Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

bene cedere ; et ideo vel ob hoc ipsum miserrimi esse debent ut mali esse desistant, vindicantes improbissimis quaestibus nomen religionis, et præferentes ad sordidissimas negotiationes titulum sanctitatis : quorum scilicet nequitiis si miseriæ comparentur, minus sunt miseri quam merentur, quia in quibuslibet miseriis constituti, non sunt tamen tam miseri quam sunt mali.

Nequaquam ergo pro his dolendum, quod non sunt divites ac beati , multo autem pro sanctis minus , quia quamlibet videantur ignorantibus esse miseri, non possunt tamen esse aliud quam beati. Superfluum autem est ut eos quispiam vel infirmitate vel paupertate vel aliisistiusmodi rebus , existimet esse miseros, quibus se illi confidunt esse felices. Nemo enim aliorum sensu miser est, sed suo. Et ideo non possunt cujusquam falso judicio esse miseri, qui sunt vere sua conscientia beati. Nulli enim, ut opinor, beatiores sunt quam qui ex sententia sua atque ex voto agunt. Humiles sunt religiosi, hoc volunt; pauperes sunt, pauperie delectantur$ine ambitione sunt, ambitum respuunt; inhonori sunt, honorem fugiunt; lugent, lugere gestiunt; infirmi sunt, infirmitate lætantur. Cum enim , inquit Apostolus, infírmor, tunc potens sum (1). Nec immerito sic arbitratur, ad quem

(1) Epist. 2. Ad Cor. XII, 10.

malice couronnée d'heureux succès. Ils doivent au contraire être accablés de misères pour cesser d'être méchans, ces hommes qui couvrent de criantes injustices du voile de la religion, et qui cachent les plus infâmes commerces sous des dehors de sainteté. Certes, si l'on veut comparer leurs disgrâces avec leurs crimes, on les trouvera moins malheureux qu'ils ne méritent, parce que, quelque revers qu'ils éprouvent, leur infortune n'approche pas de leur impiété.

Pourquoi donc les plaindre s'ils ne sont ni riches ni heureux ? Bien moins encore faut-il plaindre les saints ; quelque affligés qu'ils paraissent à ceux qui ignorent les secrets du ciel, ils ne peuvent cependant qu'être heureux. C'est peine inutile de regarder les maladies, la pauvreté et les autres accidens de la vie comme des maux pour eux, tandis qu'ils y trouvent la source de leur bonheur. C'est le sentiment de notre cœur, et non pas l'opinion d'autrui qui nous rend malheureux. Et voilà pourquoi l'on ne peut être malheureux dans les faux jugemens des hommes, quand on est heureux dans sa conscience. Car nul, ce semble, n'est plus heureux que celui qui agit au gré de ses désirs. Les hommes religieux sont humiliés, mais ils aiment les humiliations; ils sont pauvres, mais ils se complaisent dans la pauvreté; ils vivent sans ambition, mais ils dédaignent le faste; ils restent dans l'obscurité, mais ils fuient les honneurs; ils pleurent, mais les larmes leur semblent douces; ils sont faibles, mais ils se réjouissent dans leur faiblesse. Car, dit l'Apôtre, lorsque je suis faible, alors je suis fort. Il a raison de penser ainsi, après avoir entendu ces paroles de la bouche de Dieu même : Ma grâce te suffit, car la

[ocr errors]

Deus ipse sic loquitur : Sufficit tibi gratia mea,
aam virtus in infirmitate perficitur(1)/Nequaquam
ergo nobis dolenda est hæc adflictio infirmitatum,
quam intelligimus matrem esse virtutum.
Itaque, quicquid illud fuerit, quicumque vere
religiosi sunt, beati esse dicendi sunt, quia inter
quamlibet dura, quamlibet aspera, nulli beatiores
sunt, quam, qui hoc sunt quod volunt. Soleant
quamvis esse nonnulli, qui turpia atque obscoena
sectantes, etsi juxta opinionem suam beati sunt,
quia adipiscuntur quod volunt, re tamen ipsa
beati non sunt, quia quod volunt, nolle debue-
rant. Religiosi autem hoc cunctis beatiores sunt,
quia et habent quæ volunt, et meliora quam quæ
habent omnino habere non possunt. Labor itaque,
et jejunium, et paupertas, et humilitas et infir-
mitas non omnibus sunt onerosa tolerantibus,
sed tolerare molentibus. Sive enim gravia hæc,
sive levia, animus tolerantis facit. Nam sicut nihil
est tam leve quod ei non grave sit qui invitus
facit, sic nihil est tam grave quod non ei qui id
libenter exequitur, leve esse videatur.

] 6 Nisi forte antiquis illis priscæ virtutis viris,

Fabiis, Fabriciis, Cincinnatis grave fuisse existimamus quod pauperes erant, qui divites esse nolebant, cum omnia scilicet studia, omnes co

[ocr errors]

force se perfectionne dans la faiblesse. Pourquoi donc plaindre les afflictions, les infirmités, lorsque nous savóns qu'elles sont mères des vertus ?

Ainsi, quoiqu'il puisse arriver, quiconque est vrai-. ment religieux, doit être regardé comme possédant le bonheur; car dans la condition la plus dure, la plus pénible, nul n'est plus heureux que celui qui est ce qu'il veut être. Quoiqu'il se rencontre des hommes qui, poursuivant de sales et honteux plaisirs, sont heureux dans leur opinion, parce qu'ils obtiennent ce qu'ils recherchent, cependant ils sont loin de l'être en effet; ce qu'ils veulent, ils n'auraient jamais dû le vouloir. Or,. le bonheur des gens de bien est d'autant plus complet qu'ils ont ce qu'ils souhaitent, et qu'ils ne sauraient rien avoir de meilleur que ce qu'ils ont.Aussi, le travail, le jeune, la pauvreté, les humiliations et les infirmités n'ont rien de si pénible pour ceux qui les supportent, mais bien pour ceux qui refusent de les supporter. Si tous ces maux paraissent légers ou pesans, ce sont les dispositions de l'ame qui les rendent tels. Car, comme il n'est rien de si facile qui ne semble pénible à qui le fait à contre-cœur, de même aussi n'estil rien de si pesant qui ne paraisse léger à qui le fait volontiers.

A moins par hasard que ces hommes d'une antique vertu , les Fabius, les Fabricius, les Cincinnatus ne vous semblent avoir été sensibles à l'indigence, eux qui ne voulaient pas être riches, eux qui, consaerant tous leurs soins, tous leurs efforts à l'utilité commune, enrichissaient de leur pauvreté privée les forces naissantes

[ocr errors]

natus suos ad communia emolumenta conferrent, et crescentes Reipublicæ vires privata paupertate ditarent. Numquid parcam illam tunc agrestemque vitam cum gemitu et dolore tolerabant, cum viles ac rusticos cibos ante ipsos quibus coxerant focos sumerent, eosque ipsos capere nisi ad vesperam non liceret? Numquid ægre ferebant quod avara ac divite conscientia auri talenta non premerent, cum etiam argenti usum legibus coercerent? Numquid illecebræ et cupiditatis poenam putabant quod distenta aureis nummis marsupia non haberent, cum patricium hominem , quod usque ad decem argenti libras dives esse voluisset, indignum curia judicarent ?/Non despiciebant tunc, puto, pauperes cultus, 'cum vestem hirtam ac brevem sumerent, cum ab aratro arcesserentur ad fasces, et inlustrandi habitu consulari, illis fortasse ipsis quas adsumpturi erant imperialibus togis madidum sudore pulverem detergerent. Itaque tunc illi pauperes magistratus opulentam Rempublicam habebant. Nunc autem dives potestas pauperem facit esse Rempublicam. Et quæ, rogo, insania est, aut quæ cæcitas, ut egestuosa ac mendicante Republica divitias posse credant stare privatas? Tales ergo tunc veteres Romani erant; et sic illi tunc contemnebant divitias, nescientes Deum , sicut nunc spernunt sequentes Dominum.

;2 Quamquam quid ego de illis loquor qui cura

« ZurückWeiter »