que l'on ne vienne donc plus nous apporter des dénonciations exagérées, comme si l'on craignait la mort.
Seite 137 - Les charges pesaient sur une seule classe. La noblesse et le clergé possédaient à peu près les deux tiers des terres; l'autre tiers, possédé par le peuple, payait des impôts au roi, une foule de droits féodaux à la noblesse, la dîme au clergé, et supportait de plus les dévastations des chasseurs nobles et du gibier.
Seite 101 - ... par serment à persévérer jusqu'à la mort dans la sainte union formée au nom de la sainte Trinité, pour la défense de la religion catholique, du roi Henri III, et des prérogatives dont le royaume jouissait sous Clovis : première insinuation qui...
Seite 22 - Le prince offre de rendre les villes et les châteaux qu'il a conquis , la liberté aux prisonniers , et de ne point porter les armes contre la France pendant sept ans : mais Jean exigeoit que le prince de Galles et cent de ses principaux officiers se rendissent prisonniers.
Seite 314 - La religion du législateur , c'est le culte de l'humanité ; ses bonnes œuvres , ce sont de bonnes lois ; son paradis, c'est sa patrie , s'il la rend heureuse ; il est sûr de faire, son salut , s'il sauve l'État.

Bibliografische Informationen