Discours sur l'origine et les fondemens de l'inégalité parmi les hommes

Cover
Marc Michel Rey, 1755 - 262 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 5 - La religion nous ordonne de croire que, Dieu lui-même ayant tiré les hommes de l'état de nature immédiatement après la création, ils sont inégaux parce qu'il a voulu qu'ils le fussent...
Seite 95 - ... les rapines. Les riches de leur côté connurent à peine le plaisir de dominer, qu'ils dédaignèrent bientôt tous les autres ; et , se servant de leurs anciens esclaves pour en soumettre de nouveaux , ils ne songèrent...
Seite 47 - N'allons pas surtout conclure avec Hobbes que, pour n'avoir aucune idée de la bonté, l'homme soit naturellement méchant...
Seite 81 - Chacun commença à regarder les autres et à vouloir être regardé soi-même, et l'estime publique eut un prix. Celui qui chantait ou dansait le mieux; le plus beau, le plus fort, le plus adroit ou le plus éloquent devint le plus considéré, et ce fut là le premier pas vers l'inégalité, et vers le vice en même temps...
Seite 143 - ... il s'ensuit que la couche de terre végétale d'un pays habité doit toujours diminuer et devenir enfin comme le terrain de l'Arabie pétrée, et comme celui de tant d'autres...
Seite 90 - C'est le seul travail qui, donnant droit au cultivateur sur le produit de la terre qu'il a labourée, lui en donne par conséquent sur le fonds, au moins jusqu'à la récolte, et ainsi d'année en année ; ce qui, faisant une possession continue, se transforme aisément en propriété.
Seite 38 - ... difficile à pratiquer pour des hommes dont les organes greffiers n'avoient encore aucun exercice , & plus difficile encore à concevoir en ellemême, puifque cet accord unanime dut être motivé, & que la .parole paroît avoir été fort sjîéceffaire pour établir l'ufage de la parole.
Seite 26 - Note 1 1 * ) les feuls biens qu'il connoiflè dans l'univers, font la nourriture , une femelle & le repos; les feuls maux qu'il craigne, font la douleur & la faim. Je dis la douleur , & non la mort ; car jamais l'animal ne faura ce que c'eft que mourir ; & la...
Seite 3 - De marquer dans le progrès des choses le moment où le droit succédant à la violence, la nature fut soumise à la loi ; d'expliquer par quel enchaînement de prodiges le fort put se résoudre à servir le faible, et le peuple à acheter un repos en idée au prix d'une félicité réelle. Les...
Seite 84 - ... et qu'il n'en a dû sortir que par quelque funeste hasard, qui, pour l'utilité commune, eût dû ne jamais arriver.

Bibliografische Informationen