Abbildungen der Seite
PDF
EPUB
[ocr errors]

resonantem, incisas digito Dei litteras, rupices paginas, saxeum volumen, discentem populum, et docentem Deum, ac mixtis pene hominjbus atque angelis unam coeli ac terræ Ίλ. enim scriptum est, quod cum retulisset Moises verba populi ad Dominum, dixit ei Dominus: Jam nunc veniam adte in caligine nubis, ut audiatmepopulus loquentem ad te (1). Et paulo post : Ecce, inquit, coeperunt audiri tonitrua, ac micare fulgura, et nubes densissima operire montem (2). Et iterum: Descenditque super montem Sina in ipso montis vertice (3). Ac deinceps : Loquebaturque cum

Moise, videntibus universis quod columna nubis

staret ad ostium tabernaculi ; stabantque et ipsi, et adorabant per fores tabernaculorum suorum. Loquebatur Dominus ad Moisen facie ad faciem, sicut loqui solet homo ad amicum suum (4).

Quæ cum ita sint, videturne habere hominis curam Deus, haec tanta tribuens, hæc tanta præstans, participem sermonis sui vilem homunculum faciens, et quasi inconsortium sacræ sodalitatis admittens, aperiens ei plenas divitiis immortalibus

[ocr errors]

des trompettes célestes, le fracas redoutable qui ébranle les airs, les mugissemens des cieux frappés d'un bruit solennel, les feux perçant les ténèbres, des nuées pleines de Dieu, le Seigneur parlant de près, la loi publiée par sa bouche sacrée, et gravée par son doigt adorable; la pierre qui reçoit des pages, le rocher qui se transforme en livre, le peuple qui écoute, Dieu qui enseigne, les hommes et les anges confondus qui font du ciel et de la terre comme un seul auditoire. Car Moise ayant rapporté au Seigneur les paroles du peuple, le Seigneur lui dit : Voilà que je viendrai à toi en l'obscurité d'une nuée, afin que le peuple m'entende te parler. Et un peu après : Voilà, dit-il, que les tonnerres commencèrent à se faire entendre, et les éclairs à briller, et une nuée très-épaisse à couvrir la montagne. Et encore : Le Seigneur descendit sur le haut de la montagne de Sina. Puis enfin : Et le Seigneur parlait à Moise. Tous voyant que la colonne de nuée s'arrétait à l'entrée du tabernacle, se tenaient debout, et ils se prosternaient ensuite à la porte de leurs tentes.— Or, le Seigneur parlait à Moise face à face, comme un homme parle à son ami.

Or encore une fois, Dieu semble-t-il prendre soin de l'homme, quand il le comble de si hauts bienfaits et de faveurs si éclatantes, quand il daigne converser avec un vil mortel, quand il l'admet à une sorte de fraternité, qu'il lui ouvre ses mains pleines de richesses immortelles, qu'il le désaltère d'un nectar savoureux et lui fournit une nourriture céleste ? Je le demande, quelle preuve plus réelle de sa providence, quel témoignage plus évident de son amour pouvait-il lui donner,

[ocr errors]

palmas suas, alens eos nectaris poculo, pascens
coelesti cibo ? Quam, rogo, majorem eis guberna-
culi sui præstare curam, quem majorem præstare
potuit affectum, quam ut, cum præsentis seculi vi-
tam agerent, speciem jam futuræ beatitudinis pos-
siderent? -
Sed respondeatur forte hoc loco , habuisse
quondam hanc hominum curam Deum, cæterum
nunc penitus non habere. Unde hoc ita credimus?
forsitan quia, ut illi tunc, mannam quotidie non
comedimus, cum agros triticeos plenos messibus
demetamus; quia coturnices humanis se manibus
ingerentes non adprehendimus, cum omnia avium,
pecudum , bestiarum genera devoremus; quod
salientes rupibus aquas apertis oribus non exci-
pimus, cum vinarias domos vinearum fructibus
inrigemus./Addo ego amplius aliquid, quod nos
ipsi, qui illos tunc Deo curæ fuisse et nos a Deo
negligi dicimus, si accipere pro præsentibus bonis
præterita possemus, respueremus penitus condi-
tionis istius optionem. Nollemus enim hæc quæ
nunc habemus amittere, ut possemus ea quibus
tunc illi usi sunt possidere, non quod nos meliora
nunc habeamus quam gens illa tunc habuit, sed
quia et illi qui quotidiano tunc cœli ac Dei minis-
terio pascebantur, antiquam ventris ingluviem
Donis præsentibus præferebant, turpissima scilicet
ciborum carnalium recordatione moesti, et foeti-
dissimo ceparum atque aliorum amore ægrescen-

que de lui tracer, dès cette vie présente, une image de la béatitude future ?

On va me répondre peut-être ici que Dieu put bien autrefois prendre soin des hommes, mais qu'il ne s'en occupe plus aujourd'hui. Sur quoi serait fondée cette opinion? Serait-ce, par hasard, sur ce que nous ne mangeons pas la manne chaque jour, comme les Hébreux? mais nos campagnes sont couvertes de riches moissons. Sur ce que nous ne voyons plus les cailles du désert venir s'offrir à nos mains avides ? mais nous dévorons toutes sortes d'oiseaux, toutes sortes d'animaux. Sur ce que nous ne recevons point dans nos bouches haletantes les eaux jaillissant du rocher ? mais nous enrichissons nos celliers des vins les plus délicats.Je dis plus : nous qui prétendons que Dieu prenait soin de ces hommes et qu'il nous néglige, s'il nous était libre d'échanger nos biens présens contre ces faveurs passées, nous ne balancerions pas à rejeter la condition des Hébreux. Car nous ne voudrions pas nous dépouiller de ce que nous possédons maintenant, pour acquérir ce dont ils jouissaient alors. Ce n'est pas que nous ayons rien de préférable à ce qu'ils avaient en partage, mais ce peuple, nourri chaque jour par le ministère du ciel et de Dieu, préférait aux mets actuels la vile nourriture dont il s'était gorgé naguère, affligé qu'il était du honteux souvenir des viandes, et languissant de désir pour les lé

[ocr errors]

tes, non quod potiora essent quibus antea usi erant, sed quia quod nunc a nobis fit, hoc tunc ab illis. Illi horrebant quæ erant; ct quæ non erant desiderabant. Nos magis laudamus illa quæ tunc fuerunt quam ista quæ nunc sunt, non quia si eligendi facultas esset, semper habere illa mallemus, sed quia usitatum hoc humanæ mentis est vitium, illa magis semper velle quæ Ę quia, ut ille ait:

Aliena nobis, nostra plus aliis placent (1).

Accidit quoque illud, quod generale ferme est omni homini, ut Deo semper ingratus sit; insitoque hoc et quasi nativo malo se cuncti invicem vincunt, ut beneficiis Dei detrahant, ne debitores se esse cognoscant.

Sed hæc hactenus. Nunc ad negotii dudum coepti ordinem revertamur, quamvis, ut reor, non mediocriter jam probaverimus quæ proposuimus; sed addamus tamen adhuc, si placet, quippiam, quia melius est plus probare aliquid quam necesse est, quam minus forsitan quam negocio debeatur.

Liberatus quondam de Pharaonis jugo populus Hebræorum, ad Sina montem prævaricatus est, et statim a Domino pro errore percussus. Sic enim scriptum est: Percussitergo Dominus populum pro errore vituli quem fecerat Aaron (2). Quod potuit

[ocr errors]
« ZurückWeiter »