Les vrais principes de la versification developpés par un examen comparatif entre la langue italienne et la française ...

Cover
V. Courcier, 1814
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 220 - La mort a des rigueurs à nulle autre pareilles ; On a beau la prier, La cruelle qu'elle est se bouche les oreilles, Et nous laisse crier. Le pauvre en sa cabane, où le chaume le couvre, Est sujet à ses lois; Et la garde qui veille aux barrières du Louvre N'en défend point nos Rois. De murmurer contre elle et perdre patience II est mal à propos ; Vouloir ce que Dieu veut est la seule science Qui nous met en repos.
Seite 223 - La principale règle est de plaire et de toucher ; toutes les autres ne sont faites que pour parvenir à cette première.
Seite 322 - C'est Dieu qui vous a faits si beaux ; Vous le chantez sans doute. Son nom vous anime en ces bois , Vous n'en célébrez jamais d'autre : Faut-il que mon ingrate voix N'imite pas la vôtre ? Vos airs si tendres et si doux Lui rendent tous les jours hommage; Je le bénis bien moins que vous, Et lui dois davantage.
Seite 352 - Où l'airain sonnait le retour Du jour? Te souvient-il du lac tranquille Qu'effleurait l'hirondelle agile, Du vent qui courbait le roseau Mobile, Et du soleil couchant sur l'eau Si beau?
Seite 181 - Je me suis donc bien gardé d'interrompre un acteur dans la chaleur du dialogue pour lui faire attendre une ennuyeuse ritournelle, ou de l'arrêter, au milieu de son discours, sur une voyelle favorable, soit pour déployer, dans un long passage, l'agilité de sa belle voix, soit pour attendre que l'orchestre lui donnât le temps de reprendre haleine pour faire un point d'orgue.
Seite 317 - Puisque de vous je n'ai autre visage, Je m'en vais rendre hermite en un désert, Pour prier Dieu , si un autre vous sert -, Qu'ainsi que moi , en votre honneur soit sage.
Seite 351 - Combien j'ai douce souvenance Du joli lieu de ma naissance ! Ma sœur, qu'ils étaient beaux les jours De France ! O mon pays, sois mes amours Toujours ! Te souvient-il que notre mère, Au foyer de notre chaumière, Nous pressait sur son cœur joyeux, Ma chère ; Et nous baisions ses blancs cheveux Tous deux. Ma sœur, te souvient-il encore Du château que baignait la Dore ? Et de cette tant...
Seite 332 - Ses volages ardeurs, Les a vu disparaître Aussitôt que les fleurs. Mais , s'il ramène à Flore Les...

Bibliografische Informationen