Discours chrétiens & spirituels sur divers sujets: qui regardent la vie interieure, tirés la plupart de la Ste. Écriture, Band 2

Cover
Chez les Libraires Associés, 1790
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 276 - ... prononcera leur condamnation. Il est vrai que vous auriez pu faire davantage pour eux ; il est vrai que vous ne l'avez pas voulu : mais vous avez voulu tout ce qu'il falloit pour n'être point chargé de leur perte ; vous l'avez permise et vous ne l'avez point faite. S'ils ont été...
Seite 277 - Dieu même : dans le moment où tu veux murmurer de la privation de la grâce , c'est la grâce elle-même qui te rend attentive à la vue des dons de Dieu. Loin de murmurer contre l'auteur de tous les biens , hâte-toi de profiter de ceux qu'il te fait dans ce moment : ouvre ton cœur, humilie ton faible esprit , sacrifie ta vaine et présomptueuse raison.
Seite 267 - Quand je fais bien, c'est vous qui m'en inspirez le désir, qui le faites en moi et par moi : c'est vous qui aimez le bien, qui haïssez le mal dans mon cœur, qui souffrez, qui priez, qui édifiez le prochain, qui faites l'aumône. Je fais toutes ces choses, mais c'est pour vous; vous me les faites faire; vous les mettez en moi.
Seite 284 - Vous vous faites homme, enfant, le dernier des hommes, rassasié d'opprobres, mourant dans l'infamie et dans les douleurs de la croix ; ce n'est pas trop pour l'amour qui aime infiniment. Un amour fini et une sagesse bornée ne peuvent le comprendre. Mais comment le fini pourroit-il comprendre l'infini ? il n'a ni des yeux pour le voir, ni un cœur proportionné pour le sentir : le cœur bas et resserré de l'homme, sa vaine sagesse en sont scandalisés, et méconnoissent Dieu dans cet excès d'amour.
Seite 275 - Quand vous jugerez la terre, vous serez victorieux dans vos jugements : la créature condamnée ne verra qu'équité dans sa condamnation : vous lui montrerez clairement que vous avez fait pour la culture de votre vigne tout ce que vous deviez. Ce n'est point vous qui lui manquez ; c'est elle qui se manque et qui se perd elle-même. Maintenant l'homme ne voit point ce détail, car il ne connoît point...
Seite 274 - ... plus ardemment à vous , et à leur faire comprendre que l'oraison est la source de toute véritable vertu. O quelle abondance de biens vous tirez des maux que vous avez permis ! Vous ne souffrez donc les maux que pour en tirer de plus grands biens , et pour faire éclater votre bonté toute-puissante par l'art avec lequel vous usez de ces maux. Vous...
Seite 267 - Vous êtes donc, et je suis ravi de le pouvoir penser, sans cesse opérant au fond de moi-même : vous y travaillez invisiblement, comme un ouvrier qui travaille aux mines dans les entrailles de la terre : vous faites tout, et le monde ne vous voit pas ; il ne vous attribue rien : moi-même je m'égarois en vous cherchant par de vains efforts bien loin de moi.
Seite 281 - ... de cette volonté éternelle. Comment donc, ô mon Dieu, pourriez-vous ignorer en nous ce que vous y faites vous-même? Comment pourriez-vous être indifférent sur les maux qui ne se commettent qu'en vous résistant intérieurement, et sur les biens que nous ne faisons qu'autant que vous prenez plaisir à les faire vous-même en nous? Cette attention ne vous coûte rien : si vous cessiez de l'avoir, tout...
Seite 261 - O mon Dieu! avant que vous fissiez le ciel et la terre il n'y avoit que vous. Vous étiez , car vous n'avez jamais commencé à être : mais vous étiez seul. Hors vous il n'y avoit rien : vous jouissiez de vousmême dans cette solitude bienheureuse; vous vous suffisiez à vous-même, et vous n'aviez besoin de trouver rien hors de vous, puisque c'est vous qui donnez, bien loin de recevoir, à tout ce qui n'est pas .vousmême.
Seite 261 - Voilà l'ordre que vous établîtes : malheur à l'ame qui le renverse, qui veut que tout soit pour elle, et qui se renferme en soi ! C'est violer la loi fondamentale de la création. Non, mon Dieu, vous ne pouvez céder vos droits essentiels de créateur; ce seroit vous dégrader vous-même.

Bibliografische Informationen