Abbildungen der Seite
PDF
[graphic]
[merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][graphic][subsumed][graphic]
[merged small][merged small][merged small][graphic][merged small][merged small]

LE JUDAISME, LE CHRISTIANISME, LE PAGANISME, LE SABÉISMĚ, LE MAGISME;
LE DRUIDISME, LE BRAHMANISME, LE BOUDDHISME, LE CHAMANISME,

L'ISLAMISME, LE FÉTICHISME, ETC., AVEC TOUTBS LEURS BRINCOES ;

LES BÉRÉSIES ET LES SCHISMES QUI SÉ SONT INTRODUITS DANS L'ÉGLISE CHRÉTIENNB;

LES SECTES QUI SE SONT ÉLEVÉES DANS LES AUTRES RELIGIONS;

LES ORDRES RELIGIEUX TAXT DES CHRÉTIENS QUE DES PEUPLES INFIDÈLES ;

LES RITES, USAGES, CÉRÉMONIES RELIGIEUSES, FÊTES, DOGMES, MYSTÈRES, SYMBOLES, SACRIFICES, PRATIQUES

SUPERSTITIEUSES, EN USAGE DANS TOUS LES SYSTÈMES DE RELIGION, ETC., ETC.;

[ocr errors][merged small][merged small]

PUBLIĆ

PAR M. L'ABBÉ MIGNE,
EDITBOR DE LA BIBLIOT BÉQUE UNIVERSELLE DO CLBRGY.

OU

DES COURS COMPLETS SUR CHAQUE BRANCHE DE LA SCIENCE ECCLÉSIASTIQUE.

-
P20540

TOME DEUXIÈME.

4 VOL. PRIX : 32 FRANCS.

AUXSAM PRIME ET

S’IMPRIME ET SE VEND CHEZ J.-P. MIGNE, EDITEUR,
AUX ATELIERS CATHOLIQUES, RUE D'AMBOISE, AU PETIT-MONTROUGE,

BARRIÈRE D'enfer DE PARIS.

189

DICTIONNAIRE UNIVERSEL,
HISTORIQUE ET COMPARATIF,

DE TOUTES LES
RELIGIONS DE LA TERRE.

AVIS DE L'EDITEUR.

Les lecteurs assidus de nos importantes publications ont déjà pu remarquer souvent que les Dictionnaires qui constituent notre Encyclopédie théologique se complètent l'un par l'autre, en sorte qu'on ne peut guère consulter un de ces Dictionnaires sans se trouver dans la nécessité de recourir à tous les autres. Dans le premier volame du Dictionnaire des Religions, à mesure que les articles qui le composent passaient sous nos yeux, nous avons souvent renvoyé à d'autres articles déjà traités dans les diverses parties de l'Encyclopédie. Nous comptons sur la bienveillante attention de nos lecteurs pour nous épargner désormais ce travail : leur intelligence suppléera facilement aux nombreux renvois que nous serions obligés de faire. Nous nous contenterons de leur rappeler ici que, cliacun de nos Dictionnaires ayant un auteur particulier, soit laïque, soit ecclésiastique, rien ne peut être plus curieux et en même temps plus profitable que de voir comment plusieurs plumes différentes se sont exercées sur les mêmes matières, surtout si l'on considère que nous nous sommes lail un devoir de ne coulier l'exécution de notre Encyclopédie qu'à des sommités de la science sacrée et profane.

(Cherchez sous la lettre Y, les mots que l'on ne trouve pas ici par Dj. Cherchez sous Dh, les mots que l'on ne trouve

pas ici sous D simple. Cherchez sous la lellre Z, les mots que l'on ne trouve pas ici par Dh.]

DABAJBA, idole adorée autrefois par les on trouve une statue colossale de caivre, qui habitants des bords du Rio Grande, province représente une certaine divinité, nominée de Guatemala. Celle Dabaiba avait été une Dabis par quelques voyageurs. Tous les femme très-vertueuse et si estimée, qu'elle mois, on lui présente une fille vierge, qui fut, après sa mort, misé au rang des divini- fail an dieu une série de questions qu'on lui lés. Les indigènes la regardaient comme la a apprises. Un bonze caché dans l'intérieur mère de leur grand dieu, créateur du ciel et du simulacre satisfait à toutes les demandes. de la terre ; ils prétendaient que les éclairs et Inutile de dire que la jeune fille s'en rele tonnerre étaient les effets de son cour- tourne avec l'honneur d'être devenue l'éroux. On honorait Dabaïba par des jeûnes de pouse de Dabis. trois ou quatre jours, et par d'autres austé. DACHAHARA OU DACHRA, nom que les rilés ; on se rendait en pèlerinage au lieu où Indiens donnent en général aux fèies qui était sa statue, et on brûlait des esclaves en tombent le dixième jour du mois. Il y eii a sacrifice à son honneur.

une le 10 de la quinzaine lumineuse de DABBAT, nom que les Musulmans donnent Djeth (juin), en l'honneur de la déesse à la bête de l'Apocalypse, laquelle doit paraitre Ganga (le Gange), qui ce jour-là sortit des avant le jugement dernier avec Dedjal, l'an- monts Himalaya, et coula manifestement sur lecbrist. Un autre animal, nommé Dabbat. la lerre. Les Alindous célèbrent cette fête en el-Arz, apparaitra également portant dans sa faisant des acles méritoires ; ils se baignent maio la verge de Moïse et le sceau de Salo dans le Gange et offrent le poudja à celle mon; il touchera les élus avec cette verge, déesse, pratique qui vaut le pardon de dix et tracera sur leur visage en caractères visi. sortes de sautes. bles le mot de moumen, croyant, fidèle, et Le 10 de la quinzaine lumineuse de Kouar appliquera l'empreinte da sceau sur le front (octobre), ils font le poudja ou adoration de des réprouvés, en y traçant le mot kafer, la plante nommée sami (Mimosu ulbida), de infidèle.

l'éléphant et du cheval. Les brahmanes lanDABIS. Sur le chemin d'Osakka à Sorungo, cent des iets de maïs ou d'orge, en accom

DICTIONN. Des RELIGIONS. II.

« ZurückWeiter »