Histoire du Tribunal révolutionnaire de Paris avec le Journal de ses actes, Band 5

Cover
Librairie Hachette et cie, 1881
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 127 - Au pied de l'échafaud j'essaye encor ma lyre ; Peut-être est-ce bientôt mon tour, Peut-être avant que l'heure en cercle promenée Ait posé sur l'émail brillant, Dans les soixante pas où sa route est bornée, Son pied sonore et vigilant, Le sommeil du tombeau pressera ma paupière ; Avant que de ses deux moitiés...
Seite 124 - Paros pour placer ton image Auprès d'Harmodius, auprès de son ami; Et des chœurs sur ta tombe, en une sainte ivresse, Chanteraient Némésis, la tardive Déesse, Qui frappe le méchant sur son trône endormi. Mais la France à la hache abandonne ta tête. C'est au monstre égorgé qu'on prépare une fête Parmi ses compagnons, tous dignes de son sort. Oh ! quel noble dédain fit sourire ta bouche Quand un brigand, vengeur de ce brigand farouche, Crut te faire pâlir aux menaces de mort...
Seite 123 - Quoi ! tandis que partout, ou sincères ou feintes, Des lâches, des pervers, les larmes et les plaintes Consacrent leur Marat parmi les immortels, Et que, prêtre orgueilleux de cette idole vile, Des fanges du Parnasse un impudent reptile Vomit un hymne infâme au pied de ses autels, La vérité se tait ! Dans sa bouche glacée, Des liens de la peur sa langue embarrassée Dérobe un juste hommage aux exploits glorieux ! Vivre est-il donc si doux ? De quel prix est la vie, Quand, sous un joug honteux,...
Seite 161 - Je vous préviens, citoyen, que je ne suis pas grosse. Je voulais vous le dire; n'espérant plus que vous veniez, je vous le mande. Je n'ai point sali ma bouche de ce mensonge dans la crainte de la mort ni pour l'éviter, mais pour me donner un jour de plus, afin de couper moi-même mes cheveux et de ne pas les donner coupés de la main du bourreau.
Seite 212 - Quoi ! j'aurais eu le courage de venir déposer dans le sein de la Convention des vérités que je crois nécessaires au salut de la patrie, et l'on renverrait mon discours à l'examen des membres que j'accuse!
Seite 123 - La vérité se tait ! Dans sa bouche glacée, Des liens de la peur sa langue embarrassée Dérobe un juste hommage aux exploits glorieux ! Vivre est-il donc si doux ? De quel prix est la vie, Quand, sous un joug honteux, la pensée asservie, Tremblante au fond du cœur, se cache à tous les [yeux...
Seite 246 - ... seule main droite. Au moment où l'on y pensait le moins , il se mit sur son séant, releva ses bas, se glissa subitement en bas de la table et courut se placer dans un fauteuil. A peine assis , il demanda de l'eau et du linge blanc. Pendant tout le temps qu'il resta couché sur la table, lorsqu'il eut repris connaissance, il regarda fixement tous ceux qui l'environnaient , et principalement les employés du comité de...
Seite 124 - C'est lui qui dut pâlir, et tes juges sinistres, Et notre affreux sénat, et ses affreux ministres, Quand, à leur tribunal , sans crainte et sans appui , Ta douceur, ton langage et simple et magnanime Leur apprit qu'en effet, tout puissant qu'est le crime, Qui renonce à la vie est plus puissant que lui. Longtemps, sous les dehors d'une allégresse aimable, Dans ses détours profonds ton âme impénétrable Avait tenu cachés les destins du pervers.
Seite 123 - C'est par vous que les blonds cheveux, Qui tombèrent du front d'une reine timide, Pour vous, l'heureux vaisseau des premiers Argonautes Flotte encor dans l'azur des airs. Faites gémir Atlas sous de plus nobles hôtes, Comme eux dominateurs des mers. Que la Nuit de leurs noms embellisse ses voiles, Et que le nocher aux abois Invoque en leur Galère, ornement des étoiles, Les Suisses de Collot-d'Herbois. An reste, puisque tous les magistrats de la capitale nous assurent que cette fête n'est rien...
Seite 140 - Héron vint me trouver dans le cabinet où je travaillais aux rapports; il me dit d'un ton mielleux : Je voudrais vous prier de me rendre un service important, vous le pouvez; si vous faites ce que je vous demande, je vous remettrai à l'instant un effet de six cents livres, j'ajouterai un présent de trois mille livres , je vous paierai dix-huit cents livres, et vous ferai avoir une place fixe de dix mille livres.

Bibliografische Informationen