Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

Christo non placuit, qui ad hoc infirmus esse voluit ut placeret, quemque etiam ipse Apostolus Paulus, licet nimiis jam infirmitatibus laborantem, non tamen nisi pauxillulum vini sumere ac delibare permisit; hoc est, ita eum voluit infirmitati suæ consulere, quod noluit tamen ad fortitudinem pervenire (1)? Et hoc cur ita? Cur absque dubio, nisi quia', ut ipse dicit, caro concupiscit adversus spiritum, spiritus autem adversus carnem. Hæc enim, inquit, invicem sibi adversantur, ut non quæcumque vultis, illa faciatis (2). / % Non imprudenter quidam hoc loco dixit, quod si repugnante corporis fortitudine , quæ optamus facere non possumus, infirmandum nobis carne sit, ut optata faciamus. Infirmitas enim carnis, inquit, vigorem mentis exacuit, et affectis artubus, vires corporum in virtutes transferuntur animorum, non turpibus flammis medullæ æstuant, non malesanam mentem latentia incentiva succendunt, non vagi sensus per varia oblectamenta lasciviunt, sed sola erultat anima, læta corpore adfecto, quasi adversario subjugato (3). Hæc ergo, ut} dixi, religiosis viris causa infirmitatis est, eamque esse nec tu, ut arbitror, jam negas. 17 Sed sunt fortasse, inquis, alia majora, id est, quod multa in vita ista aspera atque acerba

(1) Epist. 1 ad Tim. v, 2-3.
(2) Epist. ad Gal. V, 17.
(3) Salvianus, epist. 5.

permit de rémédier à son infirmité, sans lui permettre toutefois d'arriver à une santé parfaite. Et pourquoi cette conduite ? Pourquoi! si ce n'est sans doute, comme il le dit lui-même, parce que la chair s'élève contre l'esprit, et l'esprit contre la chair; de sorte que vous ne faites pas les choses que vous voudriez. On a donc eu raison de dire à ce sujet que, si la force du corps nous empêche de faire ce que nous désirons, il nous faut abattre cette vigueur pour suivre les mouvemens de l'esprit. Car l'affaiblissement de la chair donne à l'ame une force nouvelle, et dans des membres atténués, la vivacité du corps passe à l'intérieur pour la pratique des vertus. Le cœur ne brüle plus de feux impurs, de secrètes étincelles n'y allument plus de désirs insensés, les sens ne folâtrent plus vagabonds, emportés par mille séductions; mais l'ame seule triomphe, satisfaite de voir le corps abattu, comme un ennemi subjugué. Voilà, comme je l'ai dit, le motif qui porte les Saints à maltraiter leur chair, et vous en conviendrez, je pense,

Mais, allez-vous m'objecter peut-être, il est d'autres maux bien plus graves. Ils éprouvent dans cette vie mille rigueurs, mille amertumes ; ils sont chargés de fers, ils sont torturés, ils sont livrés à une mort violente.Je l'avoue; mais les prophètes aussi ont été em

13

patinntur, quod capiuntur, quod torquentur, quod
trucidantur. Verum est. Sed quid facimus quod et
Prophetæ in captivitatem abducti sunt, et Apos-
toli etiam tormenta tolerarunt? Et certe dubitare
non possumus quod tunc Deo maxime curae erant,
cum pro Deo ista paterentur. At forsitan hoc ipso
magis probare te dicis quod Deus in seculo isto
omnia negligat, et futuro totum judicio reservet,
quia semper et boni omnia mala passi sunt, et
fecerunt mali. Non infidelis quidem videtur ad-
sertio, maxime quia futurum Dei judicium con-
fitetur./Sed nos ita judicandum humanum genus
a Christo dicimus, ut tamen etiam nunc omnia
Deum , prout rationabile putat, regere ac dispen-
sare credamus, et ita in futuro judicio judicatu-
rum adfirmamus, ut tamen semper etiam in hoc
seculo judicasse doceamus. Dum enim semper
gubernat Deus, semper et judicat, quia guber-
natio ipsa judicium est.
Quot modis hoc vis probemus ? ratione, an
exemplis, an testimoniis ?
Si ratione: quis tam expers humanæ intelligen-
tiæ est, et hujus ipsius, de qua loquimur, veri-
tatis alienus, qui non agnoscat ac videat pulcher-
rimum mundi opus et inæstimabilem supernarum
infernarumque rerum magnificentiam ab eodem
regi a quo creata sit, quemque elementorum fa-
bricatorem, eumdem etiam gubernatorem fore;
qui cuncta scilicet qua potestate ac majestate

menés en captivité, les apôtres aussi ont passé par les tourmens. Et certes, peut-on croire que Dieu les regardât avec indifférence, lorsqu'ils souffraient pour lui? Mais ce qui vous confirme, dites-vous, dans la pensée que Dieu néglige les choses de ce siècle, et qu'il se réserve pour le jugement futur de faire éclater sa justice, c'est que les bons souffrent toujours, et que les méchans font souffrir. Cette assertion n'est point, il est vrai, d'un incrédule, puisqu'elle renferme l'aveu d'un jugement futur. Pour nous, nous reconnaissons que le Christ jugera le genre humain, sans nier pour cela que, même dès à présent, Dieu, suivant les desseins de sa sagesse, ne soit l'arbitre et le dispensateur souverain. Et si nous confessons qu'il doit juger dans un temps à venir, nous enseignons aussi qu'il n'a pas cessé dans ce monde d'exercer un jugement. Car, en gouvernant toujours, Dieu juge toujours aussi, parce que gouverner, c'est juger.

Comment voulez-vous qu'on vous le prouve ? par la raison, ou par des exemples, ou par l'autorité?

Pour commencer par la raison : quel est l'homme assez dépourvu d'intelligence, assez ennemi de la vérité dont je parle, pour ne pas reconnaître et ne pas voir que ce merveilleux ouvrage de l'univers, cette magnificence inapréciable du ciel et de la terre, est conservée par la main qui les créa, que l'auteur des élémens en est aussi le modérateur, et que, s'il forma toutes choses avec pouvoir et majesté, il les soutient aussi avec sa

condiderit, eadem etiam providentia ac ratione moderetur; præsertim cum etiam in his quæ hu

, mano actu administrantur, nihil penitus sine ra

[ocr errors]

tione consistat, omniaque ita a providentia incolu-
mitatem, quasi corpus ab anima vitam, trahant;
ideoque in hoc mundo non solum imperia et pro-
vincias, atque rem civilem ac militarem, sed etiam
minora officia et privatas domos, pecudes deni-
que ipsas, et minutissima quæque domesticorum
animantium genera, non nisi humana ordinatione
atque consilio, quasi quadam manu et guberna-
culo, contineri/ Et hæc omnia sine dubio volun-
tate ac judicio summi Dei, scilicet ut eo exemplo
omne genus humanum particulas rerum et mem-
bra regeret, quo ipse summam totius muudani
corporis gubernaret.
Sed in principio, inquis, creaturarum, hæc sunt
a Deo statuta atque disposita, cæterum patrata
universitate rerum atque perfecta, removit a se
cunctam terrestrium rerum curam, et ablegavit;
laborem videlicet forte fugiens, a suo loco aman-
davit; et molestiam fatigationis evitans, aut occu-
patus negotiis aliis, partem rerum reliquit, quia
totum obire non possit.
Removet igitur a se, inquis, curam mortalium
Deus. Et quæ ergo nobis divinæ religionis est
ratio? quæ vel causa Christum colendi, vel spes
propitiandi? Si enim negligit Deus in hoc seculo
genus hominum, cur ad coelum quotidie manus

« ZurückWeiter »