Traité de cinématique théorique et pratique

Cover
Librairie du dictionnaire des arts et manufactures, 1878 - 1016 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 552 - Withworth dans les machines à percer, l'on peut, à volonté, imprimer à l'axe qui porte l'outil le mouvement de rotation seul, ou un mouvement simultané de rotation et de translation. A cet effet la tige de cet outil est formée par une vis , et reçoit par des engrenages le mouvement de rotation ; à une certaine hauteur, les filets de cette vis s'engagent dans les dents de deux pignons à dents hélicoïdes, placés à droite et à gauche. Ces pignons étant libres sur leurs supports , la vis...
Seite 670 - JLjE corps humain, composé de différentes parties flexibles, mues par un principe intelligent, se plie à une infinité de formes et de positions : considéré sous ce point de vue, c'est presque toujours la machine la plus commode que l'on puisse employer dans les...
Seite 937 - On peut appliquer aussi la théorie des centres de gravité à la cubature des solides de révolution ; et il n'est pas difficile de voir que le volume d'un solide de révolution est égal à l'aire de la section génératrice multipliée par la circonférence que décrit son centre de gravité autour de l'axe fixe. En effet, si l'on considère un rectangle bcde (fig.
Seite x - Elle doit ensuite étudier les différents instruments à l'aide desquels on peut changer un mouvement en un autre ; en sorte qu'en comprenant, comme c'est l'usage, ces instruments sous le nom de machines, il faudra définir une machine, non pas comme on le fait ordinairement, un instrument à l'aide duquel on peut changer la direction et l'intensité d'une force donnée, mais bien un instrument à l'aide duquel on peut changer la direction et la vitesse d'un mouvement donné.
Seite 976 - On verrait de même que la vitesse passera de la troisième bille à la quatrième, et ainsi de suite jusqu'à la dernière qui , ne rencontrant pas d'obstacle à son mouvement, se mouvra en tournant autour de son point de suspension. C'est en effet ce qu'on observe : en laissant tomber la première bille d'une certaine hauteur, on la voit s'arrêter dès que le choc a eu lieu, et aussitôt la dernière part pour s'élever à la hauteur dont on avait laissé tomber la première.
Seite 281 - ... à obtenir, on rend le contour plus adouci, et l'action de la came sur la tige moins oblique ; mais on accroît en même temps le chemin parcouru parles points frottants. Il convient donc de ne pas augmenter ce rayon au delà de ce qui est nécessaire dans chaque cas.
Seite 873 - ... couché, et le fer tendrait à s'enfoncer de plus en plus, si l'instrument appuyé sur la surface du bois qu'on veut aplanir ne s'y opposait ( fig. 180 ), et si d'ailleurs la face cd par sa grande résistance ne tendait à relever l'instrument. Aussi le fer at-il deux positions distinctes, selon qu'on veut enlever de minces copeaux, ou faire des rainures dans le bois. Pour le premier objet, le tranchant C est en avant, et la face cd couchée en arrière.
Seite 2 - Nous dirons que deux intervalles de temps sont égaux, lorsque deux corps identiques, placés dans des circonstances identiques au commencement de chacun de ces intervalles et soumis aux mêmes actions et influences de toute espèce , auront parcouru des espaces identiques à la fin de ces intervalles.
Seite 650 - ... entendu, il est facile de comprendre le jeu de l'appareil. Quand la roue tourne dans le sens de la flèche /"sa circonférence intérieure frotte contre la courbe extérieure des leviers, oblige les petits ressorts à fléchir, et n'entraîne pas l'arbre dans son mouvement, parce que la came cède et fléchit sous l'action du frottement de la roue. Quand la roue tourne en sens inverse, elle force les leviers à tourner autour de leur axe c; l'angle de ces leviers s'écarte de l'axe de l'arbre,...
Seite 280 - ... sommet, et l'on tracera ainsi les deux parties supérieures de la relation des mouvements, et l'on complétera d'une manière analogue le dernier quart, qui donnera le tracé complet de la relation cherchée. Cela fait, on divisera la ligne d'abscisses OA correspondante à la circonférence en deux parties , on élèvera en chaque point de division des perpendiculaires limitées à la courbe. On partagera de même en dix parties égales la demicirconférence décrite avec le rayon de la naissance...

Bibliografische Informationen