Entr'actes, Band 3

Cover
Calmann-Lévy, 1879
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 94 - Et le vin venant à manquer, la mère de Jésus lui dit : Ils n'ont point de vin. 4. Jésus lui répondit : Femme, qu'y at-il de commun entre vous et moi?
Seite 240 - ... qui ne l'envie peut-être. Car qui ne t'a pas aimée, Manon, n'est pas allé jusqu'au fond de l'amour; et c'est abominable à constater, mais qui n'aime pas comme des Grieux, c'est-àdire, le cas échéant, jusqu'au crime et jusqu'au déshonneur, ne peut pas dire qu'il aime. Mais, tu sais que cet homme vaut mieux que toi, n'est-ce pas, Manon, mille fois mieux! Ce n'est que lorsque tu as tout perdu que tu commences à le connaître; et tu es bien femme en cela. Mais lui, comme il te connaît,...
Seite 272 - Aussi est-ce le plus modestement du monde, croyezle, que je viens aujourd'hui recevoir une récompense qui ne m'a été si spontanément accordée que parce qu'elle était réservée à un autre. Je ne puis cependant, je ne dois l'accepter que comme un dépôt; souffrez donc que j'en fasse tout de suite et publiquement la restitution à celui qui ne peut malheureusement plus la recevoir lui-même. En permettant que cette chère mémoire tienne aujourd'hui une telle gloire de mes mains, vous m'accordez...
Seite 110 - Nod, et je conclus en disant à mon fils: ,Et maintenant, si, malgré tes précautions, tes renseignements, ta connaissance des hommes et des choses, ta vertu, ta patience et ta bonté, si tu as été trompé par des apparences et des duplicités; si tu as associé ta vie à une créature indigne de toi; si, après avoir vainement essayé d'en faire l'épouse qu'elle doit être, tu n'as pu la sauver par la maternité, cette rédemption terrestre de son sexe; si, ne voulant plus t'écouter ni comme...
Seite 40 - En voilà pour un an. Après quoi, si tu as été bien sage, tu seras admis de nouveau à devenir père? Non, à la rendre mère. Tu baisses la tête; te voilà vaincu, à ton tour, par le féminin, l'éternel féminin. Il s'est servi de toi pour l'œuvre qu'il a à faire. Il t'attire, il te séduit, il t'utilise, il t'éloigne; il te reprend ou il t'élimine, selon ses exigences de destinée et de fonction. Et sache bien, en passant, que c'est toujours la même chose, quel que soit le plan sur lequel...
Seite 93 - L'imagination des plus grands poètes n'a rien rêvé de pareil. Un ciel d'Orient, un ange qui passe, un lis qui se penche, une vierge qui prie ; et le sauveur du monde, le fils de Dieu, est né. Voilà le triomphe de la femme dans son expression la plus haute et la plus idéale. Eh bien, monsieur, celui qui vient de naître d'une vierge, celui qui dira à la Samaritaine : « C'est moimême le messie qui vous a été annoncé ; » qui dira dans la synagogue de...
Seite 85 - Admirable évocation du germe créateur déposé par Dieu, transmis par l'homme, recueilli par la femme, restitué par elle au monde extérieur sous sa forme planétaire jusqu'à ce que Dieu la reprenne dans ses harmonies éternelles, après cette dernière métamorphose que nous appelons la mort, germe nouveau pour un état nouveau ! Et pendant cette évolution, ce germe, invisible à l'œil nu, a créé non-seulement l'enfant mâle ou femelle, mais la mère, le père, l'homme, la vie, la pensée,...
Seite 110 - ... une créature indigne de toi; si, après avoir vainement essayé d'en faire l'épouse qu'elle doit être, tu n'as pu la sauver par la maternité, cette rédemption terrestre de son sexe; si, ne voulant plus t'écouter, ni comme époux, ni comme père, ni comme ami, ni comme maître, non seulement elle abandonne tes enfants, mais va, avec le premier venu, en appeler d'autres à la vie, lesquels continueront sa race maudite en ce monde; si rien ne peut l'empêcher de prostituer ton nom avec son...
Seite 111 - ... droit de lier s'est interdit celui de délier et se déclare impuissante, déclare-toi personnellement , au nom de ton Maître, le juge et l'exécuteur de cette créature. Ce n'est pas la femme, ce n'est même pas une femme; elle n'est pas dans la conception divine, elle est purement animale; c'est la guenon du pays de Nod, c'est la femelle de Caïn ; — tue-la.
Seite 13 - Ils ignorent et nous ignorons presque tous que le seul moyen de rendre la femme inotfensive serait de la rendre libre. Voulez-vous être maître d'elle socialement, faites cesser son esclavage. Son esclavage, c'est sa garantie, sa puissance, son génie. Femmes libres, femmes mortes! Mais ce n'est pas de cela qu'il s'agit pour le moment. Revenons vite à notre proposition. Faut-il pardonner à la femme adultère? Faut-il la tuer?

Bibliografische Informationen