Théâtre de M.-J. de Chénier, Band 2

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 382 - And not for justice ? What, shall one of us, That struck the foremost man of all this world But for supporting robbers, shall we now Contaminate our fingers with base bribes, And sell the mighty space of our large honours For so much trash as may be grasped thus ? I had rather be a dog, and bay the moon, Than such a Roman.
Seite 37 - C'est là proprement le but que tout homme qui travaille pour le public doit se proposer ; et c'est ce que les premiers poètes tragiques, avaient en vue sur* toute chose.
Seite 177 - La tyrannie altière et de meurtres avide, D'un masque révéré couvrant son front livide. Usurpant sans pudeur le nom de liberté, Roule au sein de Corinthe un char ensanglanté.
Seite 39 - Si l'emploi de la comédie est de corriger les vices des hommes, je ne vois pas par quelle raison il y en aura de privilégiés. Celui-ci est, dans l'État, d'une conséquence bien plus dangereuse que tous les autres; et nous avons vu que le théâtre a une grande vertu pour la correction. Les plus beaux traits d'une sérieuse morale sont moins...
Seite 89 - Nous avons oublié la nature et ses lois ; Les cris des préjugés ont fait taire sa voix. Cherchant la vérité sous le voile des fables, Conduits à la vertu par des routes aimables, Puissent nos successeurs un jour plus éclairés, Dissiper les erreurs qui nous ont égaréj ! Ponr eux aux arts brillants j'ouvrirai mon asile: Télémaque instruira leur jeunesse docile.
Seite 101 - Mon crime fut d'aimer , le vôtre est de haïr. Dieu créa les mortels pour s'aimer , pour s'unir : Ces cloîtres , ces cachots ne sont point son ouvrage; Dieu fit la liberté , l'homme a fait l'esclavage. Mais l'esclave ne porte aux pieds de l'Éternel Qu'un hommage stérile , un encens criminel. A ses vœux quelquefois si le ciel est propice , C'est quand sa voix gémit et demande justice ; Quand l'infortune en pleurs, maudissant ses bourreaux, N'a que Dieu pour témoin dans l'ombre des tombeaux.
Seite 172 - N'avaient pas présumé que leur flotte opulente Volerait vers Corinthe et non vers Agrigente. Pour les frais de la guerre on tira du trésor, On remit dans mes mains deux mille talens d'or: Faites un sacrifice au temple de Neptune: Je reviens les verser dans la masse commune : La mer vous les rapporte au sein de vos foyers : Carthage et Syracuse ont payé vos guerriers. Mes compagnons , gardant leur simple caractère , Ont maintenu des Grecs la discipline austère, Et de tous vos soldats le courage...
Seite 202 - Par l'or et par le fer soutiendra ma querelle : Et, si tes compagnons prétendent m'immoler, De mon sceptre d'airain je veux les accabler : Ils furent mes fléaux, ils seront ma conquête ; C'est le glaive à la main, c'est la couronne en tête, Qu'ils me verront bientôt reparaître en ce lieu. Adieu, Timoléon... TIMOLÉON, se voilant avec son manteau. Ton heure sonne. Adieu. SCÈNE VI. TIMOLÉON, TIMOPHANE, ORTAGORAS, DÉMARISTE, un instant après.
Seite 101 - Des tourmens qu'a soufferts sa faible créature? Mon crime fut d'aimer , le vôtre est de haïr. Dieu créa les mortels pour s'aimer , pour s'unir : Ces cloîtres , ces cachots ne sont point son ouvrage; Dieu fit la liberté , l'homme a fait l'esclavage.
Seite 51 - D'un riant avenir votre œil était séduit ; Ce jour brillant et pur s'est perdu dans la nuit. AMÉLIE. Déjà depuis six mois , de ma raison plus mûre Je voulais vainement étouffer le murmure. On me vantait la paix que l'on goûte en ce lieu , Et ce lien sacré qui nous unit à Dieu. Est-ce bien dans ces murs qu'est le bonheur suprême? Peut-être ce lien, me disais-je à moi-même, Est un poids révéré qu'on porte avec effort. Peut-être cette paix n'est qu'un sommeil de mort.

Bibliografische Informationen