Abbildungen der Seite
PDF
EPUB
[blocks in formation]

VERs le temps de l'apparition du Rédempteur sur la terre , les nations étoient dans l'attente de quelque personnage fameux. « Une cons» tante et ancienne tradition, dit Suétonne, » étoit alors répandue dans l'Orient, qu'un » homme s'élevroit de la Judée, et obtien

» droit l'empire universel (1). » Tacite raconte le même fait , presque dans les mêmes mots. Selon ce grand historien, « la plupart des Juifs » étoient convaincus, d'après un oracle con» servé dans les anciens livres de leurs prê» tres, que dans ce temps-là ( le temps de » Vespasien) lOrient prévaudroit, et que » quelqu'un , sorti de Judée, régneroit sur le » monde (a). »

Enfin Joseph, parlant de la ruine de Jérusalem , rapporte que les Juifs furent principalement poussés à la révolte contre les Romains, par une obscure (3) prophétie , qui leur annon, çoit que vers cette époque, un homme s'élevroit parmi eux, et soumettroit l'univers (4). Le Nouveau - Testament offre aussi des traces de cette espérance répandue alors dans Israël : la foule qui court au désert, demande à S. JeanBaptiste , s'il est le grand Messie, le Christ

(1) Percrebuerat Oriente toto vestus , et constans opinio esse in fatis, ut eo tempore Judaea profecti rerum potirentur. Suet. in Vespas.

(2) Pluribus persuasio in erat antiquis sacerdotum litteris continens , eo ipso tempore fore, ut valesceret Oriens,profectique Judaea rerum potirentur. Tacit. Hist. lib. V.

(3) Auq.boros, applicable à plusieurs personnes, et voïlà pourquoi les historiens Latins l'attribuèrent à Vespasien. (4) Joseph. de Bell. Judaic. page 1283.

F..

de Dieu, si long-temps attendu; et les disciples d’Emaüs sont saisis de tristesse , lorsqu'ils reconnoissent que Jean n'est pas l'homme qui doit racheter Israël. Les soixante-dix semaines de Daniel, ou les quatre cent quatre-vingt-dix ans, depuis la reconstruction du temple , étoient accomplis; enfin, Origène, après avoir rapporté toutes ces traditions des Juifs, ajoute «qu'un grand nombre d'entr'eux avoué» rent Jésus-Christ, pour le libérateur promis » par les prophètes (1). »

Cependant le ciel prépare les voies du Fils de l'Homme. Les nations long-temps désunics de moeurs et de gouvernement, entretenoient des inimitiés héréditaires ; tout-à-coup le bruit des armes cesse , et les peuples réconciliés , ou vaincus, viennent se perdre dans le peuple Romain.

D'un côté, la religion et les meurs sont parvenues à ce degré de corruption , qui produit de force les changemens'; de l'autre, les dogmes de l'unité d'un Dieu et de l'immortaJité de l'ame, commencent à se répandre. · Ainsi les chemins s'ouvrent de toutes parts à la nouvelle doctrine, et une langue universelle va servir à la propager. Ce vaste empire Romain se compose de nations, les unes sauvages, les

(1) Και σεσισεκεναι αυ1ον ειναι τον προφο νομενον.

Orig, cont. Cels.p. 127.

autres policées,' toutes infiniment malheuTeuses : la simplicité du Christ, pour les premières; ses vertus morales, pour les secondes; pour toutes sa miséricorde et sa charité sont des moyens de salut que le ciel ménage. Et ces moyens sont si efficaces que, deux siècles après Jésus-Christ, Tertullien disoit déja aux juges de Rome : « Nous ne sommes que d'hier, » et nous remplissons tout , vos cités , vos îles, » vos forteresses , vos camps, vos colonies, vos » tribus , vos décuries , vos conseils, le palais, : » le sénat , le forum ; nous ne vous laissons » que vos temples. » Sola relinquimus templa (1).

· A la grandeur des préparations naturelles, · s'unit l'éclat des prodiges ; les vrais oracles,

depuis long-temps muets dans Jérusalem , : recouvrent la voix, et les fausses sy billes se taisent. Une nouvelle étoile se montre dans l'Orient ; Gabriel descend vers Marie, et , un choeur d'esprits bienheureux, chante, au haut du ciel, pendant la nuit: Gloire à Dieu; pair aux hommes ! Tout-à-coup le bruit se répand que le Sauveur a vu le jour dans la Judée : il n'est point né dans la pourpre, mais dans l'humble asyle de l'indigence ; il n'a point été annoncé aux grands et aux superbes; mais les anges l'ont révélé aux petits et aux simples ;

.. (1) Tertul. Apologet. cap. 37.

il n'a point réuni autour de son berceau , les heureux du monde, mais les infortunés; et par ce premier acte de sa vie , il s'est déclaré. de préférence le Dieu des misérables.

Arrêtons-nous ici, pour faire une réflexion. Nous voyons, depuis le commencement des siècles, les rois, les héros , les hommes éclatans devenir les dieux des nations. Mais voici que le fils d'un charpentier , dans un petit coin de la Judée, est un modèle de douleurs et de misère ; il est flétri publiquement par un supplice; il choisit ses disciples entre la plus vile populace; il ne prêche que sacrifices, que renoncement aux pompes du monde, au plaisir, au pouvoir; il préfère l'esclave au maître, le pauvre au riche, le lépreux à l'homme sain ; tout ce qui pleure , tout ce qui a des plaies, tout ce qui est abandonné du inonde, es fui des hommes , fait ses délices : la puissance, la fortune et le bonheur sont au contraire éternellement menacés par lui; il renverse toutes les notions communes de la morale ; il établit des relations nouvelles entre les hommes, un nouveau droit des gens, une nouvelle foi publique; il élève ainsi sa divinité, il triomphe de la religion des César, s'assied sur leur trône, et parvient à subjuguer la terre : non, quand la voix du monde entier s'élevroit contre Jésus-Christ , quand toutes les lumières de la philosophie se réu.

« ZurückWeiter »