Le jouer. Le distrait. Le retour impreveu

Cover
Librairie des Bibliofiles, 1876
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 93 - N'es-tu pas fait à peindre? Est-il homme à la cour Qui de la tête aux pieds porte meilleure mine, Une jambe mieux faite, une taille plus fine? Et pour l'esprit, parbleu, tu l'as des plus exquis : Que te manque-t-il donc? Allons, saute, marquis. La nature, le ciel, l'amour et la fortune...
Seite 96 - Dans l'état où je suis je puis tout entreprendre ; Confus , désespéré , je suis prêt à me pendre. HECTOR. Heureusement pour vous , vous n'avez pas un sou Dont vous puissiez, Monsieur, acheter un licou. Voudriez-vous souper ? VALÈRE. Que la foudre t'écrase ! Ah, charmante Angélique!
Seite 93 - ... à peindre? Est-il homme à la cour Qui de la tête aux pieds porte meilleure mine, Une jambe mieux faite, une taille plus fine? Et pour l'esprit, parbleu, tu l'as des plus exquis : Que te manque-t-il donc? Allons, saute, marquis. La nature , le ciel , l'amour et la fortune De tes prospérités font leur cause commune ; Tu soutiens ta valeur avec mille hauts faits; Tu chantes , danses , ris , mieux qu'on ne fit jamais Les yeux à fleur de tête, et les dents assez belles. Jamais en ton chemin...
Seite 62 - Cela sent comme baume Or donc ce de la Serre, Si bien connu de vous et de toute la terre, Ne nous doit rien.
Seite 140 - Sur vos pieds chancelants vous vous tenez à peine, Sur un théâtre alors vous venez vous montrer : Là parmi vos pareils on vous voit folâtrer ; Vous allez vous baiser comme des demoiselles ; Et, pour vous faire voir jusque sur les chandelles, Poussant l'un, heurtant l'autre, et comptant vos...
Seite 81 - Toujours triste ou fougueux, pestant contre le jeu, Ou d'avoir perdu trop, ou bien gagné trop peu. Quel charme qu'un époux, qui, flattant sa manie, * Fait vingt mauvais marchés tous les jours de sa vie ; Prend pour argent comptant, d'un usurier fripon, Des singes, des pavés, un chantier, du charbon ; Qu'on voit à chaque instant prêt à faire querelle Aux bijoux de sa femme, ou bien à sa vaisselle Qui va, revient, retourne, et s'use à voyager Chez l'usurier, bien plus qu'à donner à manger...
Seite 95 - Non , l'enfer en courroux et toutes ses furies N'ont jamais exercé de telles barbaries. Je te loue, ô destin, de tes coups redoublés; Je n'ai plus rien à perdre, et tes vœux sont comblés. Pour assouvir encor la fureur qui t'anime , Tu ne peux rien sur moi , cherche une autre victime. HECTOR, à part.
Seite 81 - II la laisse où d'abord elle fut engagée, Et prend, pour remplacer ses meubles écartés, Des diamants du Temple et des plats argentés; Tant que, dans sa fureur n'ayant plus rien à vendre...
Seite 93 - ... marquis. La nature , le ciel , l'amour et la fortune De tes prospérités font leur cause commune ; Tu soutiens ta valeur avec mille hauts faits; Tu chantes , danses , ris , mieux qu'on ne fit jamais Les yeux à fleur de tête, et les dents assez belles. Jamais en ton chemin trouvas-tu de cruelles ? Près du sexe tu vins , tu vis , et tu vainquis ; Que ton- sort est heureux! Allons, saute, marquis.
Seite 66 - Le jeu rassemble tout; il unit à la fois Le turbulent marquis, le paisible bourgeois. La femme du banquier, dorée et triomphante. Coupe orgueilleusement la duchesse indigente.

Bibliografische Informationen