Recollections of a Chaperon, Band 1

Cover
R. Bentley, 1833 - 428 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Inhalt


Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 173 - Faire aller son ménage, avoir l'œil sur ses gens, Et régler la dépense avec économie, Doit être son étude et sa philosophie. Nos pères, sur ce point, étaient gens bien sensés, Qui disaient qu'une femme en sait toujours assez, Quand la capacité de son esprit se hausse A connaître un pourpoint d'avec un haut-de-chausse.
Seite 173 - Les femmes d'à présent sont bien loin de ces mœurs : Elles veulent écrire, et devenir auteurs ; Nulle science n'est pour elles trop profonde, Et céans beaucoup plus qu'en aucun lieu du monde ; Les secrets les plus hauts s'y laissent concevoir, Et l'on sait tout chez moi, hors ce qu'il faut savoir. On y sait comme...
Seite 173 - Il n'est pas bien honnête, et pour beaucoup de causes, Qu'une femme étudie et sache tant de choses. Former aux bonnes mœurs l'esprit de ses enfants, Faire aller son ménage, avoir l'œil sur ses gens, Et régler la dépense avec économie, Doit être son étude et sa philosophie.
Seite 188 - ... penser et de l'exprimer pour moi, sans qu'ils y prissent garde; et puis ils m'en donnaient tout l'honneur. Enfin ils me mettaient à mon aise; et moi qui m'imaginais qu'il y avait tant de mystère dans la politesse des gens du monde, et qui l'avais regardée comme une science qui m'était totalement inconnue et dont je n'avais nul principe, j'étais bien surprise de voir qu'il n'y avait rien de si particulier dans la leur, rien qui me fût si étranger, mais seulement quelque chose de liant,...
Seite 18 - Que todo se aprende, hija; y no hay cosa que nos sea más fácil que engañar a los hombres: de que ellos tienen la culpa; porque, como nos han privado el estudio de las ciencias, en que pudiéramos divertir nuestros ingenios sutiles, sólo estudiamos una, que es la de engañarlos; y como no hay más de un libro, todas le sabemos de memoria.
Seite 71 - Nae mair of that ! Dear Jenny, to be free, There's some men constanter in love than we ; Nor is the ferly great, when nature kind Has blest them...
Seite 55 - ... ou à quelque femme de charge : surtout les femmes nourries dans la mollesse, l'abondance et l'oisiveté , sont indolentes et dédaigneuses pour tout ce détail; elles ne font pas grande différence entre la vie champêtre et celle des sauvages du Canada. Si vous leur parlez de vente de blé , de...
Seite 55 - Si vous leur parlez de vente de blé, de culture de terres, des différentes natures de revenus, de la levée des rentes et des autres droits seigneuriaux, de la meilleure manière de faire des fermes ou d'établir des receveurs * , elles croient que vous voulez les réduire à des occupations indignes d'elles. Ce n'est pourtant que par ignorance qu'on méprise cette science de l'économie.
Seite 156 - ... qui fait bien penser', bien juger, bien parler et bien écrire, ne pourroit point encore servir à être poli. II faut tres-peu de fonds pour la politesse dans les manieres; il en faut beaucoup pour celle de l'esprit. 1 . M11
Seite 132 - Shrinking from every blast beneath the sky, That will not brave severest destiny, Bear, uncomplaining, want and cruel wrong, And look on danger with unblenching eye, If Love hath made that gentle spirit strong ? Love, pure, approved by Heaven, leads that frail form along ! LADY DACRE.

Bibliografische Informationen