Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

Quelques marchands d’Almafi, dans le royaume de Naples, obtiennent de Romensor, calife d'Egypte, la permission de bâtir une église latine à Jérusalem; ils y ajoutent un hôpital pour y recevoir les étrangers et les pélerins : Gérard de Provence le gouverne. Les croisades commencent. Godefroy de Bouillon arrive, il donne quelques terres aux nouveaux Hospitaliers. Buyant-Roger succède à Gérard, Raymond-Dupuy à Roger. Dupuy prend le titre de grand-maître, divise les hospitaliers en chevaliers, pour assurer les chemins aux pélerins et pour combattre les infidèles; en chapelains, consacrés au service des autels; et en frères servans, qui devoient aussi prendre les armes.

L'Italie, l'Espagne, la France, l'Angleterre, l'Allemagne et la Grèce, qui, tour-à-tour ou toutes ensemble, viennent aborder aux rivages de la Syrie, sont soutenues par les braves hospitaliers. Mais la fortune change sans changer la valeur : Saladin reprend Jérusalem. Acre, ou Ptolémaïde est bientôt le seul port qui reste aux croisés en Palestine. On y voit réuni le roi de Jérusalem et de Chypre, le roi de Naples et de Sicile, le roi d'Arménie, le prince d'Antioche, le, comte de Jaffa , le, patriarche de Jérusalem, les chevaliers du Saint-Sépulcre, le légat du pape, le comte de Tripoli, le prince de Galilée, les Templiers, les Hospitaliers, les chevaliers Teutoniques, ceux de Saint-Lazare, les Vénitiens, les Génois, les Pisans, les Florentins, le prince de Tarente et le duc d'Athènes. Tous ces princes, tous ces peuples , tous ces ordres ont leur quartier à part, où ils vivent indépendans les uns des autres : « en sorte, » dit l'abbé Fleury, qu'il y avoit cinquante» huit tribunaux qui jugeoient à inort (1). »

Le trouble ne tarda pas à se mettre parmi tant d'hommes de moeurs et d'intérêts divers. On en vient aux mains dans la ville. Charles d'Anjou et Hugues III, roi de Chypre, en prétendant tous deux au royaume de Jérusalem, augmentent encore la confusion. Le soudan Mélec-Messor, profitant de ces querelles intestines, s'avance avec une puissante armée, dans le dessein d'arracher aux croisés leur dernier refuge. Il est empoisonné par un de ses émirs. en sortant d'Egypte; mais avant d'expirer, il fait jurer à son fils de ne point donner de sépulture aux cendres paternelles , qu'il n'ait fait tomber Ptolemaïde.

Mélec-Séraph exécute religieusement la dernière volonté de son père : Acre est assiégée et emportée d'assaut le 18 de mai 1291. Des. religieuses donnèrent alors un exemple effrayant de la chasteté chrétienne : elles se mutilèrent le visage , et furent trouvées dans

[ocr errors]

(1) Hist. Eccl.

cet état par les infidèles qui en eurent horreur , et qui les massacrèrent.

Après la réduction de Ptolémaïde, les Hospitaliers se retirèrent dans l'île de Chypre où ils demeurèrent dix-huit ans. Rhodes s'étant révoltée contre Andronique, empereur d'Orient, appelle les Sarrazins dans ses murs. Villaret, grand-maître des hospitaliers, obtient d'Androniquel'investiture de l'île , en cas qu'il puisse la soustraire au joug des Mahometans. Ses chevaliers se couvrent de peau de brebis, et se traînant sur les mains au milieu d'un troupeau , ils se glissent dans la ville pendant un épais brouillard, se saisissent d'une des portes, égorgent la garde , et introduisent dans les murs le reste de l'armée chrétienne.

Quatre fois les Turcs essaient de reprendre l'isle de Rhodes sur les chevaliers , et quatre fois ils sont repoussés. Au troisième effort, le siège de la ville dura cinq ans, et au quatrième, Mahomet battit les murs avec seize canons, d'un calibre tel qu'on n'en avoit point encore yu en Europe.

Ces mêmes chevaliers, à peine échappés à la puissance Ottomane , en devinrent tout-àcoup les protecteurs. Un prince Zizime, fils de ce Mahomet II, qui naguères foudroyoit les remparts de Rhodes, implore le secours des chevaliers, contre Bajazet, son frère, qui l'avoit dépouillé de son héritage: Bajazet, qui

ncore

craignoit une guerre civile, se hâte de faire la paix avec l'Ordre, et consent à lui payer une certaine somme tous les ans, pour la pension de Zizime. On vit alors, par un de ces jeux si communs de la fortune , un grand empereur des Turcs , tributaire de quelques hospitaliers chrétiens.

Enfin, sous le grand-maître Villiers-del'Isle-Adam, Soliman s'empare de Rhodes, après y avoir perdu cent mille hommes. Les chevaliers se retirent à Malthe, que leur abandonne Charles-Quint. Ils y sont attaqués de nouveau par les Turcs; mais leur courage les délivre , et ils restent paisibles possesseurs de l'île, sous le nom de laquelle ils sont encore connus aujourd'hui (1).

[ocr errors]

.

. CHAPITRE I I.

Ordre Teutonique.

A l'autre extrémité de l'Europe, la chevalerie religieuse jetoit les fondemens de ces états, qui sont devenus de puissans royaumes.

L'ordre Teutonique avoit pris naissance pendant le premier siège d'Acre par les chrétiens,

(1) Vert. Hist. des chev. de Malthe; Fleury, Hist Eccl. Giustinian. Hist. deg li Ordin. milit. Heilyot Hist. des Ordres Relig. tom. III.

vers l'an 1190. Dans la suite, le duc de Massovię et de Pologne l'appela à la défense de ses états, contre les incursions des Pņussiens. Ceux-ci étoient un peuple barbare , qui sortoit de temps en temps de ses forêts , pour rąvager les contrées voisines. Ils avoiențréduit la proyince de. Culm en une affreuse solitude, et n'avoient laissé debout, sur la Vistule, que le seul château de Plotzko. Les chevaliers Teutoniques, pénétrant peu-à-peu dans les bois de la Prusse, y bâtirenț des forteresses. Les Warmiens, les Barthes, les Natangues subirent tour-à-tour le joug , et la navigation des mers du Nord fut assurée. .

Les chevaliers de Porte-glaive, qui de leur côté avoient travaillé à la conquête des pays septentrionaux, en se réunissant aux cheva- . liers Teutoniques, ļeur donnèrent une puissance vraiment royale. Les progrès de l'Ordre furent malheureusement retardés par la division qui régna long-temps entre les chevaliers et les évêques de Livonie; mais, enfin, tout le nord de l'Europe étant soumis, Albert, marquis de Brandebourg, embrassa la doctrine de Luther , chassa les chevaliers de leurs gouvernemens, et se rendit seul maître de la Prusse , qui prit alors le nom de Prusse ducale. Ce nouveau duché fut érigé en royaume, en 1901, sous le père du grand Frédéric.

Les restes de l'ordre Teutoniqne subsistent

« ZurückWeiter »