La Géographie, Band 2

Cover
Masson et cie., 1900
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Inhalt

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 424 - Je n'avais pointa hésiter un seul instant, puisque le programme que nous avions remis ayant le départ, tant à l'Instruction publique qu'aux Colonies et à la Société de Géographie, comportait la traversée du Sahara jusqu'au Soudan, la route du Soudan au Tchad, puis au Kanem, et enfin la jonction avec M. Gentil, sur le Chari ; c'est donc avec la plus douce satisfaction que je décidai que la marche devait se continuer vers l'Est. Le commandant Lamy avait pieusement rapporté de son voyage dans...
Seite 422 - Zinder est une grande et belle ville, entourée de hautes murailles en terre, très épaisses à la base, et percées de sept portes. La ville couvre une très grande surface ; elle renferme des maisons, dont partie en pisé qui rappellent assez bien le type de celles de Djenné si bien décrites par M. Dubois, et partie en paillottes bien faites et pourvues d'une petite cour entourée de nattes élevées soutenues par des pieux.
Seite 418 - Notre dénùment est très grand et on ne peut guère se faire une idée de l'état de délabrement de nos pauvres tirailleurs. Tous leurs effets de toile ne sont plus que de la dentelle ; les pantalons ont depuis longtemps disparu ; heureux sont les rares qui possèdent encore des lambeaux de caleçons. La forme des chaussures — pour ceux qui en ont, — leur dissymétrie pour le même homme, sont de vrais poèmes.
Seite 428 - Il fallait alors s'en procurer de nouveaux dans les villages de paillotles établis sur le cours de la rivière, et ce recrutement était toujours laborieux. Nous étions dans la saison des basses eaux; aussi, parfois, le peu d'épaisseur de la couche liquide nous forçait à des traînages plus ou moins longs. Notre allure était extrêmement lente et permettait à nos Chambba de descendre à terre, de chasser, puis de nous rejoindre, ou même de nous précéder très facilement en amont. Chaque...
Seite 421 - Ce ne sont partout qu'amoncellements d'ossemenfs humains, de crânes, de tibias, qui blanchissent dans la brousse, lamentable épilogue de cette sauvage et cruelle invasion. Kouka, l'ancienne merveilleuse capitale du Bornou, la ville aux cent mille habitants, n'a pas été plus épargnée : ce n'est plus maintenant qu'un immense et attristant amas de ruines. Des murs à demi écroulés qui dressent encore leurs silhouettes déjà recouvertes de lianes, des arbres élevés qui poussent dans l'intérieur...
Seite 422 - ... de notre marche vers les pays où elles avaient écoulé leurs jeunes années et qu'elles espéraient ainsi revoir; c'est pourquoi, plus tard, beaucoup d'entre elles restèrent égrenées dans divers villages du Soudan où elles avaient retrouvé leur père, leur mère ou leurs frères. Elles avaient, du reste, pratiqué presque toutes, la doctrine du mariage libre, et, étaient devenues les épouses temporaires d'un grand nombre de nos tirailleurs, dont elles partageaient aussi bien le menu...
Seite 422 - ... négresses volontaires qui accompagnaient la mission, et, dont le nombre grossissait à chacune de nos haltes. Ces femmes, généralement très gaies, très causeuses, supportaient assez bien les fatigues de la roule, bien qu'elles fussent chargées, sur la tète, de calebasses remplies d'une infinité de choses les plus disparates et les plus inattendues. C'étaient, pour la plupart, des esclaves qui, ayant fui le domicile de leurs maîtres, venaient chercher la liberté sous le pavillon de...
Seite 421 - La brousse est très claire, avec bouquets de grands arbres et vastes plaines couvertes de hautes graminées sèches, dans lesquelles le gibier abonde. De nombreuses mares ou petits lacs, aux eaux chargées de carbonate de soude, s'égrènent tout le long du chemin. Ces dépressions sont toujours entourées de palmiers doum. Tel est le pays nommé Manga. On y trouve de nombreuses exploitations de sel que les indigènes extraient des boues, des eaux et des cristallisations des lacs, sel très impur,...
Seite 424 - La propreté du marché et de la ville, et la corvée de nettoyage, sont convenablement assurées par les innombrables vautours chauves qui planent de toutes parts ou qui se perchent philosophiquement — immobiles pendant des heures entières — sur chacune des dentelures régulières du mur d'enceinte. Je dois dire que cette variété d'oiseau est répandue à profusion partout, depuis l'Aïr jusqu'au Congo. On peut en dire autant des innombrables variétés de tourterelles qui voltigent, sans...
Seite 413 - Ficus à frondaison très fournie et dont l'aspect rappelle de loin absolument celui du châtaignier. Le Tagama est un véritable paradis pour les chasseurs. La quantité et la multiplicité du gibier y sont incroyables ; on trouve là trois ou quatre variétés d'antilopes, des phacochères, des lions, des perdrix, des pintades, et bien d'autres que j'omets. Ces animaux sont peu farouches ; nous avons vu des girafes défiler tout près de nous. Une autre, quelque temps auparavant, avait, pour ainsi...

Bibliografische Informationen