Histoire des Français depuis le temps des Gaulois jusqu'à nos jours, Band 1

Cover
Bibliothèque-Charpentier, 1891
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 50 - Nous ne sommes que d'hier, et déjà nous remplissons tout ce qui est à vous, les cités, les camps , les palais , le sénat, le forum ; nous ne vous laissons que vos temples.
Seite 354 - La femme, qui peut tout sur le cœur de l'homme, lui rend toute la perversité qu'elle en reçoit, et les nations croupissent dans ce cercle vicieux dont il est radicalement impossible qu'elles sortent par leurs propres forces. Par une opération toute contraire et tout aussi naturelle, le moyen le plus efficace de perfectionner l'homme, c'est d'ennoblir et d'exalter la femme. C'est ce à quoi le christianisme seul travaille sans relâche avec un succès infaillible, susceptible seulement de plus...
Seite 311 - Suger , passait six mille combattants tant à pied qu'à cheval ; la seconde , qui n'était pas moins nombreuse , comprenait ceux de Laon et de Soissons ; la troisième , ceux d'Orléans , d'Étampes et de Paris . avec la nombreuse armée dévouée à Saint-Denis et à la couronne où le roi voulut être lui-même.
Seite 302 - Gros, était un homme plein de sens et de bravoure ; il n'eut pas la pensée de ressusciter cette royauté impériale que la féodalité avait à jamais détruite ; mais, prenant la société telle qu'elle était, reconnaissant et respectant tous les droits féodaux, il trouva dans ses idées chevaleresques que « c'est le devoir des rois de réprimer de leur main puissante, et par le droit originaire de leur office, l'audace des grands qui déchirent l'État par des guerres sans fin, désolent les...
Seite 280 - ... le dernier but des efforts et des vœux. Les intelligences ne concevaient alors rien de plus élevé, rien de plus désirable dans la condition humaine ; et l'on se dévouait pour obtenir, à force de peines, ce qui, dans l'Europe actuelle, constitue la vie commune, ce que la simple police des états modernes assure à toutes les classes de sujets, sans qu'il y ait besoin pour cela de chartes ou de constitutions libres.
Seite 106 - Je ne suis nullement complice de » ces choses. Je ne puis répandre le sang de mes parents, car cela est » défendu ; mais puisque ces choses sont arrivées, je vous donne un » conseil ; s'il vous est agréable, acceptez-le. Ayez recours à moi, met
Seite 223 - ... aristocratique, ne se recrute plus que dans la noblesse, distribue et reçoit des fiefs, et change la France en une théocratie militaire. Les prêtres ont l'épée à la main ; ils pillent sur les routes, tiennent auberge dans les églises, s'entourent de femmes perdues; les cathédrales et les monastères sont fortifiés et soutiennent des...
Seite 220 - Raoul porta la guerre dans le Midi et parvint à faire reconnaître sa dignité par les comtes de Toulouse et de Rhodez, qui se donnaient le titre de « princes des Goths et des Aquitains. » Alors il s'intitula « roi, par la grâce de Dieu, des Français, des Bourguignons, des Aquitains ; invincible, pieux et toujours auguste, pleinement roi, par la soumission volontaire tant des Aquitains que des Goths.
Seite 84 - ... convertie à la foi catholique, libre d'hérésie; lorsqu'elle était encore sous une croyance barbare , avec l'inspiration de Dieu, recherchant la clef de la science ; selon la nature de ses qualités, désirant la justice, gardant la piété ; la loi salique fut dictée par. les chefs de cette nation , qui en ce temps commandaient chez elle.
Seite 352 - Dieu pour gouverner non-seulement l'Église, mais le monde. De même que le Créateur a placé au ciel deux grands luminaires , l'un pour présider au jour, l'autre pour présider à la nuit, il a établi sur la terre deux grandes puissances, la pontificale et la royale ; et ainsi que la lune reçoit sa lumière du soleil, la puissance royale emprunte sa splendeur de l'autorité pontificale...

Bibliografische Informationen