Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

homines cogitaverint, videat quid sequatur. Siquidem consummatis solennibus sacris, statim ad consuetudinaria omnes studia discurrunt : alii scilicet ut furentur, alii ut inebrientur , alii ut fornicentur, alii ut latrocinentur; ut evidenter appareat hoc eos esse meditatos, dum intra templum sunt, quod, postquam egressi fuerint, exequuntur. Sb Sed videlicet cuncta hæc mala, et omnem vitiorum probrositatem, quam supra dixi, ad servos fortasse quidam aut abjectissimos quosque homines referendam putant, cæterum nomen ingenuum hac flagitiorum labe non pollui. Quid autem aliud est cunctorum negotiantium vita, quam fraus atque perjurium ? Quid aliud curialium, quam iniquitas? Quid aliud officialium, quam calumnia? Quid aliud militantium, quam rapina ? Sed putas forsitan quod hoc etiam de personis istiusmodi Jrj ferri possit,/Hic est enim , inquis, eorum actus, quæ et professio ; ac per hoc nihil mirum est si agunt quod profitentur. Quasi vero aut agere ullum Deus res malas velit aut profiteri, aut nulla sit penitus sacræ majestatis offensa, si maximum scelus minores videantur agere personae ; præsertim cum in hac hominum multitudine major multo sit pars generis humani ; et absque dubio, ubi major est peccantium turba, major est divinitatis injuria. Sed omnis, inquis, nobilitas ab j & his sceleribus immunis est. 'Parum est quidem,

[ocr errors]

même à la vue des autels, les crimes qu'ils commettent au sortir du lieu saint.

^ Quelques personnes pensent peut-être que tous ces désordres, tout ce débordement de vices ne doit être attribué qu'à des esclaves ou à des hommes d'une condition vile et abjecte, et que des noms illustres ne sont point entachés de ces turpitudes. Et qu'est-ce donc que la vie des gens de négoce?fraude et parjure. Qu'est-ce que la vie des courtisans?injustice et iniquité. Qu'estce que la vie des officiers ?mensonge et calomnie. Qu'estce que la vie des hommes de guerre?violence et rapine. Vous penserez peut-être qu'on peut excuser ces sortes de personnes. Leur conduite, direz-vous, répond à leur profession, et dès-lors rien d'étonnant s'ils suivent les maximes de leur état. Comme si Dieu permettait qu'on professe le vice et l'injustice; comme s'il n'était pas offensé dans sa majesté sacrée, quand des personnes moins considérées commettent les plus grands crimes ! Considérez surtout que cette muititude d'hommes compose la majeure partie du genre humain, et que la divinité est bien plus outragée là où se trouve un plus grand nombre de pécheurs. — Mais toute la noblesse est exempte de ces vices. — C'est peu de chose, puisque dans l'univers, la noblesse n'est guère plus qu'un seul

[ocr errors]

quia non aliud videtur nobilitas in omni mundo, quam unus homo in grandi populo. Sed videamus tamen si vel id ipsum sit carens crimine. Ac primum, consideremus quid de hujusmodi hominibus dicat sermo divinus. Arguens quippe Apostolus Dei populum, sic ait: Audite , fratres mei dilectissimi. Nonne Deus elegit pauperes in hoc mundo, divites in fide, et hæredes regni quod repromisit Deus diligentibus se ? J^os autem eaehonorastis pauperem. Nonne divites per potentiam opprimunt vos ? Nonne ipsi blasphemqnt bonum nomen quod invocatum super vos ? (1)/Grave hoc Apostoli testimonium est. Nisi forte immunes se ab eo nobiles putent, quia sunt soli divites nominati. Sed aut iidem sunt nobiles qui et divites; aut si sunt divites præter nobiles, et ipsi tamen jam quasi nobiles ; quia tanta est miseria hujus temporis, ut nullus habeatur magis nobilis quam qui est plurimum dives. Sed sive de alterutris sive de utrisque Apostolus dixerit, facile de hoc componi potest. Non enim interest de qua hoc potissimum parte dictum sit, quod utrique certum est convenire./Quis enim est vel nobilium omnino, vel divitum , horrens crimina ? Quamvis in hoc fefellerim. Multi enim horrent, sed paucissimi evitant. In aliis quippe horrent quod in se semper admittunt; mirum in modum et accusatores eo

[ocr errors]

homme dans un grand peuple. Examinons cependant si ce petit nombre même est irréprochable; et voyons d'abord ce qu'en dit la parole divine. Car l'Apôtre, réprimandant le peuple de Dieu, s'exprime ainsi : Écoutez, mes très-chers frères; Dieu n'a-t-il pas choisi ceux qui étaient pauvres dans ce monde, pour les rendre riches dans la foi, et héritiers du royaume qu'il a promis à ceux qui l'aiment ? Et vous, vous déshonorez le pauvre. IVe sont-ce pas les riches qui vous oppriment par leur puissanceo —Ne sont-ce pas eux qui blasphèment le saint nom qu'ils ont invoqué sur vous ? Ce témoignage de l'Apôtre est décisif, à moins, par hasard, que les nobles ne se croient à l'abri du reproche, parce qu'on ne parle ici que des riches. Car, ou les personnes nobles sont riches, ou, s'il est des riches sans noblesse, l'opulence leur en tient lieu. Tel est le malheur des temps, que celui-là passe pour le plus noble, qui a le plus de part aux faveurs de la fortune. Que l'Apôtre ait parlé des riches ou des nobles, qu'il les ait désignés tous les deux à la fois, il n'importe guère; il est facile de faire aux uns et aux autres l'application de ses paroles. Quel est le noble, quel est le riche qui ait le crime en horreur ? Je me trompe; beaucoup l'ont en horreur, mais très-peu savent le fuir. Ils abhorrent dans les autres ce qu'ils se permettent sans cesse, devenant à la fois, par une étrange conduite, les accusateurs et les défenseurs du vice. Ils détestent publiquement ce qu'ils commettent en secret; et par-là, tout en croyant condamner les autres, ils se condamnent encore plus eux-mêmes par leur propre censure. Mais laissons là ces grands criminels. Quel est le riche, quel est le noble, qui conserve rumdem criminum, et excusatores. Exsecrantur publice quod occulte agunt; ac per hoc, dum damnare se cæteros putant, ipsos se magis propria aniJJ^ madversione condemnant,Sed relinquamus istos, qui magis rei sunt. Quis est vel dives omnino, vel nobilis, aut innocentiam servans,' aut a cunctis sceleribus manus abstinens? Quamquam superflue a cunctis dixerim; utinam vel a maximis: quia volunt sibi id forte majores quasi privilegium vindicare, ut jure suo crimina vel minora committant. Itaque de peccatis facilioribus nihil dico. Videamus si vel a duobus illis quasi capitalibus malis ullus immunis est; id est, vel ab homicidio, vel a stupro. Quis enim est aut humano sanguine non cruentus, aut coenosa impuritate non sordidus ? Unum quidem ex his ad pœnam æternam sufficit; sed prope nullus divitum non utrumque commisit. J% Sed cogitat forte aliquis de hoc numero: Ego jam ista non facio. Laudo, si non facis; sed tamen forte ante fecisti ; et non est nunquam omnino fecisse, facere cessasse. Quod si ita esset, quid proderat tamen unum a scelere desistere, et mulv] tos in sceleribus permanere ?/Non sanat unius conversio crimina plurimoru m ; nec sufficit ad placandum Deum quod unus peccata deserit, quem universitas totius humani generis offendit ; præsertim cum is qui convertitur ut mortem æternam possit evadere, magnos profecto conversionis suæ fructus capiat, si evadat, nedum contin

« ZurückWeiter »