Les otages de Louis XVI et de sa famille

Cover
Chez Pillet, 1814 - 160 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 116 - Dans la situation où sont encore les choses , je craindrais de les compromettre si je parlais plus explicitement; mais je recommande spécialement à mon fils de chercher les occasions de pouvoir les reconnaître. Je croirais calomnier...
Seite 116 - ... et d'effervescence on n'est pas le maître de soi) et je prie mon fils s'il en trouve l'occasion, de ne songer qu'à leur malheur. Je voudrais pouvoir témoigner ici ma reconnaissance à ceux qui m'ont montré un véritable attachement et désintéressé. D'un côté si j'étais sensiblement touché de l'ingratitude et de la déloyauté de gens à qui je n'avais jamais témoigné que des...
Seite 172 - Paul ne peut en rien être altéré ou ébranlé: que toute personne soit soumise aux puissances supérieures; car il n'ya point de puissance qui ne vienne de dieu, et c'est lui qui ordonne celles qui sont sur la terre; celui donc qui s'oppose aux puissances résiste à l'ordre de dieu.
Seite 71 - Notre amour t'environne. Pour notre cœur c'est une loi D'Être fidèle à ta personne; Aux yeux de l'univers Nous brisons tes fers, Et nous te rendons ta couronne.
Seite 61 - ... mais dont il m'est du moins permis de calculer impatiemment la durée. Je propose, Messieurs, que le comité de constitution soit chargé de préparer un projet de décret sur, les formes d'après lesquelles l'acte constitutionnel , aussitôt qu'il aura été définitivement décrété, sera présenté, au nom du peuple français, à l'examen le plus indépendant, et à l'acceptation la plus libre du roi.
Seite 61 - ... de calculer impatiemment la durée. « Je propose , Messieurs , que le comité de constitution soit chargé de préparer un projet de décret sur les formes d'après lesquelles l'acte constitutionnel, aussitôt qu'il aura été définitivement décrété , sera présenté au nom du peuple français à l'examen le plus indépendant et à l'acceptation la plus libre du roi.
Seite 154 - ... un ouvrage hardi, Fréron la dénonçait comme dangereuse pour la monarchie ; et dans les mauvais jours de notre révolution, elle fut reprise avec ardeur. La censure de la terreur y fit même un singulier changement. Brutus dit quelque part : Arrêter un Romain sur de simples soupçons, C'est agir en tyran, nous qui les punissons. ; La...
Seite 88 - J'entrevois par quelques détails de votre lettre que l'opinion populaire les condamne hautement ; mais serai-je forcé de vous dire que les juges ne sont pas les esclaves de l'opinion populaire , qu'ils doivent se montrer inaccessibles aux préventions qui les environnent ; qu'au milieu des passions qui s'agitent autour d'eux , ils ne doivent connaître pour guide que la loi , et que pour assurer son exécution, sur-tout lorsqu'elle protège , il n'est pas de danger que leur devoir ne leur commande...
Seite 171 - ... nous a fait connaître répondent à ce désir : la prière du Christ après la Cène au chapitre XVII de saint Jean, et la prière que le Seigneur nous a enseignée (sans la dire avec nous, car il n'est pas Fils au même sens) : Père que ton règne arrive, que ta volonté soit faite... Car à Toi appartiennent dans tous les siècles le règne, la puissance et la gloire.
Seite 88 - Les officiers municipaux emploieront tous les moyens que la confiance publique met à leur disposition, pour la protection efficace des propriétés publiques et particulières et des personnes, et pour prévenir et dissiper tous les obstacles qui seraient apportés à la perception des impôts...

Bibliografische Informationen